No Man’s Land, une série à voir en VOD

25 Nov

Votre carte de Médiathèque vous permet d’accéder à la Médiathèque numérique (nouvelle fenêtre) en vous connectant sur le site de la Médiathèque. Vous pouvez visionner 4 films par mois mais aussi des séries ! Par exemple, les dernières saisons de la série Dix pour cent (nouvelle fenêtre), la série Dérapages (nouvelle fenêtre) adaptée du roman de Pierre Lemaitre Cadres noirs (nouvelle fenêtre) ou encore la série P’tit Quinquin (nouvelle fenêtre) de Bruno Dumont. Aujourd’hui nous vous présentons la nouvelle série No man’s land (nouvelle fenêtre) de la chaîne Arte.

Le synopsis

Antoine Habert vit en France et voit un jour aux informations une femme de dos, parmi une unité de combattantes kurdes en Syrie, qui noue ses cheveux en chignon. Ce geste lui rappelle indéniablement sa sœur. Or Anna est morte dans une explosion de voiture en Egypte. Antoine décide alors de partir pour le Moyen Orient, convaincu que la femme sur la vidéo est bien sa sœur. Un thriller en huit épisodes de cinquante minutes.

 

 

Notre avis

C’est une mini-série chorale qui montre extrêmement bien les problèmes liés à l’espionnage, au terrorisme et à la géopolitique au Moyen-Orient. Outre l’intrigue familiale et la recherche insensée d’Anna par Antoine, on plonge dans un univers sans pitié où Daesh prend le pouvoir en Syrie et est combattu sans relâche par les unités de protection du peuple (YPG en kurde : Yekîneyên Parastina Gel), formées en 2011 lors de la guerre civile syrienne. Dans la série, c’est les YPJ (en kurde : Yekîneyên Parastina Jin, Unités de protection de la femme), soit l’organisation militaire kurde exclusivement féminine du YPG, créé en 2013, qui sont mises en images à travers les portraits de femmes engagées dans ce conflit. Une vision du conflit syrien remarquablement interprétée et à l’intrigue captivante, qui nous laisse parfois sans voix.

 

Le casting

Mini-série franco-belge-israélienne, elle a été créé par Maria Feldman, Eitan Mansuri, Amit Cohen et Ron Leshem.

On y retrouve également Felix Moati (nouvelle fenêtre) dans le rôle d’Antoine. Il fait sa première apparition au cinéma dans le rôle d’Arthur dans LOL (Laughing out loud) de Lisa Azuelos et a notamment joué dans Le Grand Bain (nouvelle fenêtre) de Gilles Lellouche. En 2018 il réalise Deux fils (nouvelle fenêtre), son premier long métrage avec Benoît Poelvoorde et Vincent Lacoste après son court-métrage réalisé en 2016 : Après Suzanne (disponible en VOD – nouvelle fenêtre).

 

 

Mélanie Thierry (nouvelle fenêtre) joue le rôle d’Anna. Vous pouvez la retrouver dans Au revoir là-haut (nouvelle fenêtre) d’Albert Dupontel, Le vent tourne (disponible en VOD – nouvelle fenêtre) de Bettina Oberli, La princesse de Montpensier (nouvelle fenêtre) de Bertrand Tavernier ou encore Comme des frères (disponible en VOD – nouvelle fenêtre) de Hugo Gélin.

 

Mais aussi Souheila Yacoub qui a joué dans Climax (disponible en VOD – nouvelle fenêtre) de Gaspard Noé ; Julia Faure que vous pouvez retrouver dans La forêt d’argent (disponible en VOD – nouvelle fenêtre) d’Emmanuel Bourdieu et dans Tout de suite maintenant (disponible en VOD – nouvelle fenêtre) de Pascal Bonitzer. Et pour finir l’acteur britannique James Purefoy, que vous pouvez également voir dans le film Churchill (disponible en VOD – nouvelle fenêtre) de Jonathan Teplitzky.

 

Les médias en parlent

« En huit épisodes de cinquante minutes, en plus de son intrigue principale, la mini-série propose des portraits d’hommes et de femmes engagés dans le conflit, sans jamais sombrer dans les clichés ni se targuer de raconter la guerre. Une violence souvent crue, un suspense insoutenable, un jeu d’acteurs très juste et un scénario bien ficelé en font une mini-série à côté de laquelle il serait dommage de passer en cette rentrée. » Franceinfo Culture (nouvelle fenêtre)

« La “terre sans homme” de la série d’Amit Cohen et Ron Leshem, c’est d’abord celle du Rojava, région autonome du nord de la Syrie, théâtre d’affrontements entre les forces kurdes, les groupes rebelles et Daech. C’est aussi celle sur laquelle des combattant·es radicalisé·es viennent déposer une part de leur humanité pour livrer une « guerre sainte » d’une rare violence. C’est enfin celle qui se déroule dans le sillage du YPG, branche armée du parti kurde dont certaines unités sont exclusivement féminines. » Les Inrockuptibles (nouvelle fenêtre).

« En suivant Antoine dans sa recherche au cœur du conflit syrien, No Man’s Land offre huit épisodes intenses, pleins d’action, d’émotions et de suspense, sans aucun temps mort. Entre scènes de guerre et thriller d’espionnage, la série est prenante dans son déroulement, efficace dans sa réalisation, pleine de personnages solidement écrits et interprétés. Et elle est aussi passionnante dans la vision, brutale mais nuancée et réaliste, qu’elle offre sur les événements tragiques qui se déroulent en Syrie. » Vl. media (nouvelle fenêtre)

Au programme d’Arte à partir du 26 novembre 2020. Faites votre cinéma à la Médiathèque !

Les anecdotes du cinéma – partie 2

19 Nov

Pour retrouver le sourire et notre bonne humeur, voici la deuxième partie des « anecdotes du cinéma ». Pour celles et ceux qui auraient raté la première partie, vous la retrouverez ici (nouvelle fenêtre).

En 2002, Steven Spielberg a enfin terminé sa quatrième année d’études d’art du cinéma après une pause de 33 ans (il avait commencé en 1965). Il a rendu La Liste de Schindler (nouvelle fenêtre) comme projet de fin d’études, film qui a reçu l’Oscar du meilleur film et du meilleur réalisateur en 1994.

D’ailleurs, Steven Spielberg aurait adoré adapter Harry Potter (nouvelle fenêtre). Sauf qu’il voulait engager Joel Haley Osment pour le rôle de Harry et que J-K Rowling ne souhaitait que des acteurs anglais… S.Spielberg abandonne donc la réalisation du film qui revient à Chris Colombus. De nombreux acteurs étaient en lice pour les rôles éponymes de la saga : Robin Williams pour le rôle de Hagrid, Kate Winslet pour celui de Fleur Delacour ou d’Helena Serdaigle, Tilda Swinton pour le professeur Trelawney, Tim Roth pour le professeur Rogue, Naomi Watts pour le rôle de Narcissa Malefoy ou encore Rosamund Pike pour celui de la journaliste Rita Skeeter. Un changement de casting qui aurait donné aux films une allure différente.

Pour rester dans le registre des films familiaux, l’acteur qui a interprété les Oompas-Loompas (Deep Roy (nouvelle fenêtre)) dans le célèbre film Charlie et la chocolaterie (nouvelle fenêtre) de Tim Burton, a dû répéter les mêmes mouvements, chansons, grimaces, cascades, des centaines de fois pour interpréter chacun d’eux. L’acteur kényan d’origine indienne mesure 1,32 m.

Quittons la Terre avec 2001, l’Odyssée de l’espace (nouvelle fenêtre) de Stanley Kubrick dont les séquences complètes durent plus de 200 fois la durée totale du film. La première ligne de dialogue intervient après 25 min de film et il a remporté l’Oscar des meilleurs effets spéciaux en 1968.

Dans Interstellar (nouvelle fenêtre) de Christopher Nolan, c’est Hans Zimmer (nouvelle fenêtre) qui a composé la musique du film. Le procédé fut original car C. Nolan ne voulait pas que H. Zimmer connaisse le film pour en composer la musique. Il a donc écrit un texte sans lien avec l’intrigue et l’a donné à H. Zimmer pour qu’il s’en inspire.

Pour finir, quelques blessures…

Dans le film Drive (disponible en VOD – nouvelle fenêtre) de Nicolas Winding Refn, quand Ron Perlman (nouvelle fenêtre) se fait tabasser sur la plage, l’acteur s’est en réalité vraiment fracturé la rotule et ses cris de douleur sont réels.

Dans le film Troie, de Wolfgang Petersen, Brad Pitt, qui joue le personnage d’Achille, souhaitait réaliser ses cascades lui même et sans doublage…ironie du sort, il s’est fracturé le tendon d’Achille lors d’une mauvaise réception.

Enfin, Leonardo DiCaprio dans Django Unchained (nouvelle fenêtre) de Quentin Tarantino brise son verre en le reposant sur la table pendant la scène du dîner. Il s’entaille la main et continue à jouer, les autres acteurs le suivent et Q. Tarantino, plutôt satisfait du résultat, décide de garder la scène lors du montage final.

Faites votre cinéma à la Médiathèque !

Sir Sean Connery, so chic!

13 Nov

Sean Connery, né en 1930, nous a quitté le mois dernier. Acteur et producteur écossais, il est le premier à incarner l’agent secret James Bond au cinéma (d’après les romans de Ian Fleming), et à lui conférer, pendant plus de vingt ans, son charme et son élégance légendaires : 

James Bond 007 contre Dr No (1962), Bons baisers de Russie (nouvelle fenêtre)(1963), Opération Tonnerre (1965), Les diamants sont éternels (1971) de Terence Young, Goldfinger (1964) de Guy Hamilton, On ne vit que deux fois (1967) de Lewis Gilbert ou Jamais plus jamais (1983) ou Irvin Kershner.

Parallèlement à ces films qui ont fait sa renommée internationale, il joue dans un des meilleurs films d’Alfred Hitchcock : Pas de printemps pour Marnie (nouvelle fenêtre)(1964).

 

Après 1975, il alterne cinéma d’auteur et cinéma populaire, adaptations littéraires, il touche à tous les genres, toujours avec le même succès :

Le crime de l’Orient-Express (1974) de Sidney Lumet, adapté du roman éponyme d’Agatha Christie (1934), L’homme qui voulut être roi (1975) de John Huston, Un pont trop loin (1977), de Richard Attenborough, adapté du livre du même nom de Cornelius Ryan.

C’est probablement Le nom de la rose (1986) de Jean-Jacques Annaud, d’après le roman d’Umberto Eco (1980), qui fait de nouveau exploser sa carrière et lui vaut le BAFTA du meilleur acteur. La maturité aidant, Il peut maintenant jouer les pères et les grands-pères, les hommes d’expériences, les guides, les mentors : Highlander (1986) de Russel Mulcahy, Les incorruptibles (1987), de Brian de Palma, pour lequel il recevra l’Oscar et le Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle, Indiana Jones et la dernière croisade (1989) de Steven Spielberg.

Son dernier film marquant est une libre adaptation d’une bande dessinée d’Alan Moore et Kevin O’Neill, 1999 : La ligue des gentlemen extraordinaires (nouvelle fenêtre) (2003) de Stephen Norrington.

Il est anobli en 2000 par la reine d’Angleterre Elisabeth II pour services rendus au cinéma britannique…

Films d’horreur et films fantastiques pour votre soirée frisson du 31 octobre : Halloween …

29 Oct

Le film d’horreur ou le film d’épouvante est un genre cinématographique dont l’objectif est de créer un sentiment de peur, de dégoût ou d’angoisse chez le spectateur. Le film d’horreur s’entremêle souvent avec le thriller et le fantastique qui peut donner un aspect surnaturel à l’histoire.

Le film d’horreur est en général déconseillé aux jeunes spectateurs ainsi qu’aux personnes sensibles. Il y a plusieurs sous-genres de films d’horreur, d’ailleurs un même film d’horreur peut se trouver dans plusieurs de ces catégories : les films de tueurs fous ou sérial Killer (Psychose, Halloween, Freddy, vendredi 13, Le silence des agneaux…), les films de vampires, loups-garous, zombies et autres revenants (Dracula, la Momie, la nuit des morts vivants, Wolf …), les créatures fantastiques (Aliens, Splice, Creepers …), les films avec des animaux dangereux (Les dents de la mer (nouvelle fenêtre), Arachnophobie, Piranhas …), les films avec des démons, des fantômes, de la sorcellerie et autres pouvoirs occultes ( Rosemary’s Baby, Conjuring, Shining (nouvelle fenêtre), Insidious …), Les films avec transformations ou mutations (La mouche, Simetierre (nouvelle fenêtre), Gremlins, Hurlement …), les films Home-invasion (nouvelle fenêtre).

Un « Home invasion », est avant tout un terme du vocabulaire judiciaire : des personnes mal intentionnées pénètrent de force dans une maison ou un appartement occupé, pour commettre un vol ou des agressions, alors que les occupants pensaient être en sécurité chez eux (Us, Ghostland, Panic room, American nightmare).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelques réalisateurs qui se sont exercés au genre horrifique, fantastique

  • Wes Craven (Saga Scream, Les Griffes de la nuit, La dernière maison sur la gauche, La colline a des yeux)
  • Stanley Kubrick (Shining (nouvelle fenêtre), Orange mécanique)
  • John Carpenter (Halloween, Christine, The thing)
  • Joe Dante (Piranha, Les Gremlins, Panique sur Florida beach)
  • James Wan (Saw, Conjuring, Insidious, Annabelle)
  • Jonathan Demme (Le Silence des Agneaux)
  • Sean. S. Cunningham (Vendredi 13, House, M.A.L, Freddy contre Jason)
  • Alfred Hitchcock (Psychose, Les Oiseaux)
  • Tobe Hooper (Massacre à la tronçonneuse, Poltergeist, La nuit déchirée)
  • Mr Night Shyamalan (nouvelle fenêtre) (Sixième sens, Signes, The visit, The Village, Split)

Éteignez les lumières, préparez le patchwork et faites chauffer le pop-corn. Mais avant tout, vérifier que la porte est bien fermée et qu’il n’y a rien sous le canapé, voici ma sélection, pour votre soirée frisson d’Halloween …

 

Pour les touts-petits

Pour les plus jeunes

Pour les ados

Pour adultes

Pour Public averti

 

Faites vous peur avec les films de la Médiathèque !

Zoom sur Laëtitia, LA série Française sélectionnée par le Festival du film de Sundance 2020 …

23 Oct

À court d’idée pour vos week-ends ou vos soirées ? Allez faire un tour sur notre service Médiathèque Numérique (nouvelle fenêtre) accessible sur PC, MAC, tablette et smartphone. Une offre composée de plus de 3 200 programmes variés (cinéma français et international en courts ou longs métrages, documentaires, magazines et spectacles) s’adressant aux passionnés comme à ceux en recherche de divertissement. Les enfants également y découvriront un choix de grande qualité (cinéma d’animation, classique…). Aujourd’hui, Zoom sur Laetitia, la mini-série (nouvelle fenêtre) de Jean-Xavier de Lestrade (nouvelle fenêtre), en 6 épisodes.

Retour sur l’affaire Laëtitia Perrais, loin d’être un simple fait divers …Une affaire sociale, criminelle et politique. Gros succès télévisuel, malgré un sujet grave et tragique, avec six épisodes choc, très émouvants, touchants, qui ont marqué la rentrée et qui arrivent sur notre plateforme V.O.D.

Synopsis : Laetitia, 18 ans, disparaît près de Pornic, en Loire-Atlantique. Son scooter est retrouvé au petit matin renversé juste devant sa maison. Très vite l’enquête de gendarmerie va reconstituer les dernières heures de la jeune fille et mener à l’arrestation de Tony Meilhon, multirécidiviste. Mais s’ils ont la certitude d’avoir identifié le responsable, les enquêteurs ne retrouvent pas le corps de la jeune fille…

Première série française, Laëtitia en compétition au célèbre Festival du film de Sundance 2020 (nouvelle fenêtre), cocorico ! Très belle mini-série de qualité, un très bon casting, les épisodes sont riches et bien ficelés. Au-delà de l’enquête, une histoire cachée, celle de la vie des jumelles, une histoire révoltante de maltraitance, une histoire de violence ordinaire et quotidienne, comme imperceptible …

Faites votre cinéma à La Médiathèque, avec la VOD !!

%d blogueurs aiment cette page :