Le Sel de la Terre, un film de Wim Wenders

26 Sep

Le réalisateur allemand Wim Wenders s’est déjà essayé avec succès au documentaire biographique notamment avec Pina en 2011. Egalement photographe, il n’est pas étonnant qu’il se soit livré au portrait de Sebastião Salgado.

Il y a des années, Wim Wenders tombe en arrêt devant une photographie de Sebastião Salgado dans une galerie. Il ne connaît pas l’artiste et déclare : « Je ne savais pas qui l’avait prise. Je me suis dit que ce devait être à la fois un grand photographe et un aventurier. ». Il achète alors deux tirages : le premier représente un chercheur d’or, figure christique au milieu de la fourmilière humaine de la mine de Serra Pelada au Brésil, pays natif du photographe, et le second est le portrait saisissant d’une femme touareg aveugle.

En octobre 2014 paraît Le Sel de la Terre,  un film de Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado, fils aîné du photographe. Un film panégyrique qui rend compte de l’affection et de l’admiration que les deux réalisateurs vouent à l’homme aussi bien qu’à l’œuvre. On découvre ainsi, sans nul ennui malgré 1h50 de documentaire, une quantité impressionnante de clichés qui ont fait la réputation de Sebastião.

En effet, Salgado a parcouru le monde, entreprenant des projets photographiques pharaoniques, révélant de grandes tragédies humaines : la famine au Sahel, les exodes de population en ex-Yougoslavie, le génocide au Rwanda. On sent à travers ses photos en noir et blanc l’amour, la compassion que Sebastião Salgado porte à ses contemporains et pourtant lorsqu’il rentre du Rwanda, le dégoût a pris le pas sur l’empathie et Salgado a perdu foi en l’humanité. La désillusion le rend malade et le prive de toute envie de faire de la photographie à nouveau.

Sebastião rentre alors au Brésil avec sa femme Lélia qui lui propose un projet fou : reboiser les 750 hectares du domaine familial et ressusciter l’écosystème de la Mata Atlântica, la forêt primaire.  Cette vaste entreprise redonne espoir à Sebastião Salgado et lui donne l’envie d’un nouveau projet photographique : Genesis.  Huit années de travail seront nécessaires au couple Salgado pour faire aboutir ce projet, véritable hommage à la nature et à la beauté de la Terre, vierge de l’emprise de la société moderne.

On ne peut rester indifférent à la vue de ce film qui a non seulement le mérite de nous faire découvrir l’ampleur du travail artistique et humaniste de Sebastião Salgado mais aussi celui d’éveiller son public à l’engagement humanitaire et à la protection de la planète.

Ce film est disponible en DVD et VOD sur le site de La Médiathèque de Levallois.

Marie L.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :