Charlie Chaplin, pionnier du septième art: indépendant et perfectionniste

29 Sep

Charles Spencer Chaplin, dit  Charlie Chaplin, est né à Londres le 16 avril 1889. Issu d’une famille de music-hall, il débute sur les planches à cinq ans pour compenser une défaillance maternelle. A dix ans,  il joue dans une troupe d’enfants danseurs de claquettes les Eigth Lancashire et obtient quelques années plus tard un engagement dans la troupe de pantomime de Fred Karno, un imprésario britannique de cabaret. Il part alors en tournée aux États-Unis et ses talents comiques font rapidement de lui la vedette du spectacle.

Ensuite, il est remarqué par Mark Sennett qui l’engage dans la Keystone Company. Charlot, le vagabond, apparait dans ses premiers films, Pour gagner sa vie et Charlot est content de lui, tournés à Los Angeles en 1914. Son personnage va s’affiner progressivement dans les nombreux courts métrages tournés par Henry « Pathé » Lehrman. Charlot est né, facilement identifiable avec son chapeau melon trop petit, son pantalon trop large, sa petite moustache et sa démarche de canard appuyée sur sa canne de bambou.

Le succès est immédiat, que ce soit l’estime des artistes ou l’enthousiasme populaire. Il devient célèbre et riche. Chaplin passe d’une compagnie à une autre puis monte son propre studio à Hollywood et fonde avec Mary Pickford, Douglas Fairbanks et D.W. Griffith, United Artist Corporation : Shoulders Arms (1918),  Le Kid (1921), L’Opinion publique (1923), La Ruée vers l’or (1925, avec Buster Keaton), Le cirque (1928, Oscar d’honneur pour son génie à jouer, écrire, mettre en scène et produire) s’ensuivent.

Il  refuse de passer au cinéma sonore et continue de faire des films muets mais y incorpore progressivement quelques bruitages et sa propre musique. Au fil du temps, le vagabond comique prend peu à peu une dimension mélodramatique : Les Lumières de la ville (1931), Les Feux de la Rampe (1952) et laisse place à de nouveaux personnages dans des films aux notes plus politiques comme Les Temps modernes (1936), film dans lequel on suit  les tribulations d’un homme dans le contexte industriel, économique et social du vingtième siècle ou encore Le Dictateur (1940), véritable  diatribe anti-hitlérienne. Ce dernier est interdit en Allemagne et une grande partie du gouvernement américain lui est violemment hostile. Chaplin réalise ensuite Monsieur Verdoux, fable satirique inspirée de Landru.

En 1952, Chaplin quitte les États-Unis pour l’Europe et s’installe en Suisse, sur les bords du lac Léman. En 1957, il tourne en Grande-Bretagne Un Roi à New York, violente condamnation de l’obscurantisme du maccarthysme. Ce n’est que dix ans plus tard qu’il réalise son dernier et unique film en couleurs,  La Comtesse de Hong Kong, avec Sophia Loren et Marlon Brando.

Au cours des années 70, il reçoit des hommages du monde entier : Légion d’honneur en France, Lion d’Or à la Mostra de Venise, Oscar d’honneur en 1972, Oscar de la meilleure musique de film l’année suivante à Los Angeles, anoblissement par la reine d’Angleterre… Sir Charles Spencer  Chaplin meurt  le 25 décembre 1977 dans le Manoir de Ban à Corsier-sur-Vevey.

Cin’Eiffel présente jeudi 29 septembre Les Temps modernes, dernière apparition de Charlot à l’écran  et dernier film muet tourné à Hollywood.

 

Faites votre cinéma à La Médiathèque !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :