Un certain regard cannois

7 Mai

Catégorie de la sélection officielle du Festival de Cannes lancée en 1978, Un Certain Regard se conçoit comme une mise en perspective d’un cinéma plus « atypique » que dans le volet principal de la sélection officielle des longs métrages et récompense généralement des cinéastes encore peu connus. Elle se veut « la contre programmation de la sélection officielle par elle-même », selon la définition de Thierry Frémeaux, délégué général du Festival. Le Prix « Un Certain Regard » consiste en une aide à la distribution en France, soit 30 000 euros au distributeur français du film primé.

Le Président du jury

Scénariste, producteur et réalisateur argentin, Pablo Trapero succède cette année, à la présidence du Jury « Un Certain Regard », à Thomas Vinterberg − lauréat du Prix du jury pour Feston en 1998 − qui avait récompensé l’an dernier le documentaire franco-cambodgien L’Image manquante,  par lequel Rithy Panh témoigne sous une forme originale des atrocités commises par les Khmers rouges. L’année précédente, c’était le glacial et subtil Despues de Lucia du mexicain Michel Franco qui avait conquis les jurés du Prix. Pablo Trapero s’est déclaré « très fier d’être le Président du jury du Certain Regard. Fier de participer à l’aventure cannoise d’une autre manière. Le Certain Regard, où j’ai présenté trois de mes films, est une sélection toujours passionnante. On y trouve de grands maîtres, de jeunes promesses, les nouveaux pays et les formes nouvelles du cinéma. »

Les films en sélection

La sélection, soit 20 films dont 7 premières œuvres, a été annoncée le 17 avril dernier.

Parmi eux, l’adaptation de La Chambre bleue de Georges Simenon par l’acteur et réalisateur Mathieu Amalric ; Eleanore Rigby (him and her) dans lequel Ned Benson met en scène les déboires d’un couple new-yorkais de restaurateurs dont la femme décide de reprendre ses études et organise la confrontation des deux points de vue. Le changement de vie est également au cœur du Bird People de Pascale Ferran − peut-être inspiré par le Lost in translation de Sofia Coppola ? − où un ingénieur en informatique en transit à Roissy décide de changer radicalement le cours de son existence. Enfin, le documentaire de Win Wenders et Juliano Ribeiro Salgado fera goûter aux jurés « Le sel de la terre » pour le grand photographe humaniste Sebastião Salgado dont la vie et le travail sont révélés par les regards croisés de son fils, Juliano, qui l’a accompagné dans ses derniers périples et de Wim Wenders, lui-même photographe.

Le Prix « Un Certain Regard » sera décerné le vendredi 23 mai prochain.

La Chambre bleueBird People

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :