Archive | Cin’Eiffel RSS feed for this section
En passant

Les blogs prennent leur pause estivale

11 Juil

Les blogs de La Médiathèque cessent leurs publications de la mi-juillet à la fin août 2017. L’équipe des rédacteurs fait une pause et vous souhaite un bel été, à la ville, à la campagne, à la montagne ou à la plage 🙂

Cette année, nous avons publié plus 300 articles tous blogs confondus :-), nous avons exploré le cinéma, la littérature, la musique, le monde du travail et les archives de Levallois. Vous avez lu, commenté, aimé, critiqué et partagé tous ces articles et nous vous en remercions !

Nous reprendrons nos publications à la rentrée avec plein d’enthousiasme et de nouvelles idées pour la nouvelle saison.

Vacanciers ou pas, profitez des mois de juillet-août pour (re)découvrir tous nos articles précédents et satisfaire, susciter ou raviver toutes vos envies  : cinéma, musique, lecture, histoire locale et même travail au plus chaud de l’été.

N’oubliez pas : sur le site de La Médiathèque, les ressources en ligne et les blogs restent en ligne 24h/24 où que vous soyez.

Bon été à tous !

Quand les vacances tournent au cauchemar …

5 Juil

Le mois de juillet est arrivé et les grandes vacances pointent à l’horizon …

Les projets bouillonnent : repos, sport, baignade, promenade, visite d’un pays et de sa culture ou pourquoi pas, partir avec ses amis, quelques jours en plein nature … Vive l’aventure !

Mais attention, le rêve peut vite tourner au cauchemar !

Certains réalisateurs et scénaristes se sont inspirés de la période estivale et en ont profité pour prendre un malin plaisir à tourner des films, non pas pour vous détendre, mais pour vous effrayer, vous horrifier !!

Une fois visionnés, impossible de ne plus ressentir ce petit frisson qui vous parcourt le dos, lors de votre baignade en mer ! Impossible de ne pas succomber à ce petit moment de panique, lorsque votre voiture vous lâche au milieu d’un chemin perdu ou au cœur d’une forêt profonde !

Zoom sur Les dents de la mer

Film américain de Steven Spielberg (1975) avec Roy Schneider, Robert Shaw et Richard Dreyfruss.

Synopsis

À quelques jours du début de la saison estivale, les habitants de la petite station balnéaire d’Amity sont mis en émoi par la découverte sur le littoral du corps atrocement mutilé d’une jeune vacancière. Pour Martin Brody, le chef de la police, il ne fait aucun doute que la jeune fille à été victime d’un requin. Il décide alors d’interdire l’accès des plages mais se heurte à l’hostilité du maire uniquement intéressé par l’afflux des touristes. Pendant ce temps, le requin continue à semer la terreur le long des côtes et à dévorer les baigneurs …

Réplique Culte

  • Il nous faudrait un plus gros bateau

Une musique de John Williams (nouvelle fenêtre) inquiétante, menaçante et puissante surgit à chaque fois que le danger est proche. Reconnaissable dès les premières notes, elle reste à tout jamais gravée dans votre mémoire cinématographique.

Voici un échantillon de films à voir (ou à ne pas voir) au risque de vous faire changer de destination pour vos prochaines vacances …

Des films policiers pour les petits

22 Juin

Parce que nous somme bibliothécaires-bloggeurs mais également bibliothécaires partenaires du service de questions-réponses en ligne Eurêkoi (nouvelle fenêtre), nous avons souhaité partager ici la réponse à une question posée par une internaute au sujet de films policiers pour les enfants âgés de 6 à 11 ans.

Films de cinéma et de télévision qui relèvent du genre policier, qu’ils soient films de détective ou de gangster, films noir ou films d’espionnage ;  courts ou longs métrages, comédies ou films d’animation, voici une petite filmographie indicative de polars pour les plus jeunes :

À partir de 6 ans 

Une vie de chat

À partir de 7/8 ans 

Phantom boy

À partir de 10 ans 

  • Inspecteur Gadget, le film de détective réalisé par David Kellog (1999)
  • La Panthère rose (nouvelle fenêtre), la série télévisée de 11 films réalisée par Blake Edwards mettant en scène l’inspecteur Clouzeau (1963-1993)
  • La trilogie de films d’espionnage Spy kids de Roberto Rodriguez : Spy kids 1 (2001), Spy kids 2 : espions en herbe (2003) et enfin Spy kids 3 (nouvelle fenêtre) : mission 3D (2004)
  • Fantômette, la série télévisée – très vintage ! – de Stéphane Roux, Franck Bourgeron et Marc Perret, d’après la série de romans de Georges Chaulet

À partir de 11 ans 

A cet âge, les comédies policières inspirées de l’œuvre des auteurs classiques du genre, restent une valeur sûre.

D’après l’œuvre d’Agatha Christie 

D’après l’œuvre de Maurice Leblanc 

  • Arsène Lupin, la série télévisée (1971-1974)

D’après l’œuvre de Gaston Leroux

Le mystère de la chambre jaune (nouvelle fenêtre) (2003) et Le parfum de la dame en noir (nouvelle fenêtre) de Bruno Podalydès

Le parfum de la dame en noir

Ainsi que ces deux incontournables « classiques », pour varier les plaisirs :

L'Homme de Rio

Pour les plus grands, nous ajouterons à cette liste les deux bijoux cinématographiques, à voir et à revoir, que sont La Nuit du chasseur (nouvelle fenêtre) de Charles Laughton (1955) et Les 39 marches (nouvelle fenêtre) d’Alfred Hitchcock (1935).

Pour aller plus loin :

Vous avez d’autres thématiques en tête pour vos futurs visionnages en famille ? Vous souhaitez faire découvrir à vos enfants d’autres genres de films ? Ces quelques documents, disponibles à La Médiathèque, pourront certainement vous y aider !

Le + : film, roman, BD… vous avez besoin d’un autre conseil ? N’hésitez pas à nous poser votre question sur le site de la Médiathèque (nouvelle fenêtre), nous nous ferons un plaisir d’y répondre !

Un peu de chair humaine au menu ce soir ?

6 Juin

Le blog Cin’Eiffel vous propose des mets de choix : un barbecue de cuisses, des rôtis de bras, des raviolis un peu spéciaux !
Mais quelle horreur me direz-vous ! Pourtant, le cinéma regorge de films sur le cannibalisme. Pas de panique, je ne vous parlerai pas de Cannibal Holocost de Ruggero Deodato (1980) mais plutôt de Trouble Every day de Claire Denis (2001) ou de Vorace d’Antonia Bird (1999).
Souvent traité de manière à susciter le dégoût, la répulsion, le cannibalisme aborde pourtant des thèmes bien plus profonds qu’ils n’y paraissent.
À l’occasion du film Grave de Julia Ducournau sorti le 15 mars 2017, redécouvrez ces films d’un genre bien particulier.

Le cannibalisme est une pratique qui consiste à consommer (complètement ou partiellement) un individu de sa propre espèce. L’expression s’applique à la fois aux animaux qui dévorent des membres de leur groupe (cannibalisme animal) et aux êtres humains qui consomment de la chair humaine (cannibalisme et/ou anthropophagie). Extrait de la définition de Wikipédia.

image extraite du film

Trouble Every Day de Claire Denis (2001) ou l’amour « dévorant »

June (Tricia Vessey) et Shane (Vincent Gallo) deux jeunes mariés américains, viennent passer leur voyage de noces à Paris. Shane souhaite rencontrer son ami médecin Léo pour comprendre le mal étrange qui le ronge. Léo lui-même contraint de s’enfermer avec sa femme Coré (Béatrice Dalle) elle-même possédée par cette maladie mystérieuse…
La réalisatrice Claire Denis a réussi le pari de faire un film d’horreur sensuel et captivant. Dialogues quasi inexistants, c’est le visuel qui prime.

J’ai choisi le camp des cinéastes qui font confiance à l’image. Claire Denis

Des gestes, des regards, jamais un film n’a été aussi loin dans ce que la sexualité peut avoir de bestial, de vorace. Coré et Shane sont des êtres à part, dont la vie est dominée par des pulsions de sexe et de mort. Deux bêtes sauvages incarnés par Vincent Gallo et Béatrice Dalle incroyables de présence.
Claire Denis filme les corps d’une manière magistrale. Des images que l’on a du mal à oublier !
À écouter, la bande-originale du film, composée par Tindersticks

image extraite du film

Vorace d’Antonia Bird (1999) ou le cannibalisme comme allégorie de l’état du monde

En 1847, lors d’un combat pendant la guerre américano-mexicaine, le capitaine John Boyd (Guy Pearce) est décoré pour acte de bravoure ambigu. Son supérieur n’étant pas dupe, il est envoyé dans un fort isolé de Californie. Une nuit, un étrange personnage Colqhoun (Robert Carlyle) raconte une histoire pour le moins bizarre…

Inspiré par un fait-divers, l’expédition Donner en 1847-1848 (nouvelle fenêtre), Vorace est un film d’horreur atypique mêlant le gore et l’humour noir et la deuxième collaboration de l’acteur Robert Carlyle et de la réalisatrice Antonia Bird. Le scénariste Ted Griffin – à qui l’on doit le scénario du film Ocean’s Eleven – a eu l’habile idée de combiner plusieurs genres tels que le western, l’horreur, le fantastique, la comédie. Mais Vorace nous parle de « nous », de notre instinct de survie dans un monde où « l’homme est un loup pour l’homme ». Et surtout sur les fondements de l’Amérique, assoiffée de pouvoir. Manger son ennemi pour être plus fort, quitte à perdre toute trace d’humanité.
À écouter, la bande-originale du film, composée par Michael Nyman et Damon Albraz

Et si vous avez encore les crocs, d’autres films ou uniquement des scènes de cannibalisme vont vous mettre l’eau à la bouche ou vous feront définitivement devenir végétarien. Bon appétit !

70ème Festival de Cannes. Les jurys et le palmarès

29 Mai

 Après l’épisode 1, 70éme Festival de Cannes, les nominés (nouvelle fenêtre), voici l’épisode 2, les jurés et les palmarès

Ils ont tenu ! Le rythme effréné et la tension montante … 11 jours de la vie d’un juré, pour le plus grand festival de cinéma ! Dès la mi-avril, on connaissait l’identité du président : le célèbre réalisateur espagnol Pedro Almodovar (nouvelle fenêtre) .

Pedro Almodovar

Les noms des autres jurés ont tardé à venir. Beaucoup de rumeurs, de noms prestigieux, pour enfin dévoiler la fameuse liste, début mai.

Les acteurs et les actrices : Will Smith, Fan Bingbing, Jessica Chastain, Agnès Jaoui (nouvelle fenêtre)

Les réalisateurs : Maren Ade (nouvelle fenêtre), Park Chan-wook (nouvelle fenêtre), Paolo Sorrentino

Le compositeur : Gabriel Yared (nouvelle fenêtre)

Gabriel Yared compositeur

Gabriel Yared   compositeur

 

Ils ont attribué, hier soir, un palmarès qui ne va manquer d’être commenté, détesté ou… adoré, dans les jours à venir. D’ici quelques semaines, chacun pourra se faire son idée en allant voir ces fameux films qui ont décroché le Graal !

 

Palme d’or : The Square de Ruben Ostlund.

Grand prix du jury : 120 battements par minute de Robin Campillo.

Prix de la mise en scène : Les Proies de Sofia Coppola

Prix d’interprétation masculine : Joaquin Phoenix pour You Were Never Really Here de Lynne Ramsay

Prix d’interprétation féminine : Diane Kruger pour In the Fade de Fatih Akin

Prix du jury : Loveless, d’Andreï Zviaguintsev

Palme d’or du court métrage : Xiao Chen Er Yue de Qiu Yang

Prix du scénario : La mise à mort du cerf sacré de Yorgos Lanthimos et You were never really here, de Lynne Ramsay

Caméra d’Or : Jeune femme de Léonor Séraille

En attendant, si vous avez une forte envie de cinéma, venez assister aux dernières séances de l’année de Cin’Eiffel (nouvelle fenêtre) ou aux Rencontres de Cin’Eiffel (nouvelle fenêtre)!

Faites votre cinéma à La Médiathèque!

%d blogueurs aiment cette page :