L’impossible Monsieur Bébé ou la screwball comedy portée à sa perfection…

4 Oct


Une soirée Cin’Eiffel sous le signe de l’humour
Bande-annonce
Définition de la screwball comedy
L’âge d’or de la screwball

Une soirée Cin’Eiffel sous le signe de l’humour

Une soirée Cin’Eiffel sous le signe de l’humour –

Le jeudi 10 octobre prochain, nous vous proposons, à l’affiche de Cin’Eiffel, une comédie loufoque et cultissime : L’impossible Monsieur Bébé, de Howard Hawks, porté par Katharine Hepburn et Cary Grant qui nous offrent ici une prestation de très haute volée !

C’est la toute première comédie que nous projetons à Cin’Eiffel depuis ses débuts ! Et quelle comédie ! Les avis, que ce soit critiques ou spectateurs, sont unanimes pour saluer l’aspect quasi thérapeutique de cette réalisation de Hawks. Dialogues incisifs, comique irrésistible, situations hilarantes voire absurdes, un couple d’acteurs épatants, un gentil léopard qui est en fait un jaguar et un fox-terrier domestique qui se révèle des plus féroces : tout est réuni dans cette comédie pour rire à gorge déployée pendant 1h40 !

Citons Pierre Murat qui note ainsi dans sa critique  du film pour Télérama : « Aussi réjouissant pour le moral qu’une tonne de Prozac ! ». Ou encore Olivier Père qui, dans les Inrockuptibles, écrit que Hawks a trouvé les éléments pour « réaliser une comédie absolument frénétique qui pousse très loin le délire, verbal et visuel, aidé par la fantaisie, la souplesse et le débit hallucinants de ses deux vedettes. »

Bande-annonce

Bande-annonce du film –

Définition de la screwball comedy

Définition de la screwball comedy –

L’impossible Monsieur Bébé est une donc une comédie hollywoodienne qui appartient plus particulièrement au sous-genre de la screwball comedy, propre aux années 30 et 40. La screwball tire son nom de l’argot américain, terme qui désigne un individu au comportement étrange voire excentrique (le mot est lui-même tiré du jargon du baseball).

La screwball comedy, même s’il n’existe pas de définition définitive, présente des éléments distinctifs qui permettent de l’appréhender : humour, dialogues incisifs, ainsi qu’une intrigue centrée sur des questions de mœurs, avec notamment les thèmes de la rupture, du divorce ou du remariage. Concernant ce dernier point, le philosophe Stanley Cavell estime que L’impossible Monsieur Bébé fait partie des 7 comédies qui établissent précisément la comédie du remariage.

La screwball comedy, par ailleurs, est traversée par des antagonismes forts et tranchés : antagonisme sexuel, opposition de classe, excentrisme… Ce qui caractérise encore ces comédies, c’est l’inversion des valeurs traditionnelles, déployant alors  l’expression d’une certaine forme de liberté. On peut le constater dans le personnage interprété par Katharine Hepburn : Suzan est une femme volontaire et décidée, prenant les choses, et donc sa vie, en main, drôle et intelligente ! Susan est l’anti femme au foyer par excellence ! Celle qui décide de tracer sa voie, de dire à l’homme qu’elle aime qu’elle l’aime, sans attendre que celui-ci, par lui-même, ne le comprenne…

L’âge d’or de la screwball

L’âge d’or de la screwball

Traditionnellement, la « comédie loufoque » commence avec New York Miami de Capra (1934) et s’achève avec Arsenic et vieilles dentelles du même Capra (1944). Pendant ces quelques 10 années, des réalisateurs et des couples mythiques d’acteurs ont donné forme et noblesse au rire au cinéma ! Ce qui est très intéressant avec la screwball comedy, c’est que les films qui la représentent ont une forte teneur sociale ou sociologique : ces comédies sont certes hilarantes, et provoquent un rire communicatif et intemporel ; mais les screwball ne sont pas simplement des comédies dont le but est de faire rire : elles expriment en effet des choses et des situations très justes et nous apprennent beaucoup de la société américaine des années 30-40. Avec en fond, toujours, l’idée que le mariage, même si c’est un remariage, vaut mieux que l’union libre… Sur cet aspect, à la fois libérateur et puritain, on laissera chacun se faire son idée…

De grands noms de la réalisation, de grandes actrices et de grands acteurs ont participé à l’essor et à la renommée des screwball comedy, faisant ainsi de ce sous-genre une perfection de la comédie américaine hollywoodienne ! Pour preuve, L’impossible Monsieur Bébé qui, plus de 70 ans après sa réalisation, nous fait toujours autant rire et… réfléchir !

Benoît N.

Publicités

4 Réponses to “L’impossible Monsieur Bébé ou la screwball comedy portée à sa perfection…”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le cri du léopard… | Cin'Eiffel - 11 octobre 2013

    […] discuter, également, sur les caractéristiques de ce sous-genre  de la comédie américaine (voir l’article précédent consacré au film), ainsi que sur la trame idéologique latente de ce film culte : le mariage, […]

  2. Scènes des évasions perdues : dream in a deathcar… | Cin'Eiffel - 8 janvier 2014

    […] avons projeté, le 10 octobre dernier, L’impossible Monsieur Bébé de Howard Hawks, une screwball comedy de référence, porté par un couple mythique : Katharine […]

  3. SUR LA PISTE DES INDIENS au Musée du Quai Branly | Cin'Eiffel - 16 avril 2014

    […] Ford,  Robert Altman, Samuel Fuller, William A. Wellman, Raoul Walsh, John Huston, Arthur Penn, Howard Hawks et tant […]

  4. Cin’Eiffel : saison grand cru ! | Cin'Eiffel - 30 juillet 2014

    […] découvertes et grands classiques – L’impossible Monsieur bébé et les rires dans la salle, In the mood for love et son inaltérable mélancolie, Le Boucher et […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :