Archive by Author

Festival Séries Mania 2017

25 Avr Séries mania 2017

Pour la 8ème année, le Festival Séries Mania vient de se dérouler à Paris du 13 au 23 avril 2017. Ce festival  prend davantage d’ampleur, d’année en année et est en passe de devenir la référence, pour le grand public et les professionnels, en matière de séries françaises et internationales. 40000 spectateurs se sont précipités au Forum des images mais aussi dans toutes les autres salles de cinéma partenaires de l’opération  (Grand Rex, UGC Ciné Cité Les Halles ou le Centre Georges Pompidou…) pour découvrir de nouvelles séries en avant-première.

Le jury était présidé par Damon Lindelof, auteur de la célèbre série Lost (Les disparus), assisté de Aure Atika, actrice française, de la réalisatrice polonaise Agnieszka Holland The Wire (nouvelle fenêtre), du réalisateur israélien Eytan Fox (Tu marcheras sur l’eau) et de l’acteur belge Clément Manuel (Ainsi soient-ils). Et voici le Palmarès :

Le Grand PrixYour Honor (Israël)

Le Prix spécial du jury : I love Dick (USA)

Prix du public : The good fight (USA)

Jury de la presse internationale : Transferts (France)

Prix de l’Association française des Critiques de Séries : Missions (France)

Prix du jury des blogueurs : Juda (Israël)

La plupart de ces séries ne seront pas disponibles en DVD ou en VOD avant quelques mois… En attendant, vous pourrez trouver à La médiathèque, une sélection des meilleures séries, récompensées par le grand festival, les années précédentes!

En exclusivité pour le blog, nos titres préférés, commandés pour La Médiathèque, et bientôt disponibles dans nos rayons.

Mr Robot, crée par Niels Arden Oplev, auteur de l’excellente trilogie Millénium (nouvelle fenêtre) avec Noomi Rapace.

      « Elliot est un jeune programmeur anti-social qui souffre d’un trouble du comportement qui le pousse à croire qu’il ne peut rencontrer des gens qu’en les hackant. Il travaille pour une firme spécialisée dans la cyber-sécurité, mais un homme connu sous le nom de Mr Robot l’approche un jour pour faire tomber une compagnie surpuissante qui fait partie de celles qu’il doit justement protéger… « .

     

Vinyl, série sur le rock produite par Mick Jagger et Martin Scorsese (et oui, quand même!)

       « L’histoire de quarante ans de musique à travers les yeux de Richie Finestra, un producteur de disques qui tente dans les années 1970 de faire renaître de ses cendres son label en trouvant de nouveaux sons et de nouveaux talents alors qu’il traverse sa crise de la quarantaine. Drogue, sexe, punk et disco deviennent son quotidien… . »    

 

Southcliffe, mini série britannique, Prix du public, Festival Séries mania, Paris, 2014.

           « La petite ville anglaise de Southcliffe voit s’abattre sur elle une vague de fusillades le même jour, causant la mort de nombreuses personnes. Un journaliste revient dans cet endroit qui l’a vu grandir. Il est témoin des différentes émotions ressenties par les proches des victimes à la suite de ces évènements : la peine, l’effroi, le deuil, la culpabilité et la rédemption. »

70ème Festival de Cannes. Les nominés

19 Avr

Épisode 1 : la sélection des nominés

Le plus grand festival de cinéma du monde vient de divulguer la fameuse liste des films nominés en sélection officielle. Pierre Lescure, président du festival et Thierry Fremaux, délégué général, ont présenté jeudi 13 avril 2017, dans un cinéma des Champs-Élysées, les films qui ont obtenu le précieux sésame. 18 films sélectionnés sur 1930 visionnés, c’est dire l’extrême sélectivité et la reconnaissance internationale du Festival de Cannes.

« Cannes » débutera mercredi 17 mai 2017, avec en ouverture, hors compétition, Les Fantômes d’Ismaël d’Arnaud Despleschin, et finira dimanche 28 mai avec la projection de la Palme d’or.

Les films attendus :

Happy End, de Michael Haneke, l’immense réalisateur autrichien est un habitué du Festival, détenteur de 2 palmes d’or pour Le ruban blanc en 2009 et Amour en 2012.

Les Proies (The Beguiled), de Sofia Coppola

Rodin, de Jacques Doillon avec Vincent Lindon dans le rôle d’Auguste Rodin

Le Redoutable Michel Hazanavicius, lauréat de l’Oscar et du César 2012 pour The Artist.

L’Amant double de François Ozon, auteur en 2016 du très beau film sur la guerre de 14, Frantz

Wonderstruck Todd Haynes

Geu-hu Hong Sang-soo, chef de file du cinéma sud-coréen.

Nelyubov, Andrei Zvyagintsev, grand réalisateur russe et fin spectateur de notre monde, « J’opère un diagnostique médical de notre société… »   : Elena, Le retour (Lion d’or à Venise en 2003) et Léviathan, présenté à La Médiathèque dans le cadre de Cin’Eiffel « .

Les outsiders :

Lynne Ramsay, You Were Never Really Here

Benny et Josh Safdie, Good Time

Kornel Mundruczo, Jupiter’s Moon

Sergei Loznitsa, A Gentle Creature

Yorgos Lanthimos, The Killing of a Sacred Deer (Mise à mort du cerf sacré)

Robin Campillo, 120 battements par minute.

Nous attendons avec impatience de savoir à qui sera confiée la difficile mission de statuer et d’attribuer cette mythique Palme d’or ! Épisode 2 : la sélection des jurés…

Faites votre cinéma à La Médiathèque!

 

Les intervenants de Cin’Eiffel : la playlist de Guillaume Tonning

11 Avr

Guillaume Tonning, docteur en philosophie, enseignant et éditeur, est venu nous présenter, en début d’année 2017,  le très poétique film de Wim Wenders (nouvelle fenêtre) : Der Himmel Über Berlin, Le ciel au-dessus de Berlin, sorti en France sous le nom Les ailes du désir (nouvelle fenêtre).

Dans le film de Wenders réalisé en 1986, Berlin n’a plus grand chose à voir avec Le grand Berlin d’avant le nazisme,  filmé par Walther Ruttmann Berlin, symphonie d’une grande ville  (nouvelle fenêtre) une ville moderne et avant-gardiste. Démolie en 1945, défigurée par la guerre froide et le mur. La ville, que filme Wim Wenders, est devenue une sorte de no man’s land, de tour de Babel, comme nous l’a expliqué Guillaume, un lieu défiguré où la parole incessante y est devenue inaudible, exact reflet de la solitude des hommes.

Comme aux autres intervenants Cin’Eiffel du jeudi soir, nous avons proposé à Guillaume Tonning,  passionné de cinéma, de nous confier quels sont ses films préférés.

Et voici sa sélection :

evangile-selon-saint-mathieu

amants-sacrifies

citizen-kane

persona

Quatre chefs-d’œuvre du cinéma mondial, à découvrir, émotion garantie!

Faites votre cinéma à La Médiathèque!

Les sorties cinéma du 15 mars 2017

16 Mar

Vous avez envie de vous faire une toile ce week-end ? Pas toujours facile de choisir parmi la dizaine de films qui sortent régulièrement toutes les semaines (je ne compte pas les rediffusions !). À Cin’Eiffel, on a tranché ! Choix d’autant plus facile que cette semaine est riche en films très attendus…

Voici les 3 films qui ont particulièrement attiré notre attention :

1- The Lost city of Z réalisé par James Gray avec Charlie Hunnam, Sienna Miller et Robert Pattinson.

« L’histoire vraie de Percival Harrison Fawcett, un des plus grands explorateurs du XXe siècle. Percy Fawcett est un colonel britannique reconnu et un mari aimant. En 1906, alors qu’il s’apprête à devenir père, la Société géographique royale d’Angleterre lui propose de partir en Amazonie afin de cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. Sur place, l’homme se prend de passion pour l’exploration et découvre des traces de ce qu’il pense être une cité perdue très ancienne. De retour en Angleterre, Fawcett n’a de cesse de penser à cette mystérieuse civilisation, tiraillé entre son amour pour sa famille et sa soif d’exploration et de gloire… « 

Pourquoi on aime ?

  • Parce que c’est James Gray : Little Odessa, Two lovers (nouvelle fenêtre) , La nuit nous appartient, The Immigrant (nouvelle fenêtre)… sont des bijoux d’intelligence et de sensibilité.
  • Parce qu’ il est capable de prendre des risques, de délaisser New-York pour la jungle équatoriale amazonienne.
  • Parce qu’il sait conjuguer les qualités d’un grand film d’aventures épique et des portraits introspectifs puissants.

 

2- De l’autre côté de l’espoir réalisé par Aki Kaurismaki

 « Helsinki. Deux destins qui se croisent. Wikhström, la  cinquantaine, décide de changer de vie en quittant sa    femme alcoolique et son travail de représentant de commerce pour ouvrir un restaurant. Khaled est quant à lui un jeune réfugié syrien, échoué dans la capitale par accident. Il voit sa demande d’asile rejetée mais décide de rester malgré tout… »

Pourquoi on aime ?

  • Un nouveau film du réalisateur finlandais A. Kaurismaki est toujours un évènement pour les cinéphiles !
  • Pour son art du dépouillement, qui donne à chacun de ses films ce style si personnel.
  • Parce que c’est un film humaniste et exigeant sur la solidarité et la dignité humaine.

 

3Grave réalisé par Julia Ducourneau.

« Dans la famille de Justine tout le monde est vétérinaire et végétarien. À 16 ans, elle est une adolescente surdouée sur le point d’intégrer l’école véto où sa sœur ainée est également élève. Mais, à peine installés, le bizutage commence pour les premières années. On force Justine à manger de la viande crue. C’est la première fois de sa vie. Les conséquences ne se font pas attendre. Justine découvre sa vraie nature ».

Pourquoi on aime ?

  • Parce que c’est un 1er film français étonnant : gore, initiatique, sensuel… Et surtout très abouti !
  • Parce qu’on est loin du monde des « barbapapas » et des comédies franchouillardes, voici un bon film audacieux et transgressif (N’emmenez pas vos pré-ado s! D’ailleurs le film est interdit au – de 16 ans).

 

Faites votre cinéma à La Médiathèque !

 

Journées mondiales sans téléphone portable vues par Cin’Eiffel

7 Fév Journée sans portable

Blague ou effet d’annonce? Du 6 au 8 février 2017 ont lieu les journées mondiales sans téléphone portable. Au cinéma, le téléphone est un ressort dramatique irremplaçable, qui provoque de nouvelles péripéties, conduit dans de nouveaux espaces. Le téléphone portable a remplacé le poste fixe, mais le résultat est le même : pour un réalisateur,  s’en passer semble presque impossible!

En juin 2014, Nadia C., notre bloggeuse spécialiste des objets au cinéma écrivait ceci :

Les objets incontournables au cinéma

N°4 Allô ?

 » Au commencement du récit cinématographique – à son origine même peut-être – fut le téléphone. […] Le téléphone, au cinéma, n’est pas qu’un accessoire pittoresque ou un simple prétexte à des scènes effrayantes ou amusantes.  Il est, historiquement, l’une des sources avérées du procédé de montage alterné ou parallèle dans les courts-métrages muets de David W. Griffith. Dans ses différentes versions techniques, il ne cesse de suggérer à la fois de nouvelles situations dramatiques et de nouvelles formules cinématographiques. »
Michel Chion, compositeur, enseignant de cinéma, et critique.

Si, comme moi, vous avez pleuré toutes les larmes de votre corps en regardant pour la énième fois le petit E.T. qui disait « E.T. téléphone maison », vous comprendrez aisément que cet objet est un « appareil de communication conçu pour transmettre la voix humaine et permettre une conversation à distance ». Autant dire, une vraie révolution de la fin du XIXème siècle.
Au cinéma, le téléphone donne lieu à des scènes particulièrement savoureuses notamment dans les films policiers (La Mort aux trousses, Le Crime était presque parfait), bouleversantes dans des drames (La Femme d’à côté). Puis le téléphone se fait « sans fil » et annihile la notion de distance (Scream) pour enfin devenir téléphone « portable ».

Voici quelques bandes-annonces de films devenus pour certains mythiques :

– Thelma et Louise de Ridley Scott

 

La Femme d’à côté de François Truffaut

 

The Player de Robert Altman

 

Scream de Wes Craven

 

Phone Game de Joel Schumacher

 

 

%d blogueurs aiment cette page :