Archive by Author

Retour au cinéma…

27 Juin

3 mois sans aller au cinéma!

Je n’ai pas compté les jours comme un prisonnier dans un film américain marque d’une encoche, chaque jour qui le sépare de la liberté, mais je sûre que ça fait au moins 3 mois…

Bien sûr, nous ne vivons pas dans dans un monde dépourvu de films, pour Cin’Eiffel, nous avons d’ailleurs pendant ce confinement essayé de vous transmettre nos découvertes de films (nouvelle fenêtre), séries (nouvelle fenêtre), court-métrages (nouvelle fenêtre), documentaires, reportages (nouvelle fenêtre)… Mais au risque de réveiller tous les vieux poncifs : le plaisir de l’écran noir, c’est pas la même chose!

Donc, pas de réservation!

Nous sommes une vingtaine de personnes : cheveux blancs, étudiants, actifs évadés pour une paire d’heures du télétravail. Et l’attente… On se regarde, on se sourit timidement (avec plusieurs places de libres entre chacun de nous), ah, on a oublié d’éteindre son portable, plus l’habitude…

Puis l’écran s’allume, plus incandescent que jamais. Pas de publicité ? A priori les annonceurs ne sont pas encore revenus. En revanche quelques bande-annonces du distributeur, il ne faut pas que cette expérience reste sans suite… je vois les pupilles de mes plus proches voisins s’agrandirent : (presque) tout nous fait envie.

Puis noir absolu, c’est maintenant! Plus de chuchotements, plus de mouvements, on regarde, c’est tout. Et le temps est suspendu…

Tout y est : scénario subtil, rythme d’un polar, c’est la 1ère fois que le cinéma évoque l’Holodomor (nouvelle fenêtre) de manière aussi directe, frontale, évocation de la Vérité, de la raison d’état. On dit qu’un film est un bon film quand plusieurs thèmes, plein de questions sont abordés, alors c’est un bon film!

Excellente direction d’acteurs, James Norton tout en finesse ; et puis George Orwell, La ferme des animaux (nouvelle fenêtre) en filigrane (il faut vraiment que je le relise… En anglais, si je suis courageuse).

Comme les autres, je sors, encore enfermée dans ce que je viens de voir, mutique. L’ouvreuse annonce déjà la séance suivante, nous regardons avec envie ces nouveaux spectateurs, qui ont la chance de ne pas encore avoir vu le film. Un jeune homme file nettoyer la salle avant qu’ils rentrent.

Voilà, 24 juin, mon 1er film post-confinement, encore fascinée, je rentre. A votre tour, n’hésitez pas, allez le voir!

 

Faites votre cinéma à La Médiathèque!

Des programmes pour profiter du confinement. Épisode 2 : cinémathèques et studios

29 Avr

Beaucoup d’institutions et d’associations ont décidé de transmettre, pendant le confinement, des programmes culturels de qualité, gratuitement ou à prix très bas. Nous avons essayé de repérer et de vous proposer une sélection de ces programmes…Aussi après Des programmes pour profiter du confinement. Épisode 1 : les collections cinématographiques et vidéo au centre Pompidou, voici : 

Épisode 2 : Les cinémathèques et les studios

1- La cinémathèque française

La Cinémathèque française propose un film issu de ses archives, chaque soir à 20h30, sur sa plateforme : HENRI, des films rares. Il est ensuite disponible en ligne pendant 24 heures.

Vous y trouverez également « Les leçons de cinéma » des plus grands réalisateurs contemporains (nouvelle fenêtre)

2- La cinémathèque de Nice

La cinémathèque de Nice (nouvelle fenêtre) propose, elle, l’opération « Cultivez-vous », programmation de chefs d’œuvres du patrimoine, à regarder tranquillement à la maison :

Au programme cette semaine, du 27 avril au 3 mai 2020 :

L’Atalante de Jean Vigo (1934)
La Grande illusion de Jean Renoir (1937)
Le Pigeon de Mario Monicelli (1958)
Herbes flottantes de Yasujirô Ozu (1959)
Cotton Club de Francis Ford Coppola (1984)
Beijing Bicycle de Wang Xiaoshuai (2001)
Submarino de Thomas Vinterberg (2010)

3- Mosfilm

Studio cinématographique, crée en 1920 par l’État soviétique, MOSFILM (nouvelle fenêtre) est une véritable institution, qui a même survécu à la Perestroïka. Les studios possèdent un matériel technique d’excellente qualité, notamment un auditorium, des milliers de costumes, un parc de plus de trois cents véhicules ; ils continuent à tourner une soixantaine de films par an et sont propriétaires de leur catalogue de 3000 films et se sont fixés une extraordinaire mission de restauration.

Afin de lutter contre le piratage, Mosfilm propose aujourd’hui sur sa plateforme via Youtube (Mosfilm’s Youtube Channel, nouvelle fenêtre) de visionner 130 de ses plus grands films traduits en français ou en anglais, 500 films sont disponibles en VO, y compris des nouveautés!

 

4-Korean classic films

Korean Classic films (Archives du film coréen) (nouvelle fenêtre) est la cinémathèque de Corée de Sud. Ses principales missions sont de collecter, préserver et classer les films ou documents liés au cinéma. Elles proposent la diffusion de 125 films coréens du patrimoine, traduits en anglais (en intégralité et libres de droits) via la chaine Youtube.

 

5- Office national du film canadien

Enfin, si vous êtes passionnées de documentaires rares, je vous conseille l’Office National du film canadien (nouvelle fenêtre). 

Regardez !

Le mystère du VinlandLe mystère du Vinland

 

Alors si vous êtes un peu fatigué des films fantastiques pour ados diffusés largement sur les SVOD (nouvelle fenêtre), voici quelques pépites, à regarder légalement et tranquillement, pour tenir encore 15 jours et même peut-être un peu plus…

Voulez vous gagner un séjour au Festival de Cannes 2020 ?

11 Avr

Bien sûr, la date du Festival de Cannes 2020 va être reportée, mais le grand concours #euFilmContest, dont c’est la 4ème édition et qui porte sur le cinéma européen, est bien maintenu.

L’agence européenne « MEDIA Europe créative » nous propose de tester nos connaissances et de participer à un grand concours sur le cinéma européen. 10 séjours au prochain Festival de cannes, transport et hébergement compris sont à gagner !

Les lauréats pourront découvrir les coulisses du secteur audiovisuel européen et rencontrer des professionnels du cinéma.

Pour jouer, il faut répondre correctement à 20 questions en ligne sur le site MEDIA Europe créative (nouvelle fenêtre), ainsi qu’à une question subsidiaire pour départager les vainqueurs.

Exemple de questions :

Quel film français, réalisé par Ladj Ly et nominé aux Oscars, s’inspire des émeutes qui ont éclaté en 2005 dans la banlieue de Paris?

1-La Haine
2-120 Battements par minute
3-Les Misérables

Qu’est-ce que « Europe créative » (nouvelle fenêtre)?

C’est un programme européen, qui soutient les secteurs culturels, audiovisuels et créatifs, plateforme d’innovation sur l’Europe et la culture. Il est relayé en France par « Relais Culture Europe », structure publique nationale. (En cliquant sur le lien, vous aurez l’ensemble des missions, des programmes, des projets, des soutiens et des financements de la structure).

Voilà ! Vous savez tout, alors, à vous de jouer, n’attendez plus!…

Date limite: 30 avril 2020 (et non plus 26 mars)

 

France télévision, des choix de films à la hauteur du service public

28 Mar

France Télévisions met en place des mesures de confinement pour accompagner le confinement. Tous les après-midis vers 14h, la chaine publique France 2 projette des grands films familiaux.

Lundi 23 mars 2020 : Jean de Florette de Claude Berri

« Petit et laid, Ugolin, le dernier des Soubeyran, revient du service militaire. Il retrouve son oncle, le Papet, à qui il dévoile son projet : rester au pays pour cultiver des oeillets. Convaincu que l’affaire peut être rentable, le Papet accepte de financer l’entreprise. Il faut donc trouver une terre, ensoleillée bien sûr mais surtout bien arrosée. Celle de Pique-Bouffigue ferait l’affaire. Le Papet tente, en vain, de convaincre le vieillard irascible de lui céder son bien »

Mardi 24 mars 2020 : Manon des sources de Claude Berri

« Dix ans plus tard. Manon vit dans la grotte de Baptistine dans les collines tandis que Ugolin culpabilise, amoureux fou de la belle. Elle va découvrir la source qui alimente le village et la détourner. Elle tient enfin sa vengeance. Peu à peu les langues du village se délient. La loi du silence est rompue et le Papet et Ugolin sont accusés d’avoir tué le père de Manon, Jean de Florette. Pour le Papet une autre terrible vérité éclate. »

Les deux grands films de Claude Berri (nouvelle fenêtre), sortis en 1986, sont des adaptations cinématographiques des romans et des films de Marcel Pagnol, œuvres simples mais universelles, qui combinent amour de sa terre provençale et ravages de la peur des étrangers.

 

Jeudi 26 mars 2020 Un éléphant, ça trompe énormément de Yves Robert

« Les mésaventures, notamment sentimentales, de quatre copains, restés de grands enfants à l’approche de la quarantaine et unis par une profonde amitié qui leur permet de traverser les difficultés de la vie. Etienne est heureux dans son couple, mais il est obsédé par l’image d’une jeune femme en robe rouge. »

Vendredi 27 mars 2020 Nous irons tous au paradis de Yves Robert

« Quatre amis qui partagent depuis longtemps les bonheurs et les ennuis de chacun, achètent ensemble une maison. »

Autre dyptique, réalisé cette fois par Yves Robert (nouvelle fenêtre), en 1976/1977. Ces comédies abordent, avec une infinie drôlerie, les aventures/mésaventures de l’existence à travers cette peinture sociale des années 70.

À vos identifiants (nouvelle fenêtre), plusieurs autres films d’Yves Robert sont également disponibles en VOD sur la Médiathèque numérique!

On peut se réjouir de cette initiative modeste et ambitieuse, à la fois : réunir des jeunes et leurs parents devant des œuvres de qualité, qui appellent à réflexion et à discussion entre les générations ; des choix à la hauteur de ce que devrait toujours être le service public.

Ces films seront disponibles en rediffusion si vous manquez ces dates.

Faites votre cinéma à La Médiathèque ! (même confinés)

Un confinement choisi… et heureux

23 Mar

Confinée depuis 8 jours, comme pour beaucoup d’entre vous, cette situation semble très étrange. Par où commencer ? Les conseils partout sont nombreux : travailler, regarder des film, lire bien sûr, gérer son temps, écouter de la musique, faire le ménage (on peut maintenant manger par terre, au sens propre…), appeler ses proches, souvent, beaucoup, trop? « Non ma chérie, rien de nouveau! à la fois c’est la 4e fois que tu m’appelles depuis ce matin..« , faire la cuisine, mais pas de desserts, puis faire un peu de gym…

Bien sûr, retour à la case départ, la situation est toujours aussi étrange…, parce que ce qui nous manque le plus, dans le fond, c’est de pouvoir sortir et utiliser notre liberté !

En cherchant dans ma bibliothèque, je retrouve un des films qui avait enchanté mon enfance, Alexandre le bienheureux, Yves Robert, (1968), le personnage principal Alexandre est joué par Philippe Noiret, désobéissant à toutes les contraintes sociales, rabelaisien et rayonnant, il est devenu un de mes acteurs préférés.

« Alexandre, homme bon vivant et nonchalant, est cultivateur dans une ferme française de la Beauce. Cependant sa vie quotidienne est dirigée par La Grande, son ambitieuse et tyrannique épouse, qui le pousse à bout de force en lui imposant chaque jour une liste de travaux démesurée. Devenu brutalement veuf, il éprouve un grand soulagement et se sent libéré de son labeur : il décide de s’accorder un repos qu’il juge mérité, afin de prendre le temps de savourer la vie. Son comportement sème rapidement le trouble dans le petit village par l’exemple qu’il donne et une partie des habitants décide de le forcer à reprendre le travail. Mais ils échouent et Alexandre commence à faire des émules.. »

Alexandre, en bon hédoniste, s’installe dans son lit avec son chien et tout ce dont il a besoin.

Il devient donc un confiné volontaire et heureux, quelle transgression ! Alors, la solution est peut-être, s’autoriser ce qu’on ne s’autorise jamais? À méditer!

En attendant si vous ne connaissez pas encore le film, c’est vraiment le moment de le découvrir ; si vous le connaissez déjà, revoyez-le, faites le découvrir à vos proches, une bonne raison de les appeler une 5e fois « Oui, maman, encore moi ! j’ai oublié de te parler d’Alexandre le bienheureux, il est sur La Médiathèque numérique… »

 

Faites votre cinéma à La Médiathèque ! (même confiné…)

%d blogueurs aiment cette page :