Ma drôle d’histoire du cinéma…

8 Sep

1. Le Meilleur (Barry Levinson, 1984, Usa)

Elle a débuté comme ça, ma drôle d’histoire du cinéma.

Disons que c’était au milieu des années 80.

Comme ça donc, ou autrement…

Un soir, il est forcément tard quand on n’est pas encore très vieux, quand surtout on n’a pas  du tout atteint l’âge de se voir reprocher de ne pas être assez sérieux, je tombe sur le générique d’un film tout à fait prometteur pour le gamin que je suis, plus passionné de sport que de cinéma il faut l’admettre, et dont  le premier souvenir, toutes catégories confondues, restera, mythe ou réalité peu importe, le France-Allemagne de Séville en 1982 ! Tout souvenir commencerait-il par une défaite ?

Robert Redford est le Meilleur !

Robert Redford est le Meilleur !

Le film qu’aujourd’hui encore je ne peux évoquer sans une certaine émotion, celui dont je me souviens toujours comme de ma première fois de cinéma, s’appelle Le Meilleur ! Dire que c’est le meilleur film de l’histoire du cinéma serait à coup sûr prendre un risque inconsidéré et perdre, sur le champ, toute crédibilité. Mais tout de même, après l’avoir porté aux nues et l’avoir vu, en l’espace de quelques années, une bonne quinzaine de fois ; après, dans le sens inverse (un peu comme le moment de l’antithèse d’une dialectique stéréotypée) l’avoir plus que de raison dénigré, je l’ai revu il y a quelques semaines pour, je pense, ce qu’il est : un film honnête, porté par un Robert Redford au sommet de sa forme, de sa beauté et de son charisme, et par une cohorte de seconds rôles bienvenus (Robert Duvall, Glenn Close, Kim Bassinger et même Michael Madsen) : un film, sans être trop difficile, pour peu que l’on décide de ne pas être trop critique, d’accepter donc de le regarder pour ce qu’il est (un film sur l’accomplissement de soi, la réalisation de ses rêves, malgré l’adversité…), que l’on peut apprécier pour des motifs plus organiques qu’intellectuels…

L’histoire est de celle qui fait rêver les Américains : un jeune homme surdoué du base-ball, à l’orée d’une carrière exceptionnelle, voit son rêve brisé après avoir reçu un coup de revolver ; Roy Hobbs reviendra sur les terrains une quinzaine d’années plus tard, faisant office de vétéran et là… Là, évidemment, plus c’est gros meilleur c’est, on verra très vite qu’il n’a rien perdu de sa superbe, qu’il peut tirer son équipe vers les sommets, et faire vibrer les foules, lever les stades, et chavirer les cœurs ! Apothéose du film et de son esprit de vainqueur, vision idyllique et clichéique de l’American dream, il faut revoir et se délecter, jusqu’à désagrégation de la pellicule ou blackout complet du lecteur Dvd, de cette scène spectaculaire où Roy Hobbs fait  exploser les projecteurs du stade, dans un feu d’artifice électrique, pendant qu’il effectue tranquillement son home run !

Le petit à la culture tout juste naissante que j’étais n’y comprenait rien aux règles incompréhensibles du base-ball (ce qui n’a pas changé d’ailleurs !) ; mais bon, celui qui incarnerait plus tard l’âme et l’identité de Sundance était vraiment, et définitivement, très cool et très brillant !

Le Meilleur a été ma rampe de lancement dans le cinéma. Celle-ci ou une autre peu importe…

Et puis, comme un clin d’oeil à un déterminisme culturel ou cinématographique, The Natural  (je l’apprendrai plus tard) a été tourné, en partie, à Buffalo… Buffalo, théâtre d’un film sur lequel je reviendrai et qui place son traumatisme un soir de match… dans ce même stade…

Mais entre temps, on a grandi.

Benoît N.

Publicités

2 Réponses to “Ma drôle d’histoire du cinéma…”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Ma drôle d’histoire du cinéma… Clap de… | Cin'Eiffel - 20 octobre 2016

    […] Entre temps on a grandi, mais pas tant que ça heureusement ! […]

  2. John Turturro do the right thing ! | Cin'Eiffel - 22 mars 2017

    […] très différents. On le voit dans pas moins de soixante films, sous la direction notamment de Robert Redford (nouvelle fenêtre) (Quiz Show, 1994), de Francesco Rosi (La trêve, 1997) de Nicolas Winding Refn (nouvelle […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :