Akira Kurosawa, maître du cinéma japonais

29 Nov

L’humanisme dAkira Kurosawa (nouvelle fenêtre) a fait du réalisateur l’un des plus grands maîtres du cinéma japonais. Arrivé au cinéma par hasard, il n’a jamais caché son aversion envers le milieu et accuse volontiers les acteurs de trop forcer leur jeu. Dans tous ses films, sa création se partage entre la critique de l’esprit samouraï et la révolte contre l’injustice sociale. Toutefois, il ne se considérait pas comme un cinéaste engagé. Avec plus d’une quarantaine de réalisations, le cinéma de Kurosawa donne à voir des films réalistes en passant du film noir aux grandes épopées du Japon médiéval. À partir de 1948, il va de chef-d’œuvre en chef d’œuvre. Mais en 1970, l’échec commercial de Dodes’kaden plonge le cinéaste dans une profonde dépression. En 1975, c’est le splendide Dersou Ouzala, joyau sibérien tourné dans d’admirables paysages de steppes et de forêt, retraçant l’histoire d’amitié entre un jeune explorateur russe et un vieux trappeur qui lui permit de revenir au sommet de son art. À 83 ans, Kurosawa sortait son dernier film, un des plus originaux en forme de testament philosophique Madadayo, portrait d’un vieux maître au crépuscule de sa vie.

Cin’Eiffel présente jeudi 30 novembre 2017 à 19h30, Dersou Ouzala, fine adaptation du récit de l’explorateur russe Vladimir Arseniev (nouvelle fenêtre) et Oscar 1976 du meilleur film étranger. La projection sera suivie d’une discussion animée par Christophe Champclaux, historien du cinéma, auteur et réalisateur, spécialiste de cinéma japonais.

Faites votre cinéma à la Médiathèque !

Cliquez sur les points rouges de l’image pour en découvrir davantage.

Publicités

7 Réponses to “Akira Kurosawa, maître du cinéma japonais”

  1. thomasjapon 5 février 2018 à 14 h 38 min #

    Bonjour,
    Voilà un beau résumé ! J’ai créé un site sur mon expérience et mes connaissances du Japon, notamment mes recherches très poussées sur Akira Kurosawa et des conseils de films japonais. Si cela vous intéresse, voici l’adresse du site :

    https://untouraujapon.wordpress.com/

    Bonne journée, et encore bravo pour votre article !
    Thomas

    • Isabelle D. 8 mars 2018 à 13 h 49 min #

      Bonjour,
      Merci pour votre lecture et vos compliments. Vos articles d’analyse sur Kurosawa seront certainement un plus passionnant pour tous les lecteurs fans de ce grand cinéaste. Et pour tous ceux qu’un tour au Japon tente… Bravo et ravie qu’une médiathèque ait satisfait votre soif de connaissance sur Kurosawa, faisant ainsi naître votre passion!
      Bonne journée,
      Isabelle

      • thomasjapon 3 janvier 2019 à 19 h 00 min #

        Bonjour,

        Nous avions échangé à propos du cinéma d’Akira Kurosawa, alors je vous adresse la parution de mes recherches sur le cinéma d’Akira Kurosawa (et en particulier le film Tsubaki Sanjûrô) ainsi que sur les arts traditionnels japonais (principalement le théâtre nô).

        Le livre s’intitule « Les éléments structurants du théâtre nô chez Akira Kurosawa : l’exemple de Tsubaki Sanjûrô »
        Vous trouverez sur mon blog wordpress la couverture et la quatrième de couverture.

        Vous pouvez le trouver sur le site des Éditions l’Harmattan en suivant ce lien. Peut-être qu’une médiathèque gérée par des passionnés comme vous trouvera de l’intérêt à se le procurer?

        https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=61739

        Si jamais vous avez parmi vos contacts des personnes également intéressées, je vous serais très reconnaissant de leur faire suivre ce mail pour présenter et faire connaître mon ouvrage qui représente 3 années de recherches aussi intensives que fructueuses !

        Merci par avance,
        Très cordialement.

        Thomas LORIN

      • Isabelle D. 13 janvier 2019 à 15 h 02 min #

        Bonjour, tout d’abord félicitations pour ce travail de recherches, de rédaction et pour la publication de ce livre à l’Harmattan ! Ensuite, tous mes vœux de succès pour cet ouvrage qui j’en suis sûre va rencontrer un public de passionnés. à bientôt

  2. Strum 24 mai 2018 à 18 h 16 min #

    Bon résumé en effet. Kurosawa est un de mes deux, trois cinéastes préférés. Dersou Ouzala est un de ses plus beaux films (les images sont sublimes) et une très fidèle adaptation du récit d’Arseniev. Je l’ai chroniqué sur mon blog (avec d’autres Kurosawa) si le coeur vous en dit.

  3. Strum 24 juin 2018 à 21 h 14 min #

    Merci pour le lien et le compliment !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :