Archive by Author

Pleins feux sur : Alain Delon

14 Déc

Rien ne prédestinait Alain Delon (nouvelle fenêtre) à faire carrière dans le septième art et pourtant il est l’une des plus fortes personnalités du cinéma français. Fin des années 50, après avoir décliné un contrat à Hollywood et tourné quelques films (Quand la femme s’en mêle (1957), Christine (1958)…) dans lesquels son physique de jeune premier éclate à l’écran, il est repéré par Luchino Visconti (nouvelle fenêtre). C’est le coup de foudre réciproque mais de nature différente. Le réalisateur lui offre un de ses plus grands rôles dans Rocco et ses frères (1960). L’acteur à la beauté insolente illumine cette poignante tragédie de mœurs, dont le lyrisme touchant en a fait un authentique film populaire. La rencontre entre le mentor et son apollon profite aux deux. Visconti reprend le meilleur du néoréalisme et de la Nouvelle Vague pour dresser un portrait de l’Italie d’après-guerre mêlant la réflexion politique et l’émotion la plus déchirante. Delon, lui,  montre toute la palette de son jeu, du jeune homme fragile à l’homme déterminé ; une dualité que l’on retrouve ensuite dans beaucoup de ses personnages, à la fois voyou et séducteur.

Cliquez sur les points jaunes de l’image pour en découvrir davantage.

Cin’Eiffel présente jeudi 14 décembre 2017 à 19h30, Rocco et ses frères, sorte de tragédie grecque, inspirée des Frères Karamazov de Dostoïevski (nouvelle fenêtre) à l’occasion du film sélectionné par les spectateurs et les lecteurs de La Médiathèque !

Faites votre cinéma à la Médiathèque !

 

Publicités

Akira Kurosawa, maître du cinéma japonais

29 Nov

L’humanisme dAkira Kurosawa (nouvelle fenêtre) a fait du réalisateur l’un des plus grands maîtres du cinéma japonais. Arrivé au cinéma par hasard, il n’a jamais caché son aversion envers le milieu et accuse volontiers les acteurs de trop forcer leur jeu. Dans tous ses films, sa création se partage entre la critique de l’esprit samouraï et la révolte contre l’injustice sociale. Toutefois, il ne se considérait pas comme un cinéaste engagé. Avec plus d’une quarantaine de réalisations, le cinéma de Kurosawa donne à voir des films réalistes en passant du film noir aux grandes épopées du Japon médiéval. À partir de 1948, il va de chef-d’œuvre en chef d’œuvre. Mais en 1970, l’échec commercial de Dodes’kaden plonge le cinéaste dans une profonde dépression. En 1975, c’est le splendide Dersou Ouzala, joyau sibérien tourné dans d’admirables paysages de steppes et de forêt, retraçant l’histoire d’amitié entre un jeune explorateur russe et un vieux trappeur qui lui permit de revenir au sommet de son art. À 83 ans, Kurosawa sortait son dernier film, un des plus originaux en forme de testament philosophique Madadayo, portrait d’un vieux maître au crépuscule de sa vie.

Cin’Eiffel présente jeudi 30 novembre 2017 à 19h30, Dersou Ouzala, fine adaptation du récit de l’explorateur russe Vladimir Arseniev (nouvelle fenêtre) et Oscar 1976 du meilleur film étranger. La projection sera suivie d’une discussion animée par Christophe Champclaux, historien du cinéma, auteur et réalisateur, spécialiste de cinéma japonais.

Faites votre cinéma à la Médiathèque !

Cliquez sur les points rouges de l’image pour en découvrir davantage.

Julie Andrews : une supercalifragilisticexpialidocious actrice à la voix de cristal

12 Oct

Julia Elizabeth Wells nait le 1er octobre 1935 à Walton-on-Thames, dans le comté anglais de Surrey. Surnommée par tous Julie, elle prend le nom du second mari de sa mère Ted Andrews. Le couple, artistes tous les deux, remarque très tôt son don exceptionnel pour le chant et la pousse alors à y faire carrière. À 12 ans, elle fait ses débuts sur la scène londonienne et chante de grandes productions classiques pour les enfants. En 1954, Julie est recrutée pour une nouvelle comédie musicale à Broadway, The boy friend ; sa prestation est un succès. De 1956 à 1958, elle triomphe au théâtre dans le rôle d’Eliza Doolittle dans My Fair Lady et également à la télévision dans la  Cinderella de Rodgers et Hammerstein. La jeune anglaise se fait progressivement un nom en Amérique. On la voit à l’affiche avec Richard Burton (nouvelle fenêtre) et Robert Goulet dans Camelot.

Ensuite, elle auditionne pour reprendre son rôle d’Eliza Doolittle au cinéma cependant on lui préfère Audrey Hepburn (nouvelle fenêtre) pour des raisons de notoriété. Mais Julie prend sa revanche grâce à Walt Disney et obtient ainsi le rôle de sa vie: Mary Poppins (nouvelle fenêtre) (Robert Stevenson, 1963) pour lequel elle reçoit l’Oscar et le Golden Globe de la meilleure actrice en 1965. Puis elle tourne La Mélodie du bonheur (Robert Wise, 1964) et assoit définitivement sa notoriété recevant à nouveau le Golden Globe de la meilleure actrice.

Elle enchaine des comédies musicales aux mérites divers qui lui valent une image d’actrice un peu mièvre et tente alors de s’en défaire en abordant d’autres registres comme dans Hawai (George Roy Hill, 1965) ou dans Le rideau déchiré (nouvelle fenêtre) (Alfred Hitchcock, 1966). Dès lors sa carrière connaît un ralentissement. Et c’est avec le réalisateur et époux, Blake Edwards (nouvelle fenêtre) que l’actrice fait son retour et se métamorphose véritablement: Top Secret, Elle, S.O.B. C‘est surtout avec Victor Victoria, ajoutant alors un Golden Globes à sa collection qu’elle se défait définitivement de son image de gentille gouvernante. Cette formidable composition de drôlerie trouve un écho plus grave mais non moins intense dans That’s life où elle incarne une femme mûre atteinte d’un cancer. Par la suite ses apparitions au cinéma se raréfient au profit de la télévision dans des téléfilms ou avec sa propre série d’émission The Julie Andrews hour créée en 1972.

En 2001, on la retrouve sur grand écran dans Princesse malgré elle (Gary Marshall), puis elle prête sa voix dans la saga des Shrek, ainsi que pour Moi, moche et méchant (Chris Renaud, Pierre Coffin).

Active sur tous les fronts, Julie Andrews est l’auteur de plusieurs livres pour enfants, tous best-sellers et a créé une collection de littérature enfantine.

Retrouvez la pétillante Julie andrews, dans Victor Victoria – dernier film du cycle « Chanter pour exister » – que vous propose Cin’Eiffel ce jeudi 19 octobre à 19h30 en présence de Charlotte Garson journaliste et critique de cinéma.

Faites votre cinéma à la Médiathèque (nouvelle fenêtre) !

 

« Une idée folle » mais pas utopique !

19 Sep

Dimanche 24 septembre 2017 à 15h, ne manquez pas notre première séance Cin’Eiffel+ de la saison à la médiathèque Gustave-Eiffel. Une séance exceptionnelle avec la projection citoyenne du film Une idée folle, de Judith Grumbach. Puis vous pourrez échanger autour des questions concernant l’éducation, le rôle de l’école et  la citoyenneté traitées dans le film avec la réalisatrice Judith Grumbach qui nous fera l’honneur de sa présence !

Synopsis : Tourné dans neuf établissements scolaires – publics et privés, de la maternelle au collège, aux quatre coins de la France – Une Idée Folle pose la question du rôle de l’école au XXIème siècle, à travers le témoignage d’enseignants, d’enfants, de parents ainsi que d’experts de l’éducation. À quels défis les citoyens de demain vont-ils devoir faire face et comment les y préparer ? En cultivant l’empathie, la créativité, la coopération, la prise d’initiative ou encore la confiance en soi et l’esprit critique chez les élèves, en parallèle des savoirs fondamentaux, les enseignants de ces écoles font un rêve fou : celui de former une future génération de citoyens épanouis et responsables qui auront à cœur de transformer positivement la société qui les entoure.

  • Le projet

À l’initiative de ce projet, Ashoka, une organisation à but non lucratif, internationale, apartisane et aconfessionnelle qui depuis 35 ans accélère l’innovation sociale en soutenant les solutions entrepreneuriales les plus impactantes dans tous les domaines de la société. En 2015, elle contacte Judith Grumbach pour réaliser une série de courtes vidéos sur les neufs établissements scolaires qu’elle soutient. C’est finalement sous la forme d’un documentaire de 80 minutes, enrichies d’entretiens d’experts que la réalisatrice signe son premier film.

  • Un film nécessaire

Le système éducatif français semble être à bout de souffle. On constate d’un côté des professeurs « largués », de l’autre des élèves démotivés. Alors existe-t-il une recette miracle pour améliorer la situation ? Judith Grumbach part à la rencontre d’enseignants utilisant la liberté pédagogique qui est la leur et d’élèves, qui en plus des principaux savoirs apprennent l’écoute, l’empathie, la prise d’initiative, la coopération, la confiance en soi… Une idée folle ne dit pas comment les enseignants doivent travailler mais revalorise leur métier et donne de l’espoir. De plus, le film va bien au-delà de la simple question du rôle de l’école au XXIème siècle, il questionne sur ce que cela veut dire, être citoyen à notre époque.

Pour plus d’informations sur le film, rendez-vous sur le site officiel et surtout venez le découvrir le 24 septembre à 15h à la médiathèque Gustave-Eiffel !

Faites votre cinéma à La Médiathèque !

 

Tabou de Miguel Gomes rencontre de la poésie, de la littérature et du cinéma muet

23 Mai

Cin’Eiffel a choisi comme dernier film de son cycle « Nouvelles tendances » Tabou de Miguel Gomes. Poème mélancolique et hommage à Murnau (nouvelle fenêtre), le film a remporté plusieurs récompenses dont le Prix Alfred-Bauer à la Berlinale 2012. Il évoque l’esthétique du cinéma muet tout en le réinventant.

Serge Chauvin, critique et professeur de cinéma, a donné un intéressant décryptage de ce film à l’intensité romanesque, ce qui a encore une fois ravi le public de Cin’Eiffel.

Pour en découvrir davantage, cliquez sur l’image !

Faites votre cinéma à la Médiathèque (nouvelle fenêtre) !

%d blogueurs aiment cette page :