Festival de Cannes 2018 : le palmarès

26 Mai

Comme chaque année, on l’attend avec beaucoup d’impatience, et comme chaque année, on est à la fois déçu qu’il se termine mais aussi de ce qui s’y est passé : le 71è festival de Cannes s’est ainsi clôturé le 19 mai dernier sur la Croisette.

Malgré tout, on en retiendra le plus important, prioritairement : la Palme d’Or. Décernée au talentueux réalisateur japonais Hirokazu Kore-eda (nouvelle fenêtre), cette nouvelle nous a forcément réjouis. Six de ses films avaient déjà été sélectionnés au Festival de Cannes, et enfin cette année, c’est la consécration ! On a hâte d’aller découvrir en salle si ce nouveau film saura nous émouvoir autant que les précédents tels que : « Après la tempête » (2016) ou encore « Tel père, tel fils » (2013). (Aucune date de sortie française n’a encore été publiée).

 

Synopsis:

Au retour d’une nouvelle expédition de vol à l’étalage, Osamu et son fils recueillent dans la rue une petite fille qui semble livrée à elle-même. D’abord réticente à l’idée d’abriter l’enfant pour la nuit, la femme d’Osamu accepte de s’occuper d’elle lorsqu’elle comprend que ses parents la maltraitent. En dépit de leur pauvreté, survivant de petites rapines qui complètent leurs maigres salaires, les membres de cette famille semblent vivre heureux – jusqu’à ce qu’un incident révèle brutalement leurs plus terribles secrets…

 

On retiendra également la présence marquante des femmes : celle tout d’abord de la présidente du jury, Cate Blanchett, la classe par excellence. Celle aussi symbolique des 82 femmes qui ont monté ensemble les marches, 82 comme le nombre de films, réalisés par des femmes, sélectionnés en compétition sur un total de 1645. Celle encore des 16 co-auteures de « Noire n’est pas mon métier » montant les marches le poing levé pour dénoncer la sous-représentation des femmes de couleur au cinéma. Celle enfin d’Asia Argento, qui s’apprêtait à remettre le prix d’interprétation féminine, et qui a rappelé à tous que la lutte contre les violences faites aux femmes doit continuer.  Un festival marqué donc, par de véritables engagements sociaux.

 

Le Palmarès

  • Palme d’Or : Une affaire de famille de Hirokazu Kore-eda
  • Grand prix du jury : BlacKkKlansman de Spike Lee
  • Prix du jury : Capharnaüm de Nadine Labaki
  • La Palme d’or spéciale : Jean-Luc Godard, qui présentait Le Livre d’image
  • Prix d’interprétation féminine : Samal Yeslyamova, dans Ayka de Sergey Dvortsevoy
  • Prix d’interprétation masculine : Marcello Fonte, dans Dogman de Matteo Garrone
  • Prix du scénario : Heureux comme Lazzaro de Alice Rohrwacher, et Trois visages de Jafar Panahi
  • Prix de la mise en scène : Pawel Pawlikowski pour Cold War

Rendez-vous l’année prochaine !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :