En passant

Jacques Rivette 1928-2016

29 Jan

Jacques Rivette, en ce triste vendredi 29 janvier 2016, laisse Jean-Luc Godard et une belle partie de l’histoire du cinéma français bien seuls…

Jacques RivetteJacques Rivette est mort, à l’âge de 87 ans.

Figure emblématique de la Nouvelle Vague avec Godard, Truffaut, Chabrol et Rohmer, le plus secret de la bande sans aucun doute, il est l’auteur d’une œuvre immense (30 films), intimiste et patiente, mystérieuse, pleine d’échos et de ramifications souterraines, de poésie.

De Paris nous appartient à 36 vues du Pic Saint Loup, en passant par les épreuves cinématographiques que sont Out 1 pour son ambition et sa durée, son expérimentation, ou Suzanne Simonin, La Religieuse de Diderot pour sa modernité et son scandale, son dépouillement, Rivette sera resté fidèle à sa représentation du 7ème art, qu’il appréhendait comme un terreau à modeler indéfiniment et à renouveler constamment.

La belle noiseuse

Emanuelle Béart et Michel Piccoli dans La Belle noiseuse (1990)

Le grand public le connaissait peut-être surtout pour L’Amour fou ou La Belle noiseuse ou encore pour Touchez pas à la hâche.

Être fidèle à sa conception du cinéma passait par une fidélité à ses actrices comme à ses scénaristes.

Bulle Ogier, Jane Birkin, Géraldine Chaplin, Sandrine Bonnaire, Jeanne Balibar.

Jean Gruault, Suzanne Schiffman, Pascal Bonitzer…

Mais cela passait aussi par une vision de la mise en scène : Rivette laissait filer, écrivait très peu pour que ses acteurs s’expriment, pour que le mystère vienne à l’expression, pour que quelque chose, enfin et en creux, ait lieu… Il était beaucoup question encore des entremêlements du vrai et du faux, de messages codés et de répétitions… Rivette aimait jouer, à n’en pas douter ; ce que son amour pour la troupe d’acteurs révélait !

Jacques Rivette déclarait à Libération, en 1995 :

« Un film est une chose organique. C’est un organisme comme n’importe quel corps. Les corps sont plus ou moins harmonieux, mais ce qui est important, c’est qu’ils marchent, je veux dire: qu’ils soient autonomes, vivants, avec leurs défauts et éventuellement leurs infirmités. »

Benoît N.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :