La folie est au bout du couloir

6 Sep

L’intrigue de Shock Corridor (1963) met en scène un journaliste, Johnny Barrett, qui décide d’enquêter sur un crime non résolu dans un hôpital psychiatrique. Pour résoudre l’affaire et afin de se faire lui-même interné dans la structure hospitalière, il feint la psychose. Parmi les internés, Barrett va peu à peu s’approcher de la vérité au risque de perdre sa propre identité… Fuller tisse une trame aux allures de polar, prétexte d’une violente critique sociale de cette Amérique alors en pleine dérive, ce qui vaudra au film d’être censuré dans les états conservateurs du Sud du pays : sexualité puritaine, xénophobie latente, montée des extrêmes (le Ku Klux Klan), guerre du Vietnam comptent parmi les thèmes brûlants d’un film qui se révèle être un manifeste politique déguisé en film noir, et qui, parce qu’il excelle à dénoncer la mauvaise conscience de son pays, n’a toujours rien perdu de sa force contestataire.

Shock Corridor, réalisé par Samuel Fuller, USA, 1963

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :