Tag Archives: Animation

À chacun son masque… : 3 courts-métrages en VOD

6 Juin

Star de ce printemps, le masque est d’une triste actualité dans nos vies quotidiennes…. Alors autant s’en réjouir, cinématographiquement parlant, avec ces trois courts-métrages visionnables en VOD depuis le site de La Médiathèque, trois variations autour du thème qui ne vous laisseront pas indifférents…

Le plus expérimental

Il s’agit de l’impressionnante animation Masques (2009) de Jérôme Boublès (nouvelle fenêtre), qui donne à voir une cérémonie primitive de mise à mort.

Affiche Masques Boublès

© Lardux Films

Deux masques se font face. Ils flottent en l’air et sont entourés d’un nuage de bâtons. Ils se jaugent, se provoquent. L’un avance, l’autre recule. Ils se rapprochent, s’éloignent, se tournent autour, entre hésitation et défi…

La réalisation du film, mis en musique par Michel Korb, fait appel a une technique de capture des mouvements d’un danseur-chorégraphe, Nicolas Vladyslav (nouvelle fenêtre), et fait du film une recherche sur le mouvement et sa création.

Il fait partie de la trilogie de ce graphiste-illustrateur de formation et réalisateur avec « Eclosions » (2006) et « Le Printemps » (2012), visibles sur son site (nouvelle fenêtre). Son conte poétique, « Le Puits » (nouvelle fenêtre), a par d’ailleurs remporté le Prix du meilleur film d’animation au Festival du Court Métrage de Clermont-Ferrand en 2000.

Le plus pictural

Le masque du diable (1976) du cinéaste-écrivain disciple de Paul Grimault, Jean-François Laguionie (nouvelle fenêtre), jeu de faux-semblants particulièrement réussi, à retrouver dans un programme rassemblant 7 de ses courts-métrages, Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie (nouvelle fenêtre), qui offre une promenade onirique et cinématographique de premier choix.

Le film, composé de peintures animées, met en scène une vieille femme qui un soir, dans la montagne et loin des rumeurs du petit village où le carnaval bat son plein et où chacun se réjouit à l’avance de cacher sa véritable identité, engage une partie de dominos avec le diable…

masque-du-diable_laguionie_V1-96DPILAgenceducourtmtrage

(Image extraite de l’affiche du programme de 4 courts-métrages de Jean-François Laguioni, « Bas les masques ! », 2019)

Chez Laguioni, la manifestation diabolique participe nécessairement d’une cabale mystérieuse où Satan lui-même est dépassé par les diableries humaines de la réalité. C’est la force du film et du conte écrit par le réalisateur, sur un mode malicieux et narquois, qui remet au centre la question de l’identité : et si le diable n’était pas celui qu’on croit ?

(Jean-François Laguionie, Pascal Vimenet et Gaël Teicher, Les Animés/Éditions de l’œil, 2016)

Au passage, ne passez surtout pas à côté de son somptueux long-métrage Louise en hiver (2016), également disponible sur la médiathèque numérique (nouvelle fenêtre), qui raconte la vie de Robinsonne d’une vieille dame se retrouvant seule avec son chien dans une petite station balnéaire, sorte de ville fantôme hors du temps perdue entre dunes et océan.

Le plus frenchy

C’est assurément celui de Sophie Letourneur, Le Marin masqué (2011) [nouvelle fenêtre], fantasme incarné par un jeune homme lunetté de noir, prétexte à ce délicieux film primé au Festival Côté Court de Pantin (Grand Prix, Prix de la Presse et Prix de la Jeunesse) qui suit l’échappée de deux trentenaires parisiennes en Bretagne, entre petits problèmes et grandes désillusions.

Le film s’ouvre à la manière d’un road-movie : à l’intérieur d’une voiture, les conversations fusent, chaque fille racontant ses petites histoires de coeur. Dans ce tête-à-tête féminin, les dits et les non-dits se superposent, se contredisent et s’enchaînent. Lorsque ce voyage-confession s’achève, le fameux « marin masqué », souvenir d’un amour de jeunesse, s’incarne dans un individu bien ancré dans le présent. Les deux filles doivent alors composer avec ce troisième personnage un peu limité, qui provoque, le temps d’une nuit, un retour en adolescence…

Le jeu avec le langage cinématographique prend autant de place dans l’histoire (ténue) que le récit des deux copines en virée quelques jours à Quimper pour noyer les peines de coeur de l’une, l’autre perdant au final ses certitudes sur sa vie amoureuse. Au-delà des dialogues, dont la postsynchronisation en studio fait sentir un charmant décalage, se développe une « seconde voix » qui est celle des amies commentant leur week-end après-coup. La réalisatrice parle de « film de fiction de vacances » pour évoquer cette forme originale dans laquelle la voix-souvenir remet parfois en question le déroulement des évènements en constituant une bande-son au conditionnel. Ce duo qui commentent les images depuis la table de montage permet à Sophie Letourneur de plonger au coeur de l’univers des filles d’aujourd’hui : la façon dont les copines se comportent entre elles, comment elles se parlent mais aussi comment elles s’agacent et ce à quoi elles aspirent. Plus qu’un film de filles, ce court métrage croque un moment de vie et pose un regard insouciant, comme un clin d’œil, sur une génération.

Trivial, bourré d’autodérision, régressif (le côté roman-photo) et toujours juste, ce conte d’été en noir et blanc où s’entremêlent légèreté, amitié, petits doutes et grands espoirs, soutenu par cet art impayable du dialogue (répétitif), rappelle la fraîcheur des premiers films de Jean-Luc Godard et de Jean Eustache.

Faites votre cinéma à la Médiathèque !

Des films à voir ou à revoir en famille à Noël

15 Déc

Les vacances de Noël approchent, l’occasion de passer un bon  moment en famille, en faisant découvrir à vos enfants des films cultes et indémodables, bien souvent de gentils contes qui ont marqué votre enfance ou des films plus récents dans lesquels vos enfants s’identifieront aux héros à leur tour. Je vous propose donc une sélection pour tous les âges de films dont l’action se passe à cette même période.

Les films d’animation

Cliquez sur les points rouge de l’image pour en découvrir davantage.

Les comédies musicales

Cliquez sur les points verts de l’image pour en découvrir davantage.

Les comédies dramatiques, fantastiques ou tout simplement drôles

Cliquez sur les points jaunes de l’image pour en découvrir davantage.

Faîtes votre cinéma à la Médiathèque !

La Fête du cinéma d’animation 2018 : pour petits et grands

20 Oct

Vous êtes passionnés de cinéma d’animation? il vous reste quelques jours (jusqu’au 31 octobre) pour assister (avec ou sans vos enfants) à l’un des évènements de cette 17e édition de la Fête du cinéma d’animation!

« La Fête du cinéma d’animation a pour objectif de valoriser le cinéma « image par image » et de contribuer ainsi à la promotion des films et de leurs auteurs. Sa genèse et sa mise en place sont articulées avec la Journée mondiale du film d’animation, célébrée le 28 octobre en hommage à Émile Reynaud, pionnier du « film » image par image et en commémoration de sa première projection publique de bandes animées, à Paris, au Musée Grévin, précisément le 28 octobre 1892. » Association Française du Cinéma d’Animation (AFCA).

1500 manifestations sont organisées dans le monde, pour fêter l’animation, comme il se doit.
Vous pourrez, par exemple :
  • ASSISTER à l’avant-première du très attendu Funan réalisé par Denis Do, le 29 octobre 2018 à 20h – 10 Quai de la Seine, MK2 Quai de Seine Paris.

 

  • PARTICIPER avec vos enfants à un atelier autour du film Le chant de la mer réalisé par Tomm Moore le 26 octobre 2018 – 7 Boulevard de Strasbourg, L’Archipel Paris

  • ASSISTER à la remise du prix du meilleur court-métrage d’animation  : Le prix Émile-Reynaud (nouvelle fenêtre) sera remis le vendredi 26 octobre au Carreau du Temple à Paris, en présence de professionnels.
  • REGARDER Dilili à Paris, le dernier film de Michel Ocelot (nouvelle fenêtre) et ECHANGER avec le chanteur et comédien Pascal Nowak de son métier de doubleur, 3 Bis rue Marguerite Renaudin, Cinéma Trianon Sceaux.

Pour tout autre renseignement, rendez vous directement sur le site de La Fête du cinéma d’animation! (nouvelle fenêtre)

 

Vive les vacances …

24 Fév

Voilà ! nous y sommes ! c’est les vacances de février, il fait froid, il pleut, pas de sortie extérieure possible et pourquoi pas le cinéma …

Vous avez envie d’emmener vos enfants ou vos petits-enfants voir un film, mais lequel ? Pas de panique, Cin’Eiffel vous a sélectionné plusieurs idées pour cette période de détente. Il y en a pour tous les âges et pour tous les goûts …

Direction nos salles de cinéma …

 

Pour les aventuriers

  • Belle et Sébastien 3 : Le dernier chapitre de Clovis Cornillac avec Félix Bossuet, Tchéky Karyo, Clovos Cornillac et Thierry Neuvic.

 

Pour les passionné d’animation japonaise

  • Mary et la fleur de la sorcière de Hiromasa Yonebayashi

 

Pour les plus petits

  • L’étrange forêt de Bert et Joséphine de Filip Posivac et Bara Valecka

 

  • Contes sur moi !  5 histoires, 5 techniques d’animation différentes.

 

Pour les fans de bande dessinée 

  • Les aventures de Spirou et Fantasio de Alexandre Coffre avec Thomas Solivérès, Alex Lutz, Christian Clavier et Ramzy Bedia.

Faites votre cinéma à la Médiathèque !

Summer Wars, un film de Mamoru Hosoda

12 Juin

Mamoru HosodaNé en 1967, Mamoru Hosoda est un réalisateur de films d’animation japonais. Après ses études à l’université des Arts de Kanazawa, il rejoint le studio Toei Animation en 1991 où il participe en tant qu’animateur à de nombreuses œuvres, parmi lesquelles des animés phares : Dragon Ball, Kenshin, Sailor Moon, Utena ou encore Slam Dunk.

En 1999 et l’année suivante, il réalise les deux premiers films Digimon. En 2005, il réalise le sixième film One Piece : Le baron Omatsuri et l’île secrète. 

En 2006, il intègre le Studio Madhouse et réalise La Traversée du Temps, film couronné de plusieurs prix à travers le monde. S’ensuit la sortie de Summer Wars en 2009, nouveau grand succès. Il fonde son propre studio, Chizu, en 2011 où il poursuit la réalisation de longs-métrages: Les Enfants loups, Ame et Yuki en 2012 et Le Garçon et la Bête en 2015.

Considéré comme l’un des nouveaux grands talents de l’animation japonaise, Mamoru Hosoda jouit d’une réputation internationale de plus en plus grande au fil de ses réalisations.

Retrouvez ses réalisations à La Médiathèque:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Summer Wars sur grand écran à la médiathèque Gustave-Eiffel dimanche 18 juin 2017 à 15h

Dans le cadre de sa programmation Cin’Eiffel+, La Médiathèque vous propose comme dernier film de la saison, Summer Wars de Mamoru Hosoda, l’occasion d’échanger sur les dangers d’Internet et des réseaux sociaux.

Kenji Koiso est un jeune lycéen passionné par les mathématiques. Il travaille l’été au service informatique de la maintenance d’OZ, un réseau social en ligne qui est une gigantesque communauté virtuelle mondiale dans laquelle entreprises et administrations possèdent des façades interactives. C’est alors que la fille de ses rêves, Natsuki lui demande de l’accompagner à Nagano pour la dépanner. Il se retrouve alors en pleine préparation de la fête d’anniversaire de la chef du clan Jinnouchi alors que Natsuki lui demande de jouer le rôle de petit ami auprès de sa famille. Pendant ce temps, Love Machine, une intelligence artificielle, pirate le système de sécurité d’Oz et attaque les utilisateurs puis les systèmes administratifs, causant un chaos mondial. Avec l’aide de Kenji, tout le clan Jinnouchi va lutter pour sauver le monde virtuel d’OZ.

La séance sera animée par Jacques Henno, journaliste et auteur, spécialiste d’Internet et des nouveaux outils de communication.

Faites votre cinéma à La Médiathèque!

Marie L.

%d blogueurs aiment cette page :