Tag Archives: Comédie

Julie Andrews : une supercalifragilisticexpialidocious actrice à la voix de cristal

12 Oct

Julia Elizabeth Wells nait le 1er octobre 1935 à Walton-on-Thames, dans le comté anglais de Surrey. Surnommée par tous Julie, elle prend le nom du second mari de sa mère Ted Andrews. Le couple, artistes tous les deux, remarque très tôt son don exceptionnel pour le chant et la pousse alors à y faire carrière. À 12 ans, elle fait ses débuts sur la scène londonienne et chante de grandes productions classiques pour les enfants. En 1954, Julie est recrutée pour une nouvelle comédie musicale à Broadway, The boy friend ; sa prestation est un succès. De 1956 à 1958, elle triomphe au théâtre dans le rôle d’Eliza Doolittle dans My Fair Lady et également à la télévision dans la  Cinderella de Rodgers et Hammerstein. La jeune anglaise se fait progressivement un nom en Amérique. On la voit à l’affiche avec Richard Burton (nouvelle fenêtre) et Robert Goulet dans Camelot.

Ensuite, elle auditionne pour reprendre son rôle d’Eliza Doolittle au cinéma cependant on lui préfère Audrey Hepburn (nouvelle fenêtre) pour des raisons de notoriété. Mais Julie prend sa revanche grâce à Walt Disney et obtient ainsi le rôle de sa vie: Mary Poppins (nouvelle fenêtre) (Robert Stevenson, 1963) pour lequel elle reçoit l’Oscar et le Golden Globe de la meilleure actrice en 1965. Puis elle tourne La Mélodie du bonheur (Robert Wise, 1964) et assoit définitivement sa notoriété recevant à nouveau le Golden Globe de la meilleure actrice.

Elle enchaine des comédies musicales aux mérites divers qui lui valent une image d’actrice un peu mièvre et tente alors de s’en défaire en abordant d’autres registres comme dans Hawai (George Roy Hill, 1965) ou dans Le rideau déchiré (nouvelle fenêtre) (Alfred Hitchcock, 1966). Dès lors sa carrière connaît un ralentissement. Et c’est avec le réalisateur et époux, Blake Edwards (nouvelle fenêtre) que l’actrice fait son retour et se métamorphose véritablement: Top Secret, Elle, S.O.B. C‘est surtout avec Victor Victoria, ajoutant alors un Golden Globes à sa collection qu’elle se défait définitivement de son image de gentille gouvernante. Cette formidable composition de drôlerie trouve un écho plus grave mais non moins intense dans That’s life où elle incarne une femme mûre atteinte d’un cancer. Par la suite ses apparitions au cinéma se raréfient au profit de la télévision dans des téléfilms ou avec sa propre série d’émission The Julie Andrews hour créée en 1972.

En 2001, on la retrouve sur grand écran dans Princesse malgré elle (Gary Marshall), puis elle prête sa voix dans la saga des Shrek, ainsi que pour Moi, moche et méchant (Chris Renaud, Pierre Coffin).

Active sur tous les fronts, Julie Andrews est l’auteur de plusieurs livres pour enfants, tous best-sellers et a créé une collection de littérature enfantine.

Retrouvez la pétillante Julie andrews, dans Victor Victoria – dernier film du cycle « Chanter pour exister » – que vous propose Cin’Eiffel ce jeudi 19 octobre à 19h30 en présence de Charlotte Garson journaliste et critique de cinéma.

Faites votre cinéma à la Médiathèque (nouvelle fenêtre) !

 

Publicités

Bonne rentrée à notre jeune public …

4 Sep

Le Blog Cin’Eiffel vous souhaite une très bonne rentrée, en particulier à notre jeune public. Puisque la rentrée scolaire est arrivée, c’est l’occasion pour réalisateurs et scénaristes de s’en inspirer, en puisant dans leurs souvenirs d’enfance ou en créant des situations de pure fiction. Beaucoup de ces films bouleversent entre rire et larme, angoisse et joie, ramènent à notre mémoire les troubles souvent enfouis de cette période délicate incontournable …

Comment ne pas se souvenir de certaines scènes passées dans les cours de récréations, sur les bancs ou à la sortie du collège ou encore dans les amphithéâtres des lycées !

Certains de ces films sont restés cultes dans leur genre …

Voici quelques tranches de vie :

La Boum (nouvelle fenêtre) (1980) de Claude Pinoteau, avec Sophie Marceau, Claude Brasseur, Brigitte Fossey et Denise Grey.

Graine de violence (nouvelle fenêtre) (1955) de Richard Brooks, avec Glenn Ford et Sidney Poitier.

La gifle (nouvelle fenêtre) (1974) de Claude Pinoteau avec Lino Ventura, Annie Girardot, Isabelle Adjani et Francis Perrin.

Le cercle des poètes disparus (1990) de Peter Weir avec Robin Williams, Ethan Hawke et Robert Sean Leonard.

LOL (nouvelle fenêtre) (2009) de Lisa Azuelos, avec Sophie Marceau, Christa Théret et Alexandre Astier.

Faites votre cinéma à La Médiathèque!

 

Le festival du film de comédie de l’Alpe d’Huez a 20 ans en 2017 !

23 Jan Festival Alpe d'Huez

Du 17 au 22 janvier 2017, le festival du film de comédie de l’Alpe d’Huez a fêté ses 20 ans. Présidé par Omar Sy (nouvelle fenêtre), le jury était également composé d’Audrey Lamy, de Patrick Timsit (nouvelle fenêtre), de Pascale Arbillot et de Franck Gastambide.

alpes-huez-omar-sy-virgin-radio

Ce festival, unique en son genre, est le seul en Europe à être entièrement consacré aux films de comédies. Le public peut y découvrir les futurs succès du box-office du cinéma français. Au fur et à mesure des années, il est devenu une véritable référence avec son florilège de films, ses invités, ses découvertes de jeunes talents du cinéma, de la télévision, de la scène ou du web.

L’année 2017 ne déroge pas à la règle avec, en perspective, de la joie, des fous rires et des moments de partages, grâce à toutes ces nouvelles comédies.

À découvrir entre amis ou en famille bientôt dans nos salles obscures …

Pour cette nouvelle saison il y avait 6 films en compétition :

 

 

  • L’ascension de Ludovic Bernard (1er film)

  • Sous le même toit de Dominique Farrugia

  • Baby phone de Olivier Casas (1er film)

  • L’embarras du choix de Eric Lavaine

  • Bienvenue au Gondwana de Mamane

  • Si j’étais un homme d’Audrey Dana

 

And the winner is …

L’ascension de Ludovic Bernard

Avec : Ahmed Sylla, Alice Belaïdi, Kevin Razy, Waly Dia …

Synopsis : « Pour toi, je pourrais gravir l’Everest ! » Samy aurait mieux fait de se taire ce jour-là … D’autant que Nadia ne croit pas beaucoup à ses belles paroles. Et pourtant, par amour pour elle, Samy quitte sa cité HLM et part gravir les mythiques 8848 mètres qui font de l’Everest le toit du monde …

Sortie en salle : mercredi 25 janvier 2017

Palmarès complet :

  • Grand Prix : L’ascension de Ludovic Bernard
  • Prix du public : L’ascension de Ludovic Bernard
  • Prix Spécial du jury : Sous le même toit de Dominique Farrugia
  • Prix d’interprétation Masculine : Gilles Lellouche dans Sous le même toit de Dominique Farrugia
  • Prix d’interprétation Féminine: Alexandra Lamy dans L’embarras du choix de Eric Lavaine
  • Prix d’interprétation dans un second rôle : Alice Belaïdi dans Si j’étais un homme de Audrey Dana
  • Prix du court-métrage : Speed/Dating de Daniel Brunet et Nicolas Douste

 

Voici quelques films découvert à l’Alpe d’Huez, des comédies qui sont devenues cultes ou des classiques du genre, à voir ou revoir …

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour aller plus loin, visitez le Site officiel du Festival de comédie de l’Alpe d’Huez (nouvelle fenêtre)

Sortie le 9 novembre 2016 : Maman a tort réalisé par Marc Fitoussi

10 Nov

Peut-on faire une comédie d’un sujet aussi grave que le harcèlement au travail ? C’est le tour de force qu’a tenté Marc Fitoussi…  Pari tenu !

Ce réalisateur s’est imposé depuis plusieurs années, avec des comédies fines, vives et légères, parfois douces-amères, réinventant avec tendresse et émotion les relations de couple (La ritournelle) ou explorant la complexité des relations mères-filles dans Copacabana.

Il reprend cette veine, dans son dernier film, qui sort en salle cette semaine : Anouk, adolescente perspicace effectue l’inévitable stage d’observation de classe de 3ème dans la société d’assurance où travaille sa mère. Elle y découvre les compromissions et les lâchetés des adultes mais aussi la violence du monde du travail. Tous les problèmes sont abordés de biais, à travers le regard subtil, tranchant et féroce de la jeune fille : la déception de l’adolescente pour sa mère, un certain désenchantement pour ce monde.

Pour appuyer encore sur le vide de cette vie de bureau et cette fausse convivialité, le réalisateur joue sur les couleurs contrastées des décors, pour faire apparaitre l’enfermement des personnages ; il exploite l’espace dans la mise en scène, déplacements, travellings et plans serrés.

Et la comédie dans tout ça?

La drôlerie et l’ironie résident dans le regard décalé que l’adolescente porte sur le monde, révélant les contradictions, le ridicule, les inconséquences des adultes.

Marc Fitoussi se déplace dans les salles pour faire la promotion de son film. A ne pas manquer donc !

La petite histoire de la Comédie musicale

17 Oct

La comédie musicale est un genre théâtral, mêlant comédie, chant et danse. Elle raconte une histoire en chanson, qui peut être jouée sur scène ou bien filmée.

Les premières comédies musicales ont vu le jour vers 1920 aux Etats-Unis, plus particulièrement à New York, sur les trottoirs de Broadway. En effet, cette célèbre avenue new-yorkaise devenue emblématique du rêve américain a accueilli les plus grandes comédies musicales de l’histoire.

construction de Broadway         broadway-1143-140

La première intitulée The Black Crook y vit le jour en 1866, plus de 400 représentations furent données à guichets fermés et rapportèrent plus d’un million de dollars. Face à ce succès, les producteurs décidèrent de développer ce nouveau genre. Deux cents pièces et comédies musicales furent jouées chaque année dans ce quartier.

Au fur et à mesure des années, les chansons des comédies musicales deviennent de véritables tubes. C’est alors que le cinéma les adapte avec succès, notamment grâce au talent de Fred Astaire et Gene Kelly.

 

WestSideStoryLogo15

Puis les genres se diversifient, la comédie dramatique arrive avec West side story (1961), des opéras rock voient le jour comme Starmania (1979), le Fantôme de l’opéra (1987). Apparaissent ensuite le style rock et disco à travers les Blues brothers (1980) et Flashdance (1983).

En France, dès les années 2000, une déferlante de spectacles arrive sur nos planches, inspirés soit d’œuvres littéraires comme Notre-Dame de Paris (1998) soit de périodes de l’histoire comme Le Roi soleil (2005). Cette tendance va connaître un important succès auprès du public français qui en redemande.

Et pour finir, n’oublions pas nos petits écrans, qui voient régulièrement défiler de nombreuses séries musicales depuis le mythique Muppet Shown (1976). On en compte un nombre assez important mais toutes ne seront pas d’une très grande qualité. On retiendra cependant les deux plus populaires à ce jour : Fame (1982/1987) et Glee (2009/2015).

Quelques grands succès de la comédie musicale française :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelques films classiques du genres :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :