Palmarès de la Berlinale 2015 : primes aux « jeunes » et à la liberté !

16 Fév
La Berlinale 2015 a livré son palmarès ce samedi 14 février : et comme nous l’avions espéré, les jeunes talents ont largement été récompensés ! De jeunes talents et Jafar Panahi, vecteur iranien et atemporel de liberté, qui porte au plus haut l’esprit de création !
  • Pablo Larrain, Chilien, 38 ans : Grand Prix du jury pour El Club ;
  • Malgorzata Szumowska, Polonaise, 42 ans : Ours d’argent du Meilleur réalisateur pour Body ;
  • Radu Jude, Roumain, 37 ans : Ours d’argent du Meilleur réalisateur pour Aferim ! ;
  • Sebastian Schipper, Allemand, 46 ans : Ours d’argent de la Meilleure contribution artistique pour Victoria.
  • Alexeï Guerman Jr (le fils d’Alexeï Guerman, disparu en 2013 et dont le dernier film, Il est difficile d’être un Dieu, est actuellement en salle), Russe, 38 ans : Ours d’argent de la Meilleure contribution artistique pour Pod electricheskimi oblakami.

A noter encore l’Ours d’argent du Meilleur scénario pour Le Bouton de nacre de Patricio Guzman.

A noter encore le prix d’interprétation féminine décernée à Charlotte Rampling, qui remporte là son premier prix international !

Jafar Panahi

Jafar Panahi remporte l’Ours d’or pour son film documentaire Taxi !

Enfin, surtout, le jury présidé cette année par Darren Aronofski a célébré le dernier film de Jafar Panahi, Un Taxi, en lui donnant l’Ours d’or. Panahi, interdit de travailler en Iran, interdit de quitter le pays jusqu’en 2030, a néanmoins filmé clandestinement ce documentaire, où lui-même conduit un taxi dans les rues de Téhéran, laissant aller sa caméra à l’intérieur de sa voiture (d’avant en arrière) et captant, à partir de cet unique espace, ce qui se passe dehors… Panahi, dans Taxi, met en scène son emprisonnement. Ainsi que son engagement et son combat.

«Plutôt que de laisser détruire son esprit et d’abandonner, plutôt que de se laisser envahir par la colère et la frustration, Jafar Panahi a écrit une lettre d’amour au cinéma.» C’est en ces termes, en mettant en avant son combat, qu’Aronofski a annoncé la remise de l’Ours d’or à Panahi.

C’est sa nièce qui à sa place a reçu la statuette.

Benoît N.

Publicités

Une Réponse to “Palmarès de la Berlinale 2015 : primes aux « jeunes » et à la liberté !”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Festival cinéma Télérama 2016 | Cin'Eiffel - 18 janvier 2016

    […] L’Iranien Panahi à qui, depuis décembre 2010, il est interdit et de réaliser des films et de quitter le pays, s’impose comme la figure de proue de la résistance à l’obscurantisme et du combat pour la liberté. Car malgré les interdictions qui le touchent, Panahi continue de tourner, et de tourner dans sa ville : Téhéran. Taxi Téhéran est ainsi un film clandestin qui, par les fenêtres d’un taxi, nous donne à sentir l’atmosphère de vie de la capitale iranienne. Film majeur par sa portée symbolique et Ours d’or à la Berlinale 2015. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :