Bruno Ganz – un irrésistible désir de jouer

4 Jan

BRUNO GANZBruno Ganz est né le 22 mars 1941 à Zurich. En 1961, il part étudier en Allemagne puis participe aux débuts de la compagnie Berliner Schaubühne animée par Peter Stein. Sous la direction de ce dernier, il joue notamment Brecht, Kleist, Gorki et Peter Handke. Dans le même temps, il fait quelques apparitions au cinéma et tourne pour Jerzy Skolimovski dans Hauts les mains (1967). En 1975, son rôle dans Sommergäste dirigé par son complice Peter Stein lui permet d’être acclamé par la critique.

Il revient ensuite au cinéma, dans le film d’Éric Rohmer (La Marquise d’O, 1976) où il impose sa haute stature d’acteur au jeu contenu et laconique. L’année suivante, il tourne dans L’Ami américain de Wim Wenders. Puis ils travaillent à deux reprises ensembles : Les Ailes du désir (1987) et Si loin, si proche ! (1993). Ayant acquis une célébrité internationale, il tourne en Allemagne : Le couteau dans la tête de Reinhard Hauff (1978), La femme gauchère de Peter Handke (1978), Nosferatu le fantôme de la nuit de Werner Herzog (1978) où il fait face à Dracula incarné par Klaus Kinski, Le Faussaire de Volker Schlöndorff (1981) et plus récemment La Chute d’Oliver Hirschbiegel (2004) dans lequel il endosse brillamment le personnage d’Adolf Hitler enfermé dans son bunker. Il tourne aussi en Suisse : La provinciale de Claude Goretta (1981), Polenta de Maya Simon (1982), Vitus de Fredi Murer (2006) et Heidi d’Alain Gsponer (2015) ainsi qu’en Grèce : L’Éternité et Un Jour (1998 – Palme d’or à Cannes) et La Poussière du temps (2008) de Theo Angelopoulos. On le voit également dans des films français : Lumière de Jeanne Moreau (1976),  Retour à la bien-aimée de Jean-François Adam (1979), Sport de filles de Patricia Mazuy  (2011) ou encore  Michael Kohlhaas d’Arnaud des Pallières (2013) et des films italiens : La Dame aux camélias de Mauro Bolognini (1981) et Une femme italienne de Giuseppe Bertolucci (1981).

De plus, il participe à de grosses productions américano-britanniques : Ces garçons qui venaient du Brésil (Franklin J. Schaffner, 1978), Un crime dans la tête (Jonathan Demme, 2004), L’Homme sans âge (Francis Ford Coppola, 2007), The Reader (Stephen Daldry, 2008) et Cartel (Ridley Scott, 2013).

Durant toutes ces années, il continue de faire le comédien au théâtre. En 1991, il joue notamment à Paris dans L’Hypérion, l’opéra inachevé de Bruno Maderna où il dit à la perfection les poèmes d’Hölderlin. En 2000, il retrouve Peter Stein et tient le rôle-titre de Faust I et II de Goethe dans une représentation qui dure 13 heures.

Il s’essaye aussi à la réalisation avec Otto Sander dans le film documentaire Mémoire (Gedächtnis: Ein Film für Curt Bois und Bernhard Minetti, 1982) sur les acteurs Curt Bois et Bernhard Minetti.

En 2007, il est fait chevalier de la Légion d’honneur.

Retrouvez jeudi 5 janvier à 19h30,  Bruno Ganz dans Les Ailes du désir, film dans lequel il incarne l’ange Damiel qui se languit d’amour. Ce drame épique plein de nostalgie et d’empathie, filmé dans un très beau noir et blanc magnifié par Henri Alekan et souligné par une musique céleste, sera présenté par le philosophe Guillaume Tonning.

Faites votre cinéma à La Médiathèque.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :