East of Waterfront ou les destinées croisées…

6 Jan

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’un est petit, l’autre est grand. Et tous deux sont des monuments du septième art. Mallarmé dirait « avec le silence loin » (Crise de vers)

Le plus petit est dès ses débuts devenu une légende, incarnant une jeunesse écorchée et désireuse de vivre à toute allure. Plus tard il sera un mythe tout simplement.

Le plus grand était fort et musculeux, physique, plus que viril dans ses T-shirt sans manches, symbole d’une violence et d’une animalité ingérables, 

quand l’autre était tout en précarité et déséquilibre, titubant, constamment désaxé et contracté, donnant l’impression d’un animal malade.

Celui-ci est en quête d’harmonie quand l’autre dégage l’image d’un être enraciné dans le sol.

Les deux étaient des natures imprévisibles illuminant les écrans de cinéma de la fin des années 50, donnant aussi force à toutes les contradictions inhérentes à une Amérique en recherche d’identité et d’unité, et véhiculant les attributs et désirs contrastés d’une époque en crise. Dupliques eux-mêmes, ils incarnaient en quelque sorte les deux faces d’une même guerre…

Les deux ont tourné sous la direction d’Elia Kazan et n’ont jamais tourné ensemble. Ils n’en ont certainement pas eu le temps.

Les plus petit de ces géants s’appelait James Dean ; le plus grand Marlon Brando.

Kazan, Brando, Dean

Elia Kazan, Marlon Brando, James Dean au moment de la sortie de A l’Est d’Eden (1955).

Projection de Sur les quais avec Marlon Brando et Eva Marie-Saint ce jeudi 7 janvier, à 19h30, à la médiathèque Gustave-Eiffel !

Benoît N.

Publicités

Une Réponse to “East of Waterfront ou les destinées croisées…”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Charlie Chaplin, pionnier du septième art: indépendant et perfectionniste | Cin'Eiffel - 29 septembre 2016

    […] En 1952, Chaplin quitte les États-Unis pour l’Europe et s’installe en Suisse, sur les bords du lac Léman. En 1957, il tourne en Grande-Bretagne Un Roi à New York, violente condamnation de l’obscurantisme du maccarthysme. Ce n’est que dix ans plus tard qu’il réalise son dernier et unique film en couleurs,  La Comtesse de Hong Kong, avec Sophia Loren et Marlon Brando. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :