En passant

Eté violent

18 Oct

La projection d’Eté violent de Valerio Zurlini , ce jeudi 16 octobre a réuni une soixantaine de personnes à Cin’Eiffel : avez-vous vibré comme nous devant cette histoire d’amour passionnelle ?

Si vous n’étiez pas au rendez-vous jeudi soir, vous pouvez encore emprunter le DVD à la médiathèque Albert Camus ! N’attendez pas !  Car ce film est à voir absolument : c’est une histoire d’amour, mais quelle histoire d’amour…

C’est l’été, à Riccione en Italie. La chute de Mussolini est imminente, il fait chaud, la plage s’offre généreusement à qui veut oublier que c’est encore la guerre et que des gens meurent au front, ou bien que l’on est jeune nanti bien loti un peu lâche de surplus…

Sur la plage il y a Carlo le jeune nanti, et Roberta, jeune veuve d’un officier de marine… Une ombre s’esquisse déjà sur la plage ensoleillée, les rouages d’un amour impossible sont en marche. Ces deux-là se sont trouvés : il est hypnotisé, elle est aimantée et dans la torpeur de l’été ils vont s’aimer. Elle ose enfin « se défendre » des convenances, se libérer de son mari mort en héros avec qui elle n’a jamais été heureuse : se laisser aller à ses émotions, écouter ses désirs charnels…

Les mouvements de caméra sont caressants et sensuels et nous entraînent dans la danse des regards et des non-dits comme Carlo et Roberta sur Temptation de Bing Crosby.

 

Une passion d’amour en noir et blanc donc, dans la demi-teinte et tout en nuance.

Jean-Louis Trintignant est magnifique et Eleonora Rossi-Drago bellissima !

On entre dans cette danse, un pas en avant, on y croit, un pas en arrière et on n’y croit plus, c’est la nuit et pourtant il fait lumière, c’est le jour il fait sombre… On y croit et puis on n’y croit plus, on y croit, on n’y croit plus… L’Histoire et le poids des convenances les ont rattrapés.

Le cycle « Chants de guerre , d’amour et de mort » se poursuit le jeudi 23 octobre avec Le Temps d’aimer et le temps de mourir, le chef d’œuvre de Douglas Sirk.

Faites votre cinéma à la Médiathèque !

Publicités

3 Réponses to “Eté violent”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Douglas Sirk et le mélodrame | Cin'Eiffel - 24 octobre 2014

    […] que nous avions imaginés comme un triptyque : regards croisés de 3 grands réalisateurs russe, italien et américain sur les mêmes questions : est-il possible d’avoir un destin amoureux durant le […]

  2. Phoenix, speak low, darling, speak low | Cin'Eiffel - 25 février 2015

    […] Ce qui subsiste, ce qui résiste et ce qui vit, c’est peut-être l’art. Ici, la musique, l’art de chanter qui n’est peut-être qu’un moyen de dire autrement. Mais qu’il faut dire tout bas. Speak low, chante Nelly dans la scène finale et qui n’est pas sans rappeler la tension de la scène de Temptation dans le film Un été violent. […]

  3. Il est vivant, ils sont vivants : Z de Costa-Gavras | Cin'Eiffel - 12 février 2016

    […] Mais ce que dit aussi Z, c’est que c’est dans cet extrême péril que résident le sursaut et la survie de cette même démocratie aux aboies : car les citoyens sont obligés de reprendre leur destinée en main s’ils veulent simplement pouvoir continuer à vivre comme des hommes et non comme des esclaves ou des opprimés (des citoyens incarnés ici par le juge d’instruction, joué par Jean-Louis Trintignant). […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :