Archive | films à voir RSS feed for this section

Cin’Eiffel s’attaque à Mars !

4 Avr

Le samedi 7 avril 2018 à 15h, Les rencontres de Liseur (nouvelle fenêtre) vous invitent à La Médiathèque de Levallois pour un Voyage sur Mars avec le planétologue Aymeric Spiga, disciple de François Forget. À l’occasion de cette conférence, Cin’Eiffel vous propose d’explorer l’univers martien à travers quelques livres et adaptations cinématographiques.

À voir :

 

Chroniques martiennes (nouvelle fenêtre) est une série réalisée par Michael Anderson en 1980. Elle est adaptée du cycle de nouvelles de Ray Bradbury paru aux États-Unis en 1950, un texte bien écrit, intelligent, poétique et moraliste. Le classique par excellence !

 

Total recall (1990) de Paul Verhoeven (nouvelle fenêtre) est inspiré de la nouvelle We Can Remember It for You Wholesale de Philip Kindred Dick (nouvelle fenêtre) (1966). Verhoeven catalogué comme réalisateur de film d’anticipation ouvre la voie au film d’action mental et livre une critique du capitalisme outrancier, de l’omniprésence, du poids des médias et de la publicité, de la course au profit et du goût pour le pouvoir.

 

 

Planète rouge (nouvelle fenêtre) (2000) est un film réalisé par Antony Hoffman. Un scénario original mais un peu faiblard qui permet tout de même de poser des questions sur une possible adaptation de la vie sur la planète Mars.

 

 

Mission to Mars (2000) est réalisé par Brian De Palma (nouvelle fenêtre). Un film peu remarquable dans l’œuvre d’un des plus brillants réalisateurs contemporains !

 

 

 

Cowboy Bebop (nouvelle fenêtre) (2003) est un film d’animation réalisé par Shinichiro Watanabe, ici le jazz des années 1940 côtoie le mythe du cow-boy lancé à la conquête de l’Ouest et les combats spatiaux.

 

Watchmen : Les Gardiens (nouvelle fenêtre) (2009) réalisé par Zack Snyder est une adaptation assez fidèle du comic Watchmen d’Alan Moore et Dave Gibbons paru à la fin des années 80. Le film est construit comme un film à sketchs à l’humour très noir. La déroutante complexité narrative, l’ambiguïté morale de cet univers et la bande originale perpétuellement en décalage plairont aux amateurs du genre.

 

 

Seul sur Mars (nouvelle fenêtre) (2015) réalisé par Ridley Scott est une fidèle adaptation du roman The Martian d’Andy Weir ; il décrit la survie d’un astronaute laissé pour mort sur la planète Mars. Un « feel good movie » au rendu visuel soigné mais avec quelques inexactitudes de vraisemblances.

 

Life : Origine inconnue (nouvelle fenêtre) (2017) réalisé par Daniel Espinosa n’est pas sans rappeler le cultissime Alien (1979) : une équipe de scientifiques recueille volontairement à bord de leur vaisseau une forme de vie extra-terrestre, responsable de la destruction de toute vie sur Mars. Le film tient plus du film d’horreur que du film de science-fiction.

 

À voir mais aussi à lire :

 

La Guerre des mondes (nouvelle fenêtre) de  H. G. Wells, publié en 1898. L’une des premières œuvres d’imagination dont le sujet est l’humanité confrontée à l’envahisseur extraterrestre hostile, répugnant et tentaculaire dans l’Angleterre victorienne.

 

 

Le Prisonnier de la planète Mars (nouvelle fenêtre) et La Guerre des Vampires de Gustave Le Rouge. Un roman classique. Ceux qui exècre les descriptions mieux vaut passez votre tour!

 

 

 

Le cycle de Mars de Edgar Rice Burrough (nouvelle fenêtre). Le créateur de Tarzan est aussi l’un des précurseurs de la SF avec les aventures de son personnage de John Carter, terrien devenu martien.

 

 

 

Glissement de temps sur Mars (nouvelle fenêtre), un roman tourmenté, digne de l’univers de son auteur parfois étrange qu’est Philip K. Dick.

 

 

 

La machine à explorer l’espace de Christopher Priest (nouvelle fenêtre)  est un hommage à l’un des pères de la science fiction (H. G. Wells).

 

 

 

Voyage (nouvelle fenêtre) de Stephen Baxter, uchronie sortie en 1996, dans laquelle l’auteur imagine que le premier pas sur la lune serait suivi d’un projet encore plus audacieux, aller sur Mars.

 

Faites votre cinéma à la Médiathèque !

 

Publicités

Aujourd’hui 17 mars 2018, Kurt Russell fête ses 67 ans !!

17 Mar

Le 17 mars 2018, Kurt Russell, acteur phare des années 80/90, souffle ses 67 bougies. Sa longue carrière, débuta dans les année 60 et fut parsemée d’échecs et de succès …

Aujourd’hui il revient sur le devant de la scène et c’est l’occasion pour Cin’Eiffel de vous présenter son actualité. En effet, tel le Phoenix qui renait de ses cendres, Kurt Russell revient sur grand écran, pour notre plus grande joie !

Parcours d’acteur

Kurt Russell est né le 17 mars 1951 dans le Massachusetts, États-Unis. Dès son plus jeune âge il passe son temps entre les terrains de sport et les plateaux de cinéma, plus particulièrement sur les tournages de Bonanza dont l’un des acteurs principaux était son père Bing Russell, qui interpréta le shérif de cette série pendant 6 années.

À l’âge de dix ans, Kurt est engagé pour tourner dans des séries et quelques téléfilms. Et quand il n’est pas sur les plateaux, il s’adonne à sa passion, le base-ball, il est d’ailleurs reconnu comme un talentueux joueur !

Quelques années plus tard, en 1966, il signe avec le Studio Disney, tourne plusieurs films et devient ainsi l’un des acteurs vedettes, c’est l’enfant star du moment.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Suite à une blessure à l’épaule, Kurt Russell arrête sa carrière de sportif et se consacre entièrement à sa deuxième passion, le Cinéma. Les premières années sont difficiles, il enchaine quelques petits rôles jusqu’au moment où il fait la connaissance d’un certain John Carpenter (nouvelle fenêtre) : nous sommes en 1978 et cette rencontre va être décisive pour sa carrière. Entre Kurt Russell et John Carpenter, commence alors une longue histoire ….

Russell / Carpenter en 5 tournages

  • Le roman d’Elvis (1979)
  • New-York 1997 (1981)
  • The thing (nouvelle fenêtre) (1982)
  • Les aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin (1986)
  • Los Angeles 2013 (1996)

En 1984, Kurt Russell obtint enfin un rôle sombre et plus complexe dans Swing Shift de Jonathan Demme. Ce film marquera sa rencontre avec sa futur compagne l’actrice Goldie Hawn.

Avec le temps il est ainsi (malgré lui) classé dans le registre des acteurs de films d’action, d’autant plus qu’il fait lui-même la plupart de ces cascades. Kurt enchainera deux films en tandem, le premier avec Mel Gibson dans Tequila sunrise en 1988 puis au côté de Sylvester Stallone dans Tango et cash réalisé par Andrei Konchalovsky (1989). Il incarne en 1991, un pompier dans Backdraft avec Robert De niro et Alec Baldwin.

     

Dans les années 90, il continue à collectionner les rôles physiques et les personnages risque-tout : Obsession fatale (1992), Tombstone (1993), Stargate (1994) et Breakdown (1997).

Mais suite à l’énorme échec commercial de Soldier (1998), sa carrière ralentit et les producteurs ne font plus appel à lui. Kurt continuera quand même à tourner dans quelques films qui passeront inaperçus !

Il faudra attendre 2007, pour le revoir en haut de l’affiche lorsque le réalisateur Quentin Tarantino (nouvelle fenêtre) le sollicitera pour interprèter Mike Stuntman, le grand psychopathe, dans son film Le boulevard de la mort (nouvelle fenêtre) !!

Kurt Russell is back …

 

 

Ses derniers grands films :

Faites votre cinéma à La Médiathèque!

Filmer l’Histoire : cycle Cin’Eiffel introduit par le 7ème Salon du Roman Historique de Levallois

6 Mar

Pour accompagner le  7ème édition du Salon du Roman Historique de Levallois (nouvelle fenêtre) (dimanche 11 mars 2018), Cin’Eiffel a décidé de programmer, pour la 1ère fois, une sélection de films qui donnent un éclairage évènementiel, social ou culturel sur l’Histoire.

« Filmer l’Histoire » sera un évènement récurrent, qui aura lieu tous les ans, qui rappelle la spécificité qui est la nôtre :  un ciné-club dynamique, vivant au sein d’une médiathèque et qui permet de mettre à l’honneur littérature et cinéma en même temps!

Les films qui auraient pu rentrer dans ce cycle sont bien sûr très nombreux… Les bibliothécaires ont essayé de choisir, dans ce vaste corpus, des films qui n’étaient pas forcément attendus… Et d’étonner, peut-être, un public fidèle ou de passage.

Deux intervenants nous feront le plaisir de participer aux séances. Ils procéderont à chaque fois à une analyse qui permettra de dégager de nouvelles perspectives sur chacun des films : Nicolas Roncier, philosophe, jeudi 29 mars 2018 et Serge Chauvin (nouvelle fenêtre), universitaire et spécialiste de cinéma américain, jeudi 12 avril 2018.

Pour aller plus loin : cette vidéo produite par l’Académie du Forum des images où Jean-Pierre Bertin-Maghit présente le livre Cinéma et histoire de Marc Ferro . Livre disponible à La Médiathèque (nouvelle fenêtre).

Faites votre cinéma à La Médiathèque !

Le choix des bloggeuses de Cin’Eiffel en 2017

2 Fév

Je vous livre, aujourd’hui, la bonne résolution de toute l’équipe Cin’eiffel, pour la nouvelle année : continuer à chercher encore et toujours quelques « pépites », films connus ou moins connus, que nous sommes prêtes à aller découvrir dans une petite salle de banlieue, un dimanche matin, sous une pluie diluvienne !

Chaque bloggeuse a sélectionné les 3 films et les séries qui l’ont vraiment captivée en 2017 : le choix a parfois été difficile, mais voici le résultat.

 

LES FILMS :

N°1

Détroit réal. K. Bigelow : c’est vraiment notre coup de cœur.

Les émeutes de Détroit de 1967 demeurent un des actes fondateurs, qui ont vraiment fait avancer les droits civiques des afro-américains et mis à mal la ségrégation raciale aux États-Unis. Ces évènements sont évoqués dans la littérature américaine contemporaine [je conseille vivement la lecture du très troublant roman de Jeffrey Eugenides, Middlesex (nouvelle fenêtre), qui évoque le sujet], mais attendaient encore LEUR film. C’est chose faite!

 

Sur la 2ème marche : 4 très bons films à découvrir, si ce n’est pas encore fait. Ils sont tous disponibles à la médiathèque Albert-Camus.

 

Enfin quelques coups de cœurs personnels des unes ou des autres :

120 battements par minutes réal Robin Campillo (nouvelle fenêtre)

L’autre coté de l’espoir réal Aki Kaurismaki

Le sens de la fête réal. Eric Toledano et Olivier Nakache

Pour le réconfort réal. Vincent Macaigne

L’amant du jour réal Philippe Garrel (nouvelle fenêtre)

Après la tempête réal Hirokaru Kore-Eda (nouvelle fenêtre)

Les nouveaux sauvages réal. Damien Szifron

 

LES SERIES :

Sur la 1ère marche : cette série est tirée du superbe roman La servante écarlate (nouvelle fenêtre) de Margaret Atwood (nouvelle fenêtre), grand auteur canadien, les scénaristes ont réussi à en faire la série dont tout le monde parle ! Encore difficile à voir en France puisqu’elle n’est pas encore disponible sur les grands médias français et ne sortira en DVD que dans quelques mois… Alors patience!

 

D’autres séries n’ont pas échappé aux bloggeuses, je vous en propose une sélection :

Faites votre cinéma à La Médiathèque!

Pleins feux sur : Alain Delon

14 Déc

Rien ne prédestinait Alain Delon (nouvelle fenêtre) à faire carrière dans le septième art et pourtant il est l’une des plus fortes personnalités du cinéma français. Fin des années 50, après avoir décliné un contrat à Hollywood et tourné quelques films (Quand la femme s’en mêle (1957), Christine (1958)…) dans lesquels son physique de jeune premier éclate à l’écran, il est repéré par Luchino Visconti (nouvelle fenêtre). C’est le coup de foudre réciproque mais de nature différente. Le réalisateur lui offre un de ses plus grands rôles dans Rocco et ses frères (1960). L’acteur à la beauté insolente illumine cette poignante tragédie de mœurs, dont le lyrisme touchant en a fait un authentique film populaire. La rencontre entre le mentor et son apollon profite aux deux. Visconti reprend le meilleur du néoréalisme et de la Nouvelle Vague pour dresser un portrait de l’Italie d’après-guerre mêlant la réflexion politique et l’émotion la plus déchirante. Delon, lui,  montre toute la palette de son jeu, du jeune homme fragile à l’homme déterminé ; une dualité que l’on retrouve ensuite dans beaucoup de ses personnages, à la fois voyou et séducteur.

Cliquez sur les points jaunes de l’image pour en découvrir davantage.

Cin’Eiffel présente jeudi 14 décembre 2017 à 19h30, Rocco et ses frères, sorte de tragédie grecque, inspirée des Frères Karamazov de Dostoïevski (nouvelle fenêtre) à l’occasion du film sélectionné par les spectateurs et les lecteurs de La Médiathèque !

Faites votre cinéma à la Médiathèque !

 

%d blogueurs aiment cette page :