Archive by Author

Faites vos jeux ! (4/5)

18 Jan des-noir-et-blanc

Après Faites vos jeux, 1, les jeux de cirques et 2, les jeux de stratégie et 3, les jeux d’argent, passons aux jeux vidéos.

4- Les jeux vidéos

Les jeux vidéos font partie intégrante de notre société et n’ont pas forcément une bonne image. Pourtant, ils sont partout, sur nos téléphones, sur nos tablettes et sur nos écrans. Ils captivent les enfants dès leur plus jeune âge, et peuvent être addictifs à l’âge adulte. Même s’ils ont la réputation d’être violents, les jeux vidéos fascinent. Le jeu vidéo constitue donc un terrain de jeu inépuisable pour le cinéma.

eXistenZ de David Cronenberg (1999)

exstenz

Allegra Geller, interprétée par Jennifer Jason Lee (nouvelle fenêtre) jeune conceptrice de logiciels, a mis au point un jeu révolutionnaire, organique et mental, « eXistenZ ». Ce jeu se branche directement sur le système nerveux du joueur, effaçant ainsi les frontières entre illusion et réalité. Pendant une séance de présentation, la jeune femme manque de se faire assassiner et prend la fuite en compagnie de Ted Piku, interprété par Jude Law (nouvelle fenêtre) un stagiaire en marketing, en emportant la console qui contient le jeu original…
Comme souvent, David Cronenberg joue avec le spectateur et mélange astucieusement le réel et le virtuel. Sommes- nous dans le jeu ? dans un futur proche ? Le jeu a-t-il une fin ?
Lors d’une interview au magazine Les Inrocks, David Cronenberg disait :

Je pense que nous mêlons constamment la fiction et la réalité pour créer la réalité. Les nouvelles technologies proposent des méthodes différentes, mais le concept et le processus sont les mêmes.

Cinéaste de la métamorphose, David Cronenberg nous invite dans un film-jeu et nous incite à nous poser la question sur notre place dans l’univers.

 

Le film (DVD) est disponible à La Médiathèque (nouvelle fenêtre)

Voici une liste non exhaustive de films autour du jeu vidéo dans ce diaporama ci-dessous.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Et pour finir, je ne résiste pas à vous montrer la bande-annonce du film Tron de Steven Lisberger, réalisé en 1982, film futuriste dans lequel des humains sont projetés dans un jeu vidéo. Kitsch à souhait mais tellement novateur pour l’époque.  En effet, c’est le premier long métrage à utiliser des images générées par ordinateur pour la conception d’un véritable monde virtuel. Il reçu un Oscar de la meilleur création de costumes et BAFTA Award des meilleurs effets spéciaux ! Une curiosité pour les plus jeunes, un parfum de nostalgie pour les plus de quarante ans ! Une suite Tron : l’Héritage en 3D réalisé par Joseph Kosinski est sorti en 2010 avec les mêmes acteurs qui figuraient dans le premier volet, Jeff Bridges et Bruce Boxleitner, mais beaucoup moins magique.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Faites vos jeux ! (3/5)

21 Déc des-noir-et-blanc

Après les jeux de cirques (Faites vos jeux 1/5) et les jeux de stratégie (Faites vos jeux 2/5), passons aux jeux d’argent…

3- Les jeux d’argent

Le jeu d’argent (ou gambling) est le pari de monnaie ou d’un matériau de valeur sur un événement à l’issue incertaine avec l’intention première de gagner plus d’argent ou de biens matériels. Il s’agit généralement de jeux de hasard.
Wikipedia

Casino de Martin Scorsese (1995)Casino de Martin Scorsese

Le casino est le lieu par excellence pour les jeux d’argent tels que les jeux de cartes, les jeux de billes, les jeux de dés. Le film de casino est pratiquement devenu un genre à part entière et certains films sont devenus des classiques.
Casino de Martin Scorsese fait directement référence à l’histoire vraie de Frank Rosenthal. Né à Chicago en 1929, Frank Rosenthal est passionné de sports et parieur hors pair. Il est rapidement repéré et va diriger en sous-main, pour le compte d’une organisation clandestine située à Chicago, quatre établissements de Las Vegas : le Stardust, le Marina, l’Hacienda et le Fremont…
Dans le film de Scorsese, Ace Rothstein (Robert De Niro) va devoir combattre deux concurrents implacables : une femme, arnaqueuse professionnelle du nom de Ginger (Sharon Stone), et son ami d’enfance, Nicky Santoro (Joe Pesci), homme de man devenu incontrôlable. Inévitablement l’empire s’effondre.

À vouloir s’approcher un peu trop près du soleil on se brûle les ailes. (mythe d’Icare)

À voir et à revoir, le DVD est disponible à La Médiathèque.

(Attention, film interdit au – de 12 ans lors de sa sortie en salle)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Faites vos jeux ! (2/5)

29 Nov des-noir-et-blanc

Après les jeux de cirque dans notre article Faites vos jeux 1/5

2- Les jeux de stratégies

Le but d’un jeu de stratégie est de réaliser un objectif connu dès le départ :  augmenter sa domination spatiale, combattre un ou plusieurs ennemis sur un terrain de jeu, faire prospérer une entité… L’accent n’est pas mis sur l’adresse du joueur mais sur la planification de l’action (tactique ou stratégique).
Wikipédia

La diagonale du fou de Richard Dembo (1984)

La diagonale du fou de Richard Dembo1983, à Genève, lors des championnats du monde d’échecs, deux hommes s’affrontent pour la victoire. Deux génies des échecs, l’un russe, Akiva Liebskind (interprété par Michel Piccoli), le champion du monde en titre (invaincu depuis 12 ans) qui a le soutien du régime, contre Pavius Fromm (interprété par Alexandre Arbatt), le dissident, jeune homme inventif, passionné, fantasque…
Richard Dembo (nouvelle fenêtre) a trouvé l’inspiration dans un livre de Yasunari Kawabata, Le Maître de Go (nouvelle fenêtre). Hypnotisé par les protagonistes qui passent leur temps à jouer, le réalisateur décide d’en faire un film mais en l’adaptant au jeu d’échecs.
Ce film n’est pas sans rappeler la fameuse rencontre lors des championnats du monde d’échecs en 1978 entre Anatoli Karpov (nouvelle fenêtre) et Viktor Korchnoi (nouvelle fenêtre), ex citoyen soviétique devenu réfugié politique. L’affrontement dépasse donc les limites strictes du jeu et revêt une dimension politique, philosophique, idéologique.
Le film reçut de nombreux prix comme le Prix Louis-Deluc en 1984, l‘Oscar du meilleur film en langue étrangère 1984 (décerné en 1985), le César de la meilleure première œuvre 1985, le Prix de l’Académie nationale du cinéma 1985.

À voir ou à revoir en intégralité sur La Médiathèque numérique (en vous identifiant avec votre numéro de carte et votre mot de passe)

Diagonale du fou

D’autres films traitant des « jeux d’échecs » au cinéma à retrouver à La Médiathèque dans le diaporama ci-dessous

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Enregistrer

Enregistrer

Faites vos jeux ! (1/5)

17 Nov des-noir-et-blanc

Jeux de cirques (Spartacus, Le prix du danger), jeux de stratégies (La diagonale du fou), jeux d’argent (Casino), jeux vidéos (eXistenZ) mais aussi jeux sportifs (Raging Bull), gros plan sur les films qui mettent en scène le monde du jeu.
L’essentiel au cinéma étant de gagner et non de participer !

1- Jeux de cirques

Spartacus afficheSpartacus de Stanley Kubrick (1961)

Dans la Rome Antique, les empereurs organisaient pour satisfaire le peuple des « jeux du cirque ». Ces jeux se déroulaient dans des arènes et on pouvait assister à des spectacles de combats de gladiateurs, lesquels s’affrontaient pour distraire le public, parfois jusqu’à ce que l’un meurt. En 1961, Stanley Kubrick réalise Spartacus (nouvelle fenêtre), adapté du roman éponyme d’Howard Fast (nouvelle fenêtre), référence du genre, avec dans le rôle de l’esclave à la tête d’une armée qui se soulève contre l’Empire romain, Kirk Douglas. Le film a vieilli, mais certaines scènes restent cultes. Grosse production, reconstitution soignée, scènes de combats plus que réussies, Spartacus reste un excellent péplum.

Ave Caesar morituri te salutant (Ceux qui vont mourir te saluent)

Le_Prix_du_dangerLe Prix du danger d’Yves Boisset (1983)

Jeu du cirque futuriste, ce film est une adaptation de la nouvelle de Robert Sheckley (nouvelle fenêtre) écrite en 1958. « Le Prix du danger » est le nouveau jeu à la mode à la télé. L’émission remporte un succès fou et attire beaucoup de victimes du chômage dont un homme, François Jacquemard. Ce dernier doit rejoindre un endroit secret en évitant cinq hommes venus pour le tuer. À la clé, un million de dollars… s’il survit. Le tout est filmé et retransmis en direct sur la chaîne de télévision CTV. Mais très vite, François Jacquemard comprend que le jeu est truqué.

En avance sur son temps, Le Prix du danger est un film prophétique sur le pire de la télévision, sur les dérives de la téléréalité. Yves Boisset nous décrit un monde cruel et voyeur, où la télévision est prête à tout pour faire du profit, et où les participants cherchent la célébrité à tout prix.
Un casting réunissant des acteurs exceptionnels comme Michel Piccoli, en présentateur arrogant et cynique, Gérard Lanvin, Marie-France Pisier, impeccable, et Bruno Cremer, dans un sacré rôle de salaud dont l’unique but est l’audimat.
Le film a beaucoup vieilli, mais il a le mérite d’être efficace.

Retrouvez l’interview d’Yves Boisset, 30 ans après la sortie du film.

D’autres films traitant des « jeux de cirques » au cinéma à retrouver à La Médiathèque dans ce diaporama ci-dessous

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les salles de cinéma mythiques dans le monde

17 Sep CINEMAS MYTHIQUES: LE CINEMA DU BOUT DU MONDE

Avez-vous déjà eu l’occasion d’aller au cinéma à l’étranger ? Rien de plus exaltant que de voir un film Bollywood dans la plus ancienne salle d’Inde, le Raj Mandir à Jaipur, de découvrir des films rares, restaurés, proposés par la Cinémathèque de Bologne en Italie ou dans de nombreux lieux du centre historique. Ou encore d’assister à une projection au Paragon Cineplex installé au dernier étage d’un des plus luxueux shopping center de Bangkok en Thaïlande.

Raj MandirLe Raj Mandir

Si vous passez à Jaipur, vous ne pouvez passer à côté du Raj Mandir. Le plus grand cinéma du Rajasthan, inauguré en 1976, est un chef d’œuvre Art Déco. Il faut arriver très tôt, car une longue file d’attente risque d’en décourager plus d’un. Du touriste guide à la main aux familles indiennes, tout le monde veut y aller. Bien plus qu’un cinéma, c’est un monument à lui tout seul, aux aspects de gâteau à la crème. A l’intérieur, un gigantesque hall extravagant avec ses moulures, ses décors en stucs, coquillages, méduses bleues, ses lustres en cristal. Kitsch à souhait ! La salle compte 1885 fauteuils répartis en trois catégories : rubis et émeraude au parterre, diamant au balcon. Côté ambiance dans la salle, les indiens s’expriment ! Ils chantent, dansent, mangent, s’interpellent à grands cris, rient ou sifflent. Les films durent en moyenne… quatre heures ! Côté écran, film bollywood oblige, c’est une explosion de couleurs, de sentiments exacerbés.
Alors oui, aller au cinéma en Inde est une expérience unique.

piazza maggiore bologne La Cinémathèque de Bologne et son festival Il Cinema Ritrovato

La Cinémathèque de Bologne, fondée en 1962 organise  tous les ans au mois de juillet un festival, Il Cinema Ritrovatoqui  propose des films rares ou peu connus. Peu projetés ou redécouverts, ces œuvres du passé peuvent être vues dans les conditions d’hier, en plein air, dans des lieux historiques, et non dans une salle de cinéma, avec parfois un orchestre qui accompagne la projection. De passage à Bologne, j’ai eu l’occasion d’assister à la projection de films sur la superbe Piazza Maggiore. La thématique cette année là était la censure et, parmi les nombreux films présentés, j’ai pu voir Le Mari de la femme à barbe (La donna scimmia) de Marco Ferreri (1964), avec Annie Girardot à la fin de la projection.

Mais aussi Salò de Pier Paolo Pasolini (1976), dont je vous épargnerai la bande-annonce, et encore Le Destin de Youssef Chahine (1997).

En parallèle, si vous ne pouvez pas tout voir (plus de 400 films, gare à l’indigestion !), vous pouvez découvrir des pépites à la foire aux livres.
Incontournable rendez-vous pour tous les amoureux du cinéma.

siam-pavalai-royal-grand-theatre Le Paragon Cineplex à Bangkok

La majorité des cinémas en Thaïlande sont des grands complexes qui diffusent surtout de grosses productions. Situé en plein cœur de Bangkok au 5ème étage d’un énorme centre commercial (le Siam Parangon), on trouve le Paragon Cineplex. On choisit son film sur un écran tactile géant ainsi que sa salle (il en existe une quinzaine). Siège inclinable, avec distribution de pop-corn, massage des pieds de 15 minutes, banquettes pour amoureux, tout est possible au Paragon, à condition d’y mettre le prix (une vingtaine d’euros). Alors oui, on n’y va pas forcément pour la programmation, mais pour l’ambiance, le côté « comme à la maison » avec des prestations digne d’un hôtel 4 ou 5*.

Et aussi, il existe des salles de cinémas hors du commun un peu partout dans le monde :

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

%d blogueurs aiment cette page :