Quand le cinéma s’intéresse à l’école

12 Sep
Les vacances sont finies, et c’est reparti pour une année scolaire ! 12 millions d’élèves, du primaire au lycée, et 855 000 professeurs.
Le ciel se voile, les cahiers sont achetés, et de nouveau la peur d’arriver en retard, l’odeur des cartables, les retrouvailles émues avec les copains et les profs, le stress d’intégrer une nouvelle classe… Toutes ces petites choses qui nous font aimer ou détester l’école.
Le cinéma s’est donc penché naturellement sur toutes les facettes de l’école. De la salle de classe à la cour de récréation, du professeur tyrannique, maître absolu de sa classe et de son cours, au professeur passionné et passionnant respectueux des élèves, la représentation de l’école au cinéma nous propose des situations qui parlent à tous.
Zoom sur deux films qui racontent l’école d’hier et d’aujourd’hui.

L’argent de poche de François Truffaut (1976)
En une série de petites saynètes dont chacune est à elle seule un petit scénario, François Truffaut dresse un portrait réaliste et poétique sur son thème de prédilection, l’enfance. On suit une douzaine d’enfants à travers deux classes, celle de Monsieur Richet et celle de Madame Petit. Mais aussi hors de la classe, chez le coiffeur, à la fête foraine, au cinéma, à la visite médicale, et dans l’intimité des foyers. Tourné en décor réel avec les enfants de Thiers, L’Argent de poche retransmet à merveille une époque révolue, celle des années soixante dix.

Diabolo Menthe de Diane Kurys (1977)
1963, c’est la rentrée au lycée Jules Ferry (la mixité n’existe pas encore) à Paris pour deux sœurs, Anne 13 ans et Frédérique 15 ans. Les premiers émois, les premières brouilles, un contexte politique agité (la fin de la guerre d’Algérie n’est pas si loin), le divorce des parents (assez rare à l’époque). Tout cela est bon enfant, sans prétention. La réalisatrice Diane Kurys, dont c’est le premier film, s’est inspirée de son adolescence pour faire ce joli film qui a vieilli mais qui se regarde en sirotant un diabolo… fraise et en écoutant le célèbre tube d’Yves Simon « Diabolo Menthe ».

Retrouvez d’autres films dans cette filmographie où l’école tient une place de choix au cinéma.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :