Un grand film français des années 70 : Le boucher de Claude Chabrol

2 Fév

En 1970, tous les films de Chabrol marchent bien et se vendent à l’étranger ; il a les moyens de produire lui-même ses films et de mener à bien des projets qui lui tiennent à cœur : « l’idée était de faire une histoire qui ait l’air des plus simples et des plus lisses et qui contienne toute l’histoire de l’humanité». Il vient de tourner Que la bête meurt avec Jean Yanne et écrit ce film pour lui. Le rôle féminin est assez vite attribué à Stéphane Audran, qu’il a vue sur le tournage de La Peau de Torpédo. Il cherche des grottes (berceau de l’humanité…) et découvre, lors de repérages, exactement ce qu’il désire : le village du Trémolat sur les bords de la Dordogne, non loin des Eyzies de Tayac et des grottes de Lascaux, berceau de la Préhistoire. Le village est charmant et accueillant, et l’équipe de tournage sympathise assez vite avec les autochtones, que Chabrol décide de faire tourner.

Le Boucher est certainement l’œuvre la plus parfaite de Chabrol : scénario subtil, mais avec une narration fluide et linéaire. Il soigne tout particulièrement la lumière, en n’éclairant qu’une partie des scènes ; il s’aménage, ainsi, des zones d’ombre pour intensifier le mystère et suggérer autre chose que ce que voit le spectateur.

Le film, angoissant, préfigure la fêlure originelle de l’homme, mais aussi révèle l’histoire d’un amour manqué, puis impossible, magnifiquement interprété par deux grands acteurs qui jouent sur la dualité, dans leur sensualité même :  elle, belle, parisienne, élégante, cultivée ; lui, brisé par la vie et par deux guerres (Indochine et Algérie), maladroit et fou de désirs retenus, impuissant à s’exprimer : il lui offre alors un gigot comme on séduirait avec des fleurs…

L’éternelle histoire de la Belle et la Bête.

Cin’Eiffel vous propose cette projection : jeudi 6 février, 19h30

Faites votre cinéma à la Médiathèque !

Publicités

Une Réponse to “Un grand film français des années 70 : Le boucher de Claude Chabrol”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Stéphane Audran, une vie d’actrice | Cin'Eiffel - 5 février 2014

    […] : parmi ceux-ci,  Les bonnes Femmes, Les Biches (Ours d’argent de la meilleure actrice), Le Boucher (Prix San Sebastian de la meilleure actrice), Violette Nozière (César de la meilleure actrice dans […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :