Tag Archives: Cin’Eiffel

70ème Festival de Cannes. Les jurys et le palmarès

29 Mai

 Après l’épisode 1, 70éme Festival de Cannes, les nominés (nouvelle fenêtre), voici l’épisode 2, les jurés et les palmarès

Ils ont tenu ! Le rythme effréné et la tension montante … 11 jours de la vie d’un juré, pour le plus grand festival de cinéma ! Dès la mi-avril, on connaissait l’identité du président : le célèbre réalisateur espagnol Pedro Almodovar (nouvelle fenêtre) .

Pedro Almodovar

Les noms des autres jurés ont tardé à venir. Beaucoup de rumeurs, de noms prestigieux, pour enfin dévoiler la fameuse liste, début mai.

Les acteurs et les actrices : Will Smith, Fan Bingbing, Jessica Chastain, Agnès Jaoui (nouvelle fenêtre)

Les réalisateurs : Maren Ade (nouvelle fenêtre), Park Chan-wook (nouvelle fenêtre), Paolo Sorrentino

Le compositeur : Gabriel Yared (nouvelle fenêtre)

Gabriel Yared compositeur

Gabriel Yared   compositeur

 

Ils ont attribué, hier soir, un palmarès qui ne va manquer d’être commenté, détesté ou… adoré, dans les jours à venir. D’ici quelques semaines, chacun pourra se faire son idée en allant voir ces fameux films qui ont décroché le Graal !

 

Palme d’or : The Square de Ruben Ostlund.

Grand prix du jury : 120 battements par minute de Robin Campillo.

Prix de la mise en scène : Les Proies de Sofia Coppola

Prix d’interprétation masculine : Joaquin Phoenix pour You Were Never Really Here de Lynne Ramsay

Prix d’interprétation féminine : Diane Kruger pour In the Fade de Fatih Akin

Prix du jury : Loveless, d’Andreï Zviaguintsev

Palme d’or du court métrage : Xiao Chen Er Yue de Qiu Yang

Prix du scénario : La mise à mort du cerf sacré de Yorgos Lanthimos et You were never really here, de Lynne Ramsay

Caméra d’Or : Jeune femme de Léonor Séraille

En attendant, si vous avez une forte envie de cinéma, venez assister aux dernières séances de l’année de Cin’Eiffel (nouvelle fenêtre) ou aux Rencontres de Cin’Eiffel (nouvelle fenêtre)!

Faites votre cinéma à La Médiathèque!

Les intervenants de Cin’Eiffel : la playlist de Guillaume Tonning

11 Avr

Guillaume Tonning, docteur en philosophie, enseignant et éditeur, est venu nous présenter, en début d’année 2017,  le très poétique film de Wim Wenders (nouvelle fenêtre) : Der Himmel Über Berlin, Le ciel au-dessus de Berlin, sorti en France sous le nom Les ailes du désir (nouvelle fenêtre).

Dans le film de Wenders réalisé en 1986, Berlin n’a plus grand chose à voir avec Le grand Berlin d’avant le nazisme,  filmé par Walther Ruttmann Berlin, symphonie d’une grande ville  (nouvelle fenêtre) une ville moderne et avant-gardiste. Démolie en 1945, défigurée par la guerre froide et le mur. La ville, que filme Wim Wenders, est devenue une sorte de no man’s land, de tour de Babel, comme nous l’a expliqué Guillaume, un lieu défiguré où la parole incessante y est devenue inaudible, exact reflet de la solitude des hommes.

Comme aux autres intervenants Cin’Eiffel du jeudi soir, nous avons proposé à Guillaume Tonning,  passionné de cinéma, de nous confier quels sont ses films préférés.

Et voici sa sélection :

evangile-selon-saint-mathieu

amants-sacrifies

citizen-kane

persona

Quatre chefs-d’œuvre du cinéma mondial, à découvrir, émotion garantie!

Faites votre cinéma à La Médiathèque!

En passant

Mustang : éprises de libertés

2 Avr

Cin’Eiffel part à la rencontre des jeunes talents du 7 au 16 avril.

Et Les Rencontres de Cin’Eiffel commencent avec la projection de Mustang, sur le grand écran de la médiathèque Gustave-Eiffel, le jeudi 7 avril à 19h30.

Synopsis : C’est le début de l’été. Dans un village reculé de Turquie, Lale et ses quatre sœurs rentrent de l’école en jouant avec des garçons et déclenchent un scandale aux conséquences inattendues. La maison familiale se transforme progressivement en prison, les cours de pratiques ménagères remplacent l’école et les mariages commencent à s’arranger. Les cinq sœurs, animées par un même désir de liberté, détournent les limites qui leur sont imposées.

Mustang2Tout commence dans la joie et la bonne humeur, avec des jeux d’adolescents : des filles et des garçons qui s’amusent, flirtent ensemble, sans outrance et dans la fraîcheur qu’autorise leur âge.

Oui mais… Même si cette histoire se déroule dans les années 2010, elle a lieu dans une partie reculée de la Turquie, encore soumise à la pression traditionnaliste d’une certaine expression religieuse.

Et ce qui s’annonçait comme une chronique habituelle de la légèreté adolescente va se transformer en un hymne à la liberté et au droit à aimer et à vivre sa vie ! Simplement.

Mustang a reçu 10 prix dont 4 César : Meilleure première œuvre, Meilleur montage, Meilleur scénario original et Meilleure musique.

Mustang est le premier long métrage de Deniz Gamze Ergüven, une « cinéaste de demain » à suivre !

Benoît N.

En passant

Sœurs de sang de Brian De Palma

8 Mar
Soeurs de sang de Brian De Palma, projeté à Cin’Eiffel ce jeudi 10 mars à 19h30, est l’occasion de découvrir l’un des chefs-d’œuvre d’un des plus grands cinéastes vivants ! Nous recevrons pour cette soirée Ugo Batini, professeur de philosophie : voici un résumé de ce dont il nous parlera.
« Souvent délaissé par les critiques, le film de genre semble moins propice à l’analyse filmique ou à la réflexion philosophique. Pourtant dès la première scène de Soeurs de sang (1973), un des premiers films horrifiques de Brian de Palma, on comprend bien que ce qui est en jeu dépasse de loin un thriller classique et engage une réflexion générale sur la société (importance d’un personnage de couleur, rôle des femmes etc.), mais aussi, et peut-être même surtout, sur le cinéma, comme nous invite dès le début à le faire cette mise en abyme qu’installe la première scène en nous amenant dans les coulisses d’un jeu TV.
Cette déconstruction de l’image et du rôle ambigu du spectateur, pris au piège de son rôle de voyeur, ne se limite pas à un geste postmoderne mais engage chez le réalisateur de Carrie une réflexion profonde sur le statut de l’image et l’amène à aller jusqu’au bout de ses recherches en explorant les lieux où elle est peut la plus expressive : l’horreur comprise alors à travers un pur cinéma de l’affect. »
Ugo Batini
Et, pour vous, un avant goût de Sœurs de sang avec le premier split screen du film, à la fois hommage à Hitchcock et réflexion sur l’image et sur le rapport que le spectateur (voyeur ?) entretient avec elle, jusque dans son sens le plus profond…

Faites votre cinéma à La Médiathèque !
Benoît N.

Cin’Eiffel : saison grand cru !

30 Juil

Notre 3ème saison de Cin’Eiffel s’est achevée jeudi 26 juin.

C’est l’occasion de tirer un bilan sur une année exceptionnelle, tant en termes de fréquentation qu’en qualité d’intervention !

Tout a débuté le 26 septembre, avec la projection de Jules et Jim : Antoine de Baecque, historien du cinéma et auteur entre autres d’une biographie de Truffaut, a mené la discussion devant 95 spectateurs, lançant notre nouvelle saison de la meilleure des façons !

Autre moment marquant : L’Atalante, où le temps d’une séance, nous avons vogué sur la péniche des amours contrariés, bercé par la sensibilité et la poésie de Jean Vigo, ainsi que par la gouaille de Michel Simon : nous étions alors accompagnés par Serge Chauvin, habitué des lieux, que nous avons retrouvé, pour notre plus grand plaisir, quelques mois plus tard, pour la présentation de Vertigo – record d’affluence de cette année avec 100 personnes présentes dans la salle !

Cin’Eiffel version 2013-2014, ce fut aussi des nouveautés, avec 2 ciné-philo et un ciné-concert !

Jean Salem, philosophe spécialiste des épicuriens et des questions sur le bonheur, a ouvert de nombreuses pistes de réflexions autour du film d’Agnès Varda qui, le moins que l’on puisse dire, n’a pas laissé insensible (tout comme d’ailleurs, Juliette des esprits, de Fellini qui, par ses tournures baroques, a décontenancé certains spectateurs…) ; et puis Ugo Batini a délivré maintes pistes d’interprétation sur cet obscur objet cinématographique qu’est Mulholland Drive ! 90 personnes, à chaque fois, pour ces ciné-philo !

Et puis, il y eut Tabou et le pianiste Gwendal Giguelay, en improvisation pendant 1h30 sur le film muet de Murnau ! Instant exceptionnel où Cin’Eiffel s’est mué en salle de concert et où tous, nous avons été submergés par l’émotion de la performance du jeune pianiste et de sa lecture tout en délicatesse du film.

Cin’Eiffel, ce fut encore des moments d’apesanteur, avec, par exemple, la projection des Moissons du ciel, en présence de Natacha Thiéry, du Goût de la cerise, d’Abbas Kiarostami, ou de Still life de Jia Zhang-ke, pour lequel nous avons eu la chance d’entendre la grande spécialiste du cinéma chinois, Luisa Prudentino.

Nous n’oublions pas, bien évidemment, l’apogée de notre saison, avec la présence exceptionnelle de Jean-Hugues Anglade, lors de notre soirée de clôture pour un vibrant hommage à Patrice Chéreau !

Jean-Hugues Anglade rend hommage à Patrice Chéreau

Entre découvertes et grands classiques – L’impossible Monsieur bébé et les rires dans la salle, In the mood for love et son inaltérable mélancolie, Le Boucher et la duplicité de l’amour, Persona et les méandres des esprits que confond le corps, Répulsion et les fissures en tout sens, Macadam à deux voies et son aspiration à rêver encore et malgré tout… -, Cin’Eiffel fut un très grand cru, avec de très belles soirées, ponctuées par une affluence moyenne record : 72 spectateurs !

Merci donc à tous les intervenants qui ont fait le succès de Cin’Eiffel cette année et à notre public, plus nombreux, plus fidèles, plus enthousiastes que jamais !

Faites votre cinéma à la Médiathèque et rendez-vous le 18 septembre pour une nouvelle saison !

Benoît N.

 

%d blogueurs aiment cette page :