Giulietta Masina : Chaplin au féminin

4 Jan

gm

Giulietta Masina est née le 22 février 1920 à San Giorgio di Piano en Italie.

Elle fait ses premiers pas sur scène avec la troupe de la faculté de Rome où elle prend des cours de danse, de musique et étudie la philosophie. En 1942, elle travaille à la radio, interprétant l’héroïne d’une série de nouvelles écrites par un certain Federico Fellini, qu’elle épouse l’année suivante.

En 1946, elle débute au cinéma comme figurante dans Paisa, de Roberto Rossellini ; puis Alberto Lattuada lui donne le rôle de la pauvre prostituée de Sans pitié, pour lequel elle reçoit le Ruban d’argent de la meilleure actrice dans un second rôle en 1949 : elle obtiendra ce même prix en 1951 pour Les Feux du music-hall de Lattuada et Fellini, faisant d’elle une figure brillante et pathétique qui contient déjà le meilleur de son talent. Égérie de Fellini, elle tourne avec lui Le Cheik blanc, La Strada, Les Nuits de Cabiria (Prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes), Juliette des esprits (David di Donatello de la meilleure actrice), Ginger et Fred (Ruban d’argent de la meilleure actrice). Elle tourne aussi pour de grands réalisateurs : Luigi Comencini, dans Les Volets clos, Roberto Rossellini, dans Europe 51, ou encore Julien Duvivier dans La Grande Vie.

A la fin des années 60, elle apparaît dans quelques feuilletons télévisés et anime une émission de radio. A l’écart des plateaux depuis quelques années, elle incarne, pour son dernier rôle, une mamma inquiète dans Aujourd’hui peut-être… de Jean-Louis Bertuccelli.

L’actrice au charme chavirant et à la drôlerie clownesque décède cinq mois après son mari, le 23 mars 1994 à Rome.

Publicités

Une Réponse to “Giulietta Masina : Chaplin au féminin”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Cin’Eiffel 2014 : ça démarre fort ! | Cin'Eiffel - 8 janvier 2014

    […] En effet, il y est là aussi question de la recherche du bonheur : Giuletta (interprétée par Giuletta Masina, épouse de Fellini à la ville), bourgeoise conformiste dont la vie est entièrement dédiée à […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :