Tag Archives: Documentaire

Des programmes pour profiter du confinement. Épisode 1 : les collections cinématographiques et vidéo au musée Pompidou

22 Avr

Beaucoup d’institutions et d’associations ont décidé de transmettre, pendant le confinement, des programmes culturels de qualité, gratuitement ou à prix très bas. Nous avons essayé de repérer et de vous proposer une sélection de ces programmes…

Épisode 1 : les collections cinématographiques et vidéo au musée Pompidou

“Dans cette période de confinement, où l’isolement et l’ennui peuvent peser, la culture a un rôle majeur à jouer pour nous accompagner au quotidien. Parce qu’elle nous permet de lire le monde et de mieux nous connaître nous-même, elle peut nous aider à mieux vivre l’épreuve collective que nous traversons.”

(Franck Riester, Ministre de la culture)

 

Fermé comme tous les autres musées, le Centre Pompidou nous ouvre ses exceptionnelles collections cinématographiques et exploite ses trésors en utilisant tous les formats y compris les potentialités de la vidéo.

Un peu d’histoire :

Le Centre National d’art et de culture George Pompidou (CNAC, Paris 4) fut inauguré en 1977 par Valéry Giscard D’Estaing, mais c’est Georges Pompidou (1969-1974) qui en fut à l’initiative. Il souhaitait rendre l’art contemporain accessible à un public plus large, et lui offrir un écrin d’architecture contemporaine.

À l’occasion des 30 ans de la construction du bâtiment par Richard Rogers et Renzo Piano, Richard Copans a réalisé un documentaire pour la collection Architectures, qu’il dirige.

Architectures : le centre Georges Pompidou (à regarder en VOD  sur La Médiathèque numérique- nouvelle fenêtre)Architectures : le centre Georges Pompidou (nouvelle fenêtre) raconte les différentes étapes, de la commande, à la conception puis la construction de ce qui deviendra le 3ème monument le plus visité de France mais qui a suscité à l’époque de violentes polémiques.

«C’est atroce. On dirait une usine, un paquebot, une raffinerie. Une espèce d’écorché monstrueux et multicolore, avec ses tripes à l’air» écrivait Jean d’Ormesson (nouvelle fenêtre), avant de paradoxalement en faire son éloge.

 

 

 

« Le cinéma du musée »  : un film chaque mercredi à 15h00 (nouvelle fenêtre)

Depuis le début du confinement, chaque mercredi à 15h, une œuvre cinématographique issue des collections du cinéma du musée est programmée :

15 avril -21 avril :  Au Printemps (1929) de Mikhail Kaufman

22 avril – 28 avril : Deux fois (1969) de Jackie Raynal

29 avril – 5 mai : L’Eau de la Seine (1982-1983) de Teo Hernandez

Des autoportraits filmés de cinéastes  (nouvelle fenêtre)

« Où en êtes-vous ? À cette question à la fois rétrospective, introspective, et tournée vers l’avenir, un cinéaste répond, exprimant ses désirs, et ses projets dans ces films de forme libre. Voici par exemple la réponse de Jafar Panahi, réalisateur de Taxi Teheran (nouvelle fenêtre)Ceci n’est pas un film ou encore Trois visages (nouvelle fenêtre).

Des mini-films d’animation réalisés pour le musée : Voulez-vous un dessin ? (nouvelle fenêtre) 


Durant ces 2 minutes pour tout savoir, un grand courant artistique du XXème siècle est présenté à travers un graphisme de Jochen Gerner, animé par Pascal Loddo et commenté par Louise Bourgoin. (Exemple : La naissance de l’art abstrait, L’art conceptuel).

 

Une web-série pour les enfants : Mon œil (nouvelle fenêtre) 

Dans chacun de ces 176 épisodes produits à ce jour, les enfants (et les adultes) peuvent découvrir diverses œuvres : dessins ou photos animés, films, réalisés par des artistes (à partir de 5 ans).

Et bien sûr, les master pieces des collections (nouvelle fenêtre)

 

Miro, Mondrian, Chagall, Delaunay, Kahlo et Kandinsky…parcourez les salles du musée comme si vous y étiez.

Enfin des visites virtuelles des grandes expositions

23 parcours d’exposition (nouvelle fenêtre) parmi celles proposées ces dernières années au musée : Bacon, Boltanski, Dora Maar, Vasarely, Hockney, Tadao Ando ou le cubisme…

BONUS : sur le blog Liseur, découvrez d’autres pistes de programmes culturels de qualité dans l’article Au théâtre chez nous 1 (nouvelle fenêtre)

À suivre aussi dans : Des programmes pour profiter du confinement. Épisode 2 : cinémathèques et studios.

Commémoration de l’Armistice de 1918 : « Là où poussent les coquelicots »

3 Nov

Dans le cadre des Rencontres de Cin’Eiffel (« le cinéma par ceux qui le font ») et à l’occasion de la Commémoration de l’Armistice de 1918, La Médiathèque vous propose la projection du film documentaire « Là où poussent les coquelicots : fragments d’une Guerre dessinée » le jeudi 8 novembre à 19h30, en présence du producteur Laurent Segal.

 

©Kanari films

 

Synopsis : D’où viennent les images de la Première Guerre mondiale qui hantent notre imaginaire ? Voir la Grande Guerre, ne plus se contenter de la raconter, mais la montrer et l’incarner : voilà ce que propose aujourd’hui la bande dessinée.
En interrogeant l’archive et l’histoire, les auteurs présents dans ce film dialoguent avec la profondeur du temps. Ils ressuscitent la Première Guerre mondiale dans notre imaginaire : leurs dessins sont plus que des traits.
Ces artistes majeurs ont fait de la Grande Guerre le sujet principal de leur récit graphique. En leur compagnie, nous chercherons à esquisser la mémoire fragmentée d’une chronique dessinée de 14-18.

 

 

Un film réalisé avec la participation de Jacques Tardi, Henrik Rehr, Kris & Maël, David Vandermeulen, Joe Sacco, Charlie Adlard, Robbie Morrison et Delphine Priet-Mahéo.

 

Rendez-vous dans l’auditorium de la médiathèque Gustave-Eiffel, jeudi 8 novembre à 19h30. Faites votre cinéma à La Médiathèque !

Guy Ribes a l’art du faux

21 Mar

À l’ère du copier-coller, l’art non plus n’y coupe pas. Depuis l’Antiquité romaine, la production de faux a toujours accompagné celle d’œuvres d’art. Et certains ont excellé dans celui de reproduire les grands Maîtres.

Cin’Eiffel+ s’intéresse au sujet en présentant dimanche 25 mars 2018 le film de Jean-Luc Léon, Un vrai faussaire (nouvelle fenêtre) (2016). Le réalisateur avait déjà fait un documentaire sur ce thème (Le marchand, l’artiste et le Collectionneur, 1996) mais sans réussir à filmer un faussaire, car très rares sont ceux qui acceptent de se montrer à visage découvert. Or dans le film, que nous allons vous présenter, on découvre le fascinant portrait de Guy Ribes (nouvelle fenêtre) l’un des plus grands faussaires français. Il inonda le marché de l’art, durant plusieurs décennies, en réalisant entre 1000 et 5000 faux, avant d’être condamné par la justice en 2010. Ce personnage romanesque raconte avec sa gouaille les combines du « métier » et ce qu’il pense du marché de l’art. Ses Picasso, Chagall, Renoir et autres Matisse ne sont pas de simples copies mais des tableaux fait « à la manière de », Ribes sait tout (contre)faire. Il a beaucoup travaillé pour retrouver leur technique, leur « âme » et prolonger l’œuvre des Maîtres.

Guy Ribes déclare : « J’ai tout appris en imitant les plus grands. Je les aimais, je voulais me comparer à eux, par orgueil puis par jeu. J’ai bien essayé d’adapter mon œuvre à celle de Picasso, mais c’était impossible. Les gens préféraient mes toiles inspirées des grands maîtres. C’était plus facile de réaliser des imitations que de peindre pour des gens qui se détournaient de mes œuvres. »

Alors on peut se demander qu’est-ce qu’une œuvre d’art ? Qu’est-ce qu’un vrai ? Qu’est-ce qu’un faux ? Pour en apprendre davantage, Cin’Eiffel+ est heureux de recevoir Jacqueline Lichtenstein (nouvelle fenêtre), philosophe et historienne de l’art, dimanche 25 mars à 15h00 à La Médiathèque de Levallois à l’occasion de la projection du film Un vrai faussaire.

Faites votre cinéma à La Médiathèque !

« Une idée folle » mais pas utopique !

19 Sep

Dimanche 24 septembre 2017 à 15h, ne manquez pas notre première séance Cin’Eiffel+ de la saison à la médiathèque Gustave-Eiffel. Une séance exceptionnelle avec la projection citoyenne du film Une idée folle, de Judith Grumbach. Puis vous pourrez échanger autour des questions concernant l’éducation, le rôle de l’école et  la citoyenneté traitées dans le film avec la réalisatrice Judith Grumbach qui nous fera l’honneur de sa présence !

Synopsis : Tourné dans neuf établissements scolaires – publics et privés, de la maternelle au collège, aux quatre coins de la France – Une Idée Folle pose la question du rôle de l’école au XXIème siècle, à travers le témoignage d’enseignants, d’enfants, de parents ainsi que d’experts de l’éducation. À quels défis les citoyens de demain vont-ils devoir faire face et comment les y préparer ? En cultivant l’empathie, la créativité, la coopération, la prise d’initiative ou encore la confiance en soi et l’esprit critique chez les élèves, en parallèle des savoirs fondamentaux, les enseignants de ces écoles font un rêve fou : celui de former une future génération de citoyens épanouis et responsables qui auront à cœur de transformer positivement la société qui les entoure.

  • Le projet

À l’initiative de ce projet, Ashoka, une organisation à but non lucratif, internationale, apartisane et aconfessionnelle qui depuis 35 ans accélère l’innovation sociale en soutenant les solutions entrepreneuriales les plus impactantes dans tous les domaines de la société. En 2015, elle contacte Judith Grumbach pour réaliser une série de courtes vidéos sur les neufs établissements scolaires qu’elle soutient. C’est finalement sous la forme d’un documentaire de 80 minutes, enrichies d’entretiens d’experts que la réalisatrice signe son premier film.

  • Un film nécessaire

Le système éducatif français semble être à bout de souffle. On constate d’un côté des professeurs « largués », de l’autre des élèves démotivés. Alors existe-t-il une recette miracle pour améliorer la situation ? Judith Grumbach part à la rencontre d’enseignants utilisant la liberté pédagogique qui est la leur et d’élèves, qui en plus des principaux savoirs apprennent l’écoute, l’empathie, la prise d’initiative, la coopération, la confiance en soi… Une idée folle ne dit pas comment les enseignants doivent travailler mais revalorise leur métier et donne de l’espoir. De plus, le film va bien au-delà de la simple question du rôle de l’école au XXIème siècle, il questionne sur ce que cela veut dire, être citoyen à notre époque.

Pour plus d’informations sur le film, rendez-vous sur le site officiel et surtout venez le découvrir le 24 septembre à 15h à la médiathèque Gustave-Eiffel !

Faites votre cinéma à La Médiathèque !

 

Les Optimistes, un autre regard sur les seniors

4 Mar

Dimanche 12 mars 2017 à 15h, ne manquez pas votre séance Cin’Eiffel+  à la médiathèque Gustave-Eiffel ! La projection du film documentaire suédo-norvégien Les Optimistes, de Gunhild Westhagen Magnor, nous permettra d’échanger autour de la question du vieillissement.

Les Optimistes

 

 

 

 

 

 

 

Synopsis: « Les Optimistes » est le nom d’une équipe de volley norvégienne hors du commun : les joueuses ont entre 66 et 98 ans ! Bien que ces mamies sportives n’aient pas joué un seul vrai match en 30 ans d’entraînement, elles décident de relever un grand défi : se rendre en Suède pour affronter leurs homologues masculins. Mais avant cela, il faut broder les survêtements, trouver un sponsor, convaincre l’entraîneur national de les coacher, mémoriser les règles qu’elles ont oubliées, se lever au petit matin pour aller courir… Croyez-les : être sénior est une chance, et ces « Optimistes » la saisissent en plein vol !

 

 

Les Optimistes est un film documentaire au sujet assez minimaliste mais qui fait tout de même preuve d’originalité. La réalisatrice a eu l’idée de ce projet lorsqu’elle a approché la trentaine ; la perspective de vieillir a en effet commencé à la préoccuper. En même temps sa propre mère de 72 ans lui a annoncé qu’elle se lançait dans la pratique du volley-ball, et c’est ainsi que la réalisation du documentaire a démarré. À travers différents portraits de femmes, Gunhild Westhagen Magnor nous offre une image différente de la vieillesse, plus énergique et plus positive que d’ordinaire.

Maël Garros, responsable Inter-Région Ile-De-France de l’Association Siel Bleu (ouvrir dans une nouvelle fenêtre), animera la discussion à l’issue de la projection. L’association S.I.E.L Bleu (Sport, Initiative Et Loisirs) est un acteur de prévention-santé qui utilise notamment l’activité physique adaptée comme moyen d’action ; l’association s’est fixée comme objectif de participer à l’amélioration de la qualité de vie et au maintien de l’autonomie.

Rendez-vous dimanche 12 mars 2017 à 15h, dans l’auditorium de la médiathèque Gustave-Eiffel.
Faites votre cinéma à La Médiathèque !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

%d blogueurs aiment cette page :