Tag Archives: Histoire

Cristian Mungiu : figure de proue du « Jeune cinéma roumain »

15 Mai

Cristian Mungiu fait l’actualité : au Festival de Cannes 2018 (nouvelle fenêtre), le réalisateur sera le parrain de la Fabrique Cinéma (nouvelle fenêtre) et à Cin’Eiffel son film 4 mois, 3 semaines, 2 jours lancera le dernier cycle de l’année « Être femme, devenir mère ».

Membre éminent de la nouvelle vague roumaine, il réalise avec ce film un thriller social, situé quelques années avant la chute du communisme de l’ère Ceausescu. Mungiu (nouvelle fenêtre) montre les conditions de vie difficiles de ce pays : une société liberticide rongée par la corruption, le marché noir et l’omniprésence policière. Les plans séquences s’enchainent, créant une sensation proche du documentaire et insuffle à la narration un grand sentiment de réalisme. Le sujet délicat et la manière de traiter le thème ont provoqué plusieurs polémiques.

 

L’histoire

Une histoire d’amitié, de responsabilité et de liberté. Roumanie 1987, deux étudiantes,  Gabita et Ottila, l’amie fidèle, partagent une chambre en cité universitaire. Gabita est enceinte et tente de se faire avorter avec l’aide de sa colocataire et de Monsieur Bébé, un homme mystérieux qui opère secrètement dans un hôtel.

Cin’Eiffel présente jeudi 17 mai à 19h30, 4 mois, 3 semaines, 2 jours, Palme d’Or à Cannes  2007. La projection sera suivie d’une discussion animée par Mathieu Rasoli, universitaire spécialiste de cinéma contemporain.

Faites votre cinéma à la Médiathèque ! (nouvelle fenêtre)

 

Publicités

Joyeux Noël, Félix …

21 Déc

Le froid est bien là, il commence à neiger et le temps des achats de Noël est arrivé. En ce mois de décembre, le temps est propice à s’installer bien au chaud à la maison, confortablement dans son salon devant la télévision pour regarder un bon film de Noël !

Mais quel film choisir ?

Cette période de l’année a toujours inspiré de nombreux réalisateurs et scénaristes, autant de situations et d’histoires, qui ont engendré de beaux scénarios sur Noël ou avec Noël « en toile de fond ».

Tant d’histoires autour de retrouvailles, à table pour le réveillon et de cadeaux à ouvrir! Entre règlement de comptes et confidences, entre rire et larmes, le temps des fêtes de fin d’année nous réserve son lot de surprises …

Des films de Noël, il y a en de tous les genres et pour tous les goûts : des comédies françaises comme La buche (nouvelle fenêtre), le père Noël est une ordure (nouvelle fenêtre), des comédies américaines telles que Family man, Un fauteuil pour deux (nouvelle fenêtre), Maman j’ai raté l’avion (nouvelle fenêtre), des films d’animation avec le formidable film de Tim Burton, L’étrange Noël de Mr Jack (nouvelle fenêtre) ou le pôle express (nouvelle fenêtre). 

En fait, pour évoquer Noël, aucun genre n’est interdit : on trouve de bons films d’action comme Piège de Cristal de John McTiernan ou des films historiques comme Joyeux Noël (nouvelle fenêtre) de Christian Carion, grand film sur la vie dans les tranchées, réalisé en 2005. Il existe même des films d’horreur sur Noël, Christmas devil et Black Christmas.

Voici une sélection de film à voir ou à revoir pendant cette période fête, en famille, entre amis ou en solo …

 

Zoom spécial sur la dernière comédie française de Noël…

Santa & Cie, film de et avec Alain Chabat qui, avec ce huitième long métrage, veut sauver Noël ! Servi par un excellent casting : Audrey Tautou, Bruno Sanches, Pio Marmai… Santa & Cie (sorti le 6 décembre 2017) fait déjà partie des films de Noël à ne pas rater !

L’histoire : trois jours avant Noël, les 92.000 lutins chargés de fabriquer les cadeaux des enfants tombent tous malades en même temps !! Le père Noël (Alain Chabat) n’a pas le choix  : il doit se rendre d’urgence sur terre avec ses rennes pour chercher un remède …

Toute l’équipe de Cin’Eiffel vous souhaite un joyeux Noël et de très bonnes fêtes de fin d’année 🙂

Ces cinéastes devenus célèbres avec UN seul film (2/2)

26 Sep

Certains réalisateurs sont prolifiques, voyez Woody Allen qui réalise avec la régularité d’un métronome un film tous les ans, 48 longs-métrages depuis 1965 ! D’autres le sont moins… Enfin, certains sont devenus célèbres avec UN seul film. Célèbres, soit à titre posthume, soit de leur vivant mais en refusant de rentrer dans la norme. Toujours est-il que ces réalisateurs ne laissent pas indifférents. En voici quelques exemples avec des films dits « cultes ». Après Les nuits fauves de Cyril Collard, voici :

image extraite du film

Johnny s’en va-t-en guerre de Dalton Trumbo (1971)

Durant les premiers jours de la Première Mondiale, un jeune engagé volontaire Joe Bonham est gravement blessé par un obus. Il n’a plus de bras, plus de jambe, est aveugle et sourd-muet. Dans la chambre d’un hôpital, il est maintenu en vie par les médecins sous prétexte qu’il n’a pas perdu l’usage de son cerveau. Prisonnier de son propre corps, Joe essaie de comprendre ce qu’il lui est arrivé. Il parvient à entrer en contact avec une infirmière grâce au langage morse… (source Wikipédia)

Johnny s’en va-t-en guerre est un film américain réalisé par Dalton Trumbo en 1971 d’après son roman publié en 1939. Dalton Trumbo (1905-1976) commence par une carrière de scénariste, de Spartacus avec Kirk Douglas et est surtout connu pour avoir fait partie des « 10 d’Hollywood » (nouvelle fenêtre).
En effet, à la fin de la seconde guerre mondiale, un grand nombre de politiciens s’affolent du fait que le communisme atteint l’industrie du cinéma. Réalisateurs, scénaristes, producteurs, sont convoqués. C’est le début de la « Chasse aux sorcières » menée par Joseph McCarthy (nouvelle fenêtre).

Pour Arte, voici les 5 bonnes raisons de voir ou de revoir Johnny s’en va-t-en guerre :

Vous trouverez également à La Médiathèque (nouvelle fenêtre) le livre, et le DVD.

« Spartacus » a 100 ans !

9 Déc

Kirk Douglas, est né le 9 décembre 1916 à New-York de son vrai nom, Issur Danielovitch Demsky. Il est l’un des derniers acteurs classiques d’Hollywood, réalisateur, producteur de cinéma et écrivain. Il fête aujourd’hui ses 100 ans !

Kirk Douglas à été très populaire dans les années 1950 et 1960. Beaucoup de ses films sont devenus des classiques. Il a tourné avec de nombreux grands réalisateurs : Brian de Palma, Stanley Kubrick, Elia Kazan, John Huston … Ses films ont toujours été très variés : comédie ( Au fil de l’épée, Trois filles à marier) western (Règlement de comptes à O.K corral, La captive aux yeux clairs), aventure (Les Vikings, Vingt mille lieux sous les mers), film de guerre (Les sentiers de la gloire, Sept jours en mai), péplum (Spartacus, Ulysse), drame (La vie passionnée de Vincent Van Gogh).

Joyeux anniversaire Monsieur Kirk Douglas !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Autres titres disponibles à La Médiathèque : L’arrangement, Le dernier sur la liste, La griffe du passé, Les ensorcelés et Quinze jours ailleurs.

Les salles de cinéma mythiques dans le monde

17 Sep

Avez-vous déjà eu l’occasion d’aller au cinéma à l’étranger ? Rien de plus exaltant que de voir un film Bollywood dans la plus ancienne salle d’Inde, le Raj Mandir à Jaipur, de découvrir des films rares, restaurés, proposés par la Cinémathèque de Bologne en Italie ou dans de nombreux lieux du centre historique. Ou encore d’assister à une projection au Paragon Cineplex installé au dernier étage d’un des plus luxueux shopping center de Bangkok en Thaïlande.

Raj MandirLe Raj Mandir

Si vous passez à Jaipur, vous ne pouvez passer à côté du Raj Mandir. Le plus grand cinéma du Rajasthan, inauguré en 1976, est un chef d’œuvre Art Déco. Il faut arriver très tôt, car une longue file d’attente risque d’en décourager plus d’un. Du touriste guide à la main aux familles indiennes, tout le monde veut y aller. Bien plus qu’un cinéma, c’est un monument à lui tout seul, aux aspects de gâteau à la crème. A l’intérieur, un gigantesque hall extravagant avec ses moulures, ses décors en stucs, coquillages, méduses bleues, ses lustres en cristal. Kitsch à souhait ! La salle compte 1885 fauteuils répartis en trois catégories : rubis et émeraude au parterre, diamant au balcon. Côté ambiance dans la salle, les indiens s’expriment ! Ils chantent, dansent, mangent, s’interpellent à grands cris, rient ou sifflent. Les films durent en moyenne… quatre heures ! Côté écran, film bollywood oblige, c’est une explosion de couleurs, de sentiments exacerbés.
Alors oui, aller au cinéma en Inde est une expérience unique.

piazza maggiore bologne La Cinémathèque de Bologne et son festival Il Cinema Ritrovato

La Cinémathèque de Bologne, fondée en 1962 organise  tous les ans au mois de juillet un festival, Il Cinema Ritrovatoqui  propose des films rares ou peu connus. Peu projetés ou redécouverts, ces œuvres du passé peuvent être vues dans les conditions d’hier, en plein air, dans des lieux historiques, et non dans une salle de cinéma, avec parfois un orchestre qui accompagne la projection. De passage à Bologne, j’ai eu l’occasion d’assister à la projection de films sur la superbe Piazza Maggiore. La thématique cette année là était la censure et, parmi les nombreux films présentés, j’ai pu voir Le Mari de la femme à barbe (La donna scimmia) de Marco Ferreri (1964), avec Annie Girardot à la fin de la projection.

Mais aussi Salò de Pier Paolo Pasolini (1976), dont je vous épargnerai la bande-annonce, et encore Le Destin de Youssef Chahine (1997).

En parallèle, si vous ne pouvez pas tout voir (plus de 400 films, gare à l’indigestion !), vous pouvez découvrir des pépites à la foire aux livres.
Incontournable rendez-vous pour tous les amoureux du cinéma.

siam-pavalai-royal-grand-theatre Le Paragon Cineplex à Bangkok

La majorité des cinémas en Thaïlande sont des grands complexes qui diffusent surtout de grosses productions. Situé en plein cœur de Bangkok au 5ème étage d’un énorme centre commercial (le Siam Parangon), on trouve le Paragon Cineplex. On choisit son film sur un écran tactile géant ainsi que sa salle (il en existe une quinzaine). Siège inclinable, avec distribution de pop-corn, massage des pieds de 15 minutes, banquettes pour amoureux, tout est possible au Paragon, à condition d’y mettre le prix (une vingtaine d’euros). Alors oui, on n’y va pas forcément pour la programmation, mais pour l’ambiance, le côté « comme à la maison » avec des prestations digne d’un hôtel 4 ou 5*.

Et aussi, il existe des salles de cinémas hors du commun un peu partout dans le monde :

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

%d blogueurs aiment cette page :