En passant

Quand passent les cigognes : la petite histoire dans la grande Histoire

4 Oct

La projection de Quand passent les cigognes de Mikhail Kalatozov a été l’occasion, ce jeudi 2 octobre, d’une très belle soirée à Cin’Eiffel ! Vous étiez 65 personnes à assister et à échanger autour du film – peut-être le plus romantique jamais tourné…

A travers ce film audacieux, c’est tout un symbole : celui de ce que l’on a pu appeler, en U.R.S.S., le Dégel. La sortie du film est un événement tant politique que cinématographique et marque un tournant dans l’histoire du cinéma soviétique en insufflant de la vie dans la production de films de l’ère post-Stalinienne.

Quand passent les cigognes 3

C’est l’histoire émouvante d’un amour impossible dans le cadre dramatique de la guerre (1941-1945). Ce mélodrame psychologique nous montre des gens dans le réel avec leurs doutes et leurs inquiétudes, leurs joies et leurs tristesses. Le contexte est historique certes, mais ici pas d’allusion à Staline, ni d’idéologie trop marquée ; c’est à l’individu que l’on s’attache.

Le film poétique et très expressif est illuminé par la présence gracieuse de Tatiana Samoïlova (mention spéciale d’interprétation au festival de Cannes 1958) et révèle Alexeï Batalov, ainsi qu’un brillant directeur de la photographie Sergueï Ouroussevski (Prix de la Commission supérieure technique pour la photographie Festival de Cannes 1958) dont la virtuosité va marquer par ses prouesses formalistes (mouvement de caméra, cadrage, etc.).

Le cycle « chants de guerre, d’amour et de mort » se poursuit avec Eté violent de Valerio Zurlini, puis Le Temps d’aimer et le temps de mourir, le chef-d’oeuvre de Douglas Sirk. Trois films, trois points de vue différents, trois nationalités : encore 2 séances, à ne pas manquer !

Faites votre cinéma à la Médiathèque !

Publicités

Une Réponse to “Quand passent les cigognes : la petite histoire dans la grande Histoire”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Douglas Sirk et le mélodrame | Cin'Eiffel - 24 octobre 2014

    […] 1957-1959 que nous avions imaginés comme un triptyque : regards croisés de 3 grands réalisateurs russe, italien et américain sur les mêmes questions : est-il possible d’avoir un destin amoureux […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :