En passant

Quand Wong Kar-wai filme l’amour : l’image manquante…

12 Nov

Encore une très belle soirée Jeudi 7 novembre dernier au Cin’Eiffel de Levallois, avec la projection d’In the Mood for Love ! Vous étiez un peu plus de 50 à découvrir ou redécouvrir ce chef-d’œuvre du cinéaste hongkongais Wong Kar-wai, datant de l’an 2000. Le film valut à son interprète principal Tony Leung le prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes, ainsi que le Grand prix de la commission supérieure technique (pour la photographie notamment).

A voir le film, la présence de Tony Leung est indissociable de celle de Maggie Cheung. Les deux personnages qu’ils incarnent n’ont de cesse, durant 1h30, de se chercher, de se croiser (dans des ruelles, dans des couloirs d’immeubles, dans des escaliers), d’échanger des regards – les convenances du Hong Kong du début des années 60 leur interdisant d’aller beaucoup plus loin. Le trait de génie de Wong Kar-wai est de monter son film dans un fractionnement temporel incroyable et rare, qui nous place, à chaque instant, en pleine fracture, en pleine perte de continuité… La seule permanence que l’on ressent dans ce film est ce lien (imaginaire?) unissant ces deux amoureux à l’amour impossible. Mais précisément, que voit-on réellement de leur amour ? De la consommation de leur désir réciproque ? C’est ce voir qu’interroge Wong Kar-wai tout au long du film : à quelle réalité se réfèrent les images que l’on voit ? Quel est ce film sous nos yeux, nous qui sommes devenus les voyeurs de cette relation sans contact ? Où est, où se passe ce film?

Car, spécificité du montage encore, le doute persistera quant à savoir ce qui s’est vraiment passé entre Mme Chan et M. Chow : ce sont des sensations qui subsistent, des restes (concept chinois de « yi ») de fantasmes, une reconstruction qui bute sur toute forme possible de réalité… Ce qui nous fuit à la projection d’In the Mood for Love, ce n’est rien moins que le contemporain.

On peut relever, dans In the Mood for Love, 4 axes de réflexions, présent à différents degrés dans l’ensemble des films du réalisateur : le thème du secret et son pendant cinématographique, l’écran (le paravent, présent à tous les niveaux dans les cadres) ; le lien : qu’il soit amoureux ou social, et sa faillite inéluctable ; la répétition et sa variante sur le temps (on garde en mémoire la musique du film, lancinante et répétitive jusqu’à l’obsession,  jusqu’à l’abstraction du temps chronologique) ; la mémoire enfin : ce qui reste de ce qu’on a vécu, et cette impossibilité à être dans un quelconque présent (figure du romancier que l’on retrouve dans 2046, dont l’écriture fut contemporaine de celle d’In the Mood for Love, les ruines d’Angkor, etc.).

In the Mood for Love est un film très riche, passionnant, mais c’est surtout une œuvre très belle, à l’élégance raffinée (les intérieurs, par exemple, sont assortis aux robes de Maggie Cheung et/ou inversement… Et que dire de ces robes qui font ressembler Maggie Cheung à la Madone au long cou du Parmesan), très mélancolique et qui demande à être vue plusieurs fois, tant cette temporalité diffractée reste gravée en nous pour longtemps, et pour longtemps inaccessible…

La Madone au long cou du Parmesan, inspiration de Mme Chan

Benoît N.

Publicités

2 Réponses to “Quand Wong Kar-wai filme l’amour : l’image manquante…”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Nos meilleurs films de l’année : la sélection de Cin’Eiffel ! | Cin'Eiffel - 30 décembre 2013

    […] Benoît 1. 4h44, dernier jour sur terre, Abel Ferrara 2. La Vie d’Adèle, Abdellatif Kechiche 3. Django unchained, Quentin Tarentino 4. L’Inconnu du lac, Alain Guiraudie 5. The Grandmaster, Wong Kar-wai […]

  2. Cin’Eiffel : saison grand cru ! | Cin'Eiffel - 30 juillet 2014

    […] et grands classiques – L’impossible Monsieur bébé et les rires dans la salle, In the mood for love et son inaltérable mélancolie, Le Boucher et la duplicité de l’amour, Persona et les […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :