Tag Archives: Documentaire

« Demain » le film, à La Médiathèque !

4 Oct Demain le film

Dimanche 16 octobre 2016 à 15h, ne manquez pas notre première séance Cin’Eiffel+ de la saison à la médiathèque Gustave-Eiffel. Une séance exceptionnelle avec la projection du film Demain, de Cyril Dion et Mélanie Laurent, qui a reçu le César 2016 du meilleur film documentaire. Puis vous pourrez échanger autour des questions écologiques, économiques et sociales traitées dans le film avec le réalisateur Cyril Dion qui nous fera l’honneur de sa présence !

Affiche Demain

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Synopsis : Et si montrer des solutions, raconter une histoire qui fait du bien, était la meilleure façon de résoudre les crises écologiques, économiques et sociales, que traversent nos pays ? Suite à la publication d’une étude qui annonce la possible disparition d’une partie de l’humanité d’ici 2100, Cyril Dion et Mélanie Laurent sont partis avec une équipe de quatre personnes enquêter dans dix pays pour comprendre ce qui pourrait provoquer cette catastrophe et surtout comment l’éviter. Durant leur voyage, ils ont rencontré les pionniers qui réinventent l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation. En mettant bout à bout ces initiatives positives et concrètes qui fonctionnent déjà, ils commencent à voir émerger ce que pourrait être le monde de demain…

 

 

  • Le projet

Cyril Dion et Mélanie Laurent ©Mars Distribution

À l’initiative de ce projet, Cyril Dion, cofondateur avec Pierre Rhabi du mouvement écologiste Colibris, qui depuis 2010 ressentait la nécessité de montrer à l’écran des solutions envisageables pour contrer les catastrophes naturelles.
Puis Mélanie Laurent (que l’on ne présente plus), sensibilisée par cette démarche et jugeant nécessaire la réalisation de ce film, a décidé à son tour de s’y investir totalement.

L’équipe du film a choisi une formule de financement participatif via une plateforme de crowdfunding sans s’imaginer qu’ils atteindraient leur objectif minimum de 200 000€ en seulement deux jours. Le film a donc pu voir le jour grâce aussi aux quelques 10 000 financeurs ! Ainsi, les cinéastes ont pu parcourir dix pays dont les États-Unis, la Suède, l’Islande, pour mener à bien leur projet.

 

  • Un film nécessaire

Le film va bien au-delà du simple documentaire écologique : malgré un constat alarmant sur la société actuelle, il porte un regard optimiste sur ce que pourrait être l’avenir si les citoyens agissaient ensemble sur de petites initiatives faciles à mettre en place. Le but recherché (et plutôt réussi), c’est que chaque spectateur puisse s’identifier aux personnes interviewées, que leurs propos fassent échos en chacun, et qu’avec un peu de volonté et à notre échelle nous ressentions nous aussi le besoin d’agir.

Afin de toucher le maximum de personnes, petits et grands, la narration est à la fois ludique et pédagogique. Le film se découpe en chapitres, à l’image d’un livre, comme si les deux réalisateurs nous contaient une histoire. On les suit pas à pas dans leur périple : et les initiatives proposées paraissent si abordables ! Il n’est évidemment pas prétendu que le monde va être sauvé grâce à quelques actions, mais si nous, les citoyens, pouvions adhérer, nous sentir concernés par ces propos, et contribuer même discrètement à l’apparition d’une nouvelle mentalité, alors ce serait déjà un grand pas.

 

Pour plus d’informations sur le film, rendez-vous sur le site officiel et surtout venez le (re)découvrir le 16 octobre à 15h à la médiathèque Gustave-Eiffel !

Faites votre cinéma à La Médiathèque !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le Sel de la Terre, un film de Wim Wenders

26 Sep le-sel-de-la-terre

Le réalisateur allemand Wim Wenders s’est déjà essayé avec succès au documentaire biographique notamment avec Pina en 2011. Egalement photographe, il n’est pas étonnant qu’il se soit livré au portrait de Sebastião Salgado.

Il y a des années, Wim Wenders tombe en arrêt devant une photographie de Sebastião Salgado dans une galerie. Il ne connaît pas l’artiste et déclare : « Je ne savais pas qui l’avait prise. Je me suis dit que ce devait être à la fois un grand photographe et un aventurier. ». Il achète alors deux tirages : le premier représente un chercheur d’or, figure christique au milieu de la fourmilière humaine de la mine de Serra Pelada au Brésil, pays natif du photographe, et le second est le portrait saisissant d’une femme touareg aveugle.

En octobre 2014 paraît Le Sel de la Terre,  un film de Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado, fils aîné du photographe. Un film panégyrique qui rend compte de l’affection et de l’admiration que les deux réalisateurs vouent à l’homme aussi bien qu’à l’œuvre. On découvre ainsi, sans nul ennui malgré 1h50 de documentaire, une quantité impressionnante de clichés qui ont fait la réputation de Sebastião.

En effet, Salgado a parcouru le monde, entreprenant des projets photographiques pharaoniques, révélant de grandes tragédies humaines : la famine au Sahel, les exodes de population en ex-Yougoslavie, le génocide au Rwanda. On sent à travers ses photos en noir et blanc l’amour, la compassion que Sebastião Salgado porte à ses contemporains et pourtant lorsqu’il rentre du Rwanda, le dégoût a pris le pas sur l’empathie et Salgado a perdu foi en l’humanité. La désillusion le rend malade et le prive de toute envie de faire de la photographie à nouveau.

Sebastião rentre alors au Brésil avec sa femme Lélia qui lui propose un projet fou : reboiser les 750 hectares du domaine familial et ressusciter l’écosystème de la Mata Atlântica, la forêt primaire.  Cette vaste entreprise redonne espoir à Sebastião Salgado et lui donne l’envie d’un nouveau projet photographique : Genesis.  Huit années de travail seront nécessaires au couple Salgado pour faire aboutir ce projet, véritable hommage à la nature et à la beauté de la Terre, vierge de l’emprise de la société moderne.

On ne peut rester indifférent à la vue de ce film qui a non seulement le mérite de nous faire découvrir l’ampleur du travail artistique et humaniste de Sebastião Salgado mais aussi celui d’éveiller son public à l’engagement humanitaire et à la protection de la planète.

Ce film est disponible en DVD et VOD sur le site de La Médiathèque de Levallois.

En passant

Citizenfour de Laura Poitras

26 Mai citizenfour

Rendez-vous le dimanche 29 mai 2016 à 15 h dans l’auditorium de la médiathèque Gustave-Eiffel pour l’avant-dernière séance Cin’Eiffel + de l’année, une programmation qui s’adresse à toute la famille en poursuivant son décryptage des questions de société par les films.

Synopsis : En 2013, Edward Snowden déclenche l’un des plus grands séismes politiques aux Etats-Unis en révélant des documents secret-défense de la NSA. Sous le nom le code « CITIZENFOUR », il contacte la documentariste américaine Laura Poitras. Elle part le rejoindre à Hong Kong et réalise en temps réel Citizenfour, un document historique unique et un portrait intime d’Edward Snowden.

 

 

Edward Snowden

Laura Poitras, accompagnée de deux journalistes, rencontrent en juin 2013 Edward Snowden, jeune trentenaire dont le nom et le visage sont encore méconnus. Dans une chambre d’hôtel à Hong Kong, et ce pendant huit jours, ils vont mettre en place un processus qui vise à dévoiler dans les meilleures conditions ce que le jeune homme a découvert : l’agence NSA espionne les citoyens du monde entier.
Le tout est de savoir quelles informations révéler sans mettre en danger la sécurité du monde ; il s’agit également de protéger Snowden ainsi que sa compagne qui, elle, ignore tout de ce projet.

Cécile Coudriou, ancienne vice-présidente d’Amnesty International France et porte-parole sur les questions de défenses des libertés à l’ère du numérique, animera la discussion autour du thème « Sous surveillance : entre libertés individuelles et raisons d’état. »

Faites votre cinéma à La Médiathèque !

« Des Abeilles et des Hommes » : constat d’une disparition inquiétante

11 Déc des-abeilles-et-des-hommes-markus-imhoof

Sélectionné pour représenter la Suisse aux Oscars du cinéma 2014 dans la catégorie meilleur film en langue étrangère, Des Abeilles et des hommes est un film documentaire de 2013 de Markus Imhoof qui tente de sensibiliser le spectateur sur une éventuelle disparition des abeilles et sur les conséquences qu’elle engendrerait. Un film d’actualité au moment où se clôt la COP21 à Paris.

 

Ce documentaire n’est pas simplement un film sur les abeilles, mais surtout une véritable investigation sur leur brutale disparition ; en effet, depuis une quinzaine d’années, plus de 50% de ces insectes ont disparu de la surface de la Terre : un phénomène catastrophique ! Markus Imhoof a donc sillonné le monde pour tenter de trouver les causes et les responsables de ce désastre écologique.

De l’Europe à l’Amérique, plusieurs acteurs de la filière apicole prennent la parole et donnent leurs points de vue. Par ailleurs, la caméra intrusive qui accède au cœur des ruches permet de mieux comprendre les perturbations subies par ces insectes pollinisateurs. Mais bien au-delà de ces dérèglements qui touchent l’abeille, c’est toute une idéologie sur la relation entre l’homme et la nature qui émane de ce film.

 

Le-testament-des-abeilles-Natacha-Calestrémé

Le testament des abeilles – Natacha Calestrémé – 2011

Natacha Calestrémé, est membre de la Société des explorateurs français et membre des JNE (Journalistes écrivains pour la nature et l’écologie). Elle a réalisé sa propre collection de documentaires, intitulée « Héros de la nature » pour France 3 et France 5 : une série de portraits d’hommes et de femmes qui agissent pour la protection de la biodiversité à travers le monde. Elle est également l’auteur de Le testament des abeilles (2011), thriller aux éditions Albin Michel, et Les héros de la nature (2005), documentaire aux Éditions Robert Laffont. Elle animera la discussion autour du thème : « Les hommes : menace pour la biodiversité, menace pour l’humanité ? »

Rendez-vous dimanche 13 décembre à 15h dans l’auditorium de la médiathèque Gustave-Eiffel.

Faites votre cinéma à La Médiathèque !

The Netflix Fest

28 Sep Netflix

Netflix est une entreprise américaine, implantée en France depuis septembre 2014, qui propose de la vidéo à la demande sur abonnement. Cela permet de regarder des films, des documentaires, des séries TV en flux continu sur Internet. En juin 2015, le groupe revendique plus de 65 millions d’utilisateurs.

Du 15 au 19 octobre 2015, Netflix lance à Paris un festival gratuit de streaming dédié aux fans de séries, films ou docus : le Netflix Fest. Pendant 5 jours, les participants pourront profiter de programmes diversifiés (pas moins de 15 genres différents sont attendus : de la série policière à la comédie romantique en passant par les films d’animation) dans des lieux insolites de Paris.

Beasts of no nation

Le festival se clôturera par la projection de Beasts of No Nation, le premier film original Netflix réalisé par Cary Fukunaga (True Detective) avec Idris Elba (Luther, The Wire).

Inscription indispensable sur le site de NetflixFest dès le 29 septembre 2015.

Nota Bene: Aujourd’hui, mardi 29 septembre, toutes les séances réservables se sont écoulées en quelques minutes. Mettez votre réveil le 6 octobre pour rafler les dernières places!

En bonus : Avec quel personnage de série devrais-tu te mettre en coloc ? Un quiz créé par Netflix et My Little Séries.

%d blogueurs aiment cette page :