Tag Archives: Philosophie

Une love story : Sur la route de Madison

28 Juin

Aujourd’hui, jeudi 28 juin 2018, Cin’Eiffel présente Sur la route de Madison un film surprenant dans l’oeuvre de Clint Eastwood. Il serait le film le plus romantique de tous les temps… Venez-vous faire un avis en assistant à la dernière séance de Cin’Eiffel de la saison en présence de Avishag Zafrani, philosphe, qui apportera un éclairage sur le film.

Faites votre cinéma à la Médiathèque ! ( Nouvelle fenêtre)

Cliquez sur les points jaunes de l’image pour en découvrir davantage.

Publicités

Guy Ribes a l’art du faux

21 Mar

À l’ère du copier-coller, l’art non plus n’y coupe pas. Depuis l’Antiquité romaine, la production de faux a toujours accompagné celle d’œuvres d’art. Et certains ont excellé dans celui de reproduire les grands Maîtres.

Cin’Eiffel+ s’intéresse au sujet en présentant dimanche 25 mars 2018 le film de Jean-Luc Léon, Un vrai faussaire (nouvelle fenêtre) (2016). Le réalisateur avait déjà fait un documentaire sur ce thème (Le marchand, l’artiste et le Collectionneur, 1996) mais sans réussir à filmer un faussaire, car très rares sont ceux qui acceptent de se montrer à visage découvert. Or dans le film, que nous allons vous présenter, on découvre le fascinant portrait de Guy Ribes (nouvelle fenêtre) l’un des plus grands faussaires français. Il inonda le marché de l’art, durant plusieurs décennies, en réalisant entre 1000 et 5000 faux, avant d’être condamné par la justice en 2010. Ce personnage romanesque raconte avec sa gouaille les combines du « métier » et ce qu’il pense du marché de l’art. Ses Picasso, Chagall, Renoir et autres Matisse ne sont pas de simples copies mais des tableaux fait « à la manière de », Ribes sait tout (contre)faire. Il a beaucoup travaillé pour retrouver leur technique, leur « âme » et prolonger l’œuvre des Maîtres.

Guy Ribes déclare : « J’ai tout appris en imitant les plus grands. Je les aimais, je voulais me comparer à eux, par orgueil puis par jeu. J’ai bien essayé d’adapter mon œuvre à celle de Picasso, mais c’était impossible. Les gens préféraient mes toiles inspirées des grands maîtres. C’était plus facile de réaliser des imitations que de peindre pour des gens qui se détournaient de mes œuvres. »

Alors on peut se demander qu’est-ce qu’une œuvre d’art ? Qu’est-ce qu’un vrai ? Qu’est-ce qu’un faux ? Pour en apprendre davantage, Cin’Eiffel+ est heureux de recevoir Jacqueline Lichtenstein (nouvelle fenêtre), philosophe et historienne de l’art, dimanche 25 mars à 15h00 à La Médiathèque de Levallois à l’occasion de la projection du film Un vrai faussaire.

Faites votre cinéma à La Médiathèque !

Woody Allen, un américain à Paris

1 Fév

Il y a des personnalités qui reviennent chaque année avec leur livre, leur album ou encore leur nouveau film. Woody Allen en fait partie. Alors en ce début d’année 2017, nous ne connaissons pas encore la date de sortie de son nouveau film, Untitled Woody Allen’s 2017 movie (nouvelle fenêtre), mais nous savons déjà que ce drame social se situe à New York dans les années 50. En attendant de pouvoir découvrir son 49ème long métrage, Cin’Eiffel vous propose de revoir Manhattan, ode à sa ville fétiche.manhattanwoodyallengordonwillis08

Sur Woody tout a déjà été dit !

Allan Stewart Konigsberg dit Woody Allen est né le 1er décembre 1935 à New York. Il réalise, écrit des scénarii, fait l’acteur, est l’auteur de plusieurs pièces de théâtre, de nouvelles et joue même de la clarinette. Ce petit bonhomme à lunettes et à gros nez, maladroit et timide, a su au fil de sa carrière développer un style très personnel, empreint de mélancolie, d’humour et d’une forte dose d’autodérision. Le public français, tout particulièrement, l’adore. Sa filmographie (nouvelle fenêtre) est longue et ses récompenses nombreuses.

Un cinéaste obnubilé par New-York

En 1979, Woody Allen tourne Manhattan (César du cinéma, meilleur film étranger et meilleur scénario et meilleur Film au BAFTA) film dans lequel il magnifie New York et joue avec sa première muse, la pétillante Diane Keaton (nouvelle fenêtre). Cette admirable symphonie en noir et blanc signée par Gordon Willis n’était pourtant pas, selon Woody, une réussite: « Quant à Manhattan, j’étais tellement déçu que je ne tenais pas à le sortir. Je voulais demander à United Artists de ne rien en faire. J’étais même prêt à réaliser un autre film gratuitement, pour qu’ils acceptent de mettre Manhattan à la poubelle. »

Venez vous faire votre propre avis, jeudi 2 février 2017 à 19h30, lors de la dernière séance du cycle Une ville, leur empreinte en présence de Ugo Batini, professeur de philosophie. Il apportera son éclairage sur ce film, véritable lapsus cinématographique, qui met à nu les obsessions du réalisateur tout autant que les motifs principaux qui ne cessent de travailler son œuvre.

Faites votre cinéma à la Médiathèque (nouvelle fenêtre)  !

Esprits de Sils Maria : que faire de Google ?

8 Déc

Le Serpent de Maloja porte dans le mystère de sa constitution les esprits sans retours de tous ceux qui donnent aujourd’hui encore à Sils Maria sa représentation… et son sens..

Google, quant à lui (ou quant à soi !), serait en deçà de toute représentation, de toute distance, de tout recours critique, emprisonné dans une sorte d’immédiate appréhension de la réalité, dans une confrontation primaire de ce qui se fait et de ce qui est vu : de ce qui est su donc.

Serpent de Majola versus esprits de Google : opposition frontale et indépassable ?
En apparence oui.
Jugeons-en.

Clouds of Sils Maria

« De touts les endroits de la Terre, je me sens le mieux ici, en Engandine. » (Nietzsche, 1879)

Friedrich Nietzsche, Thomas Mann, Hermann Hesse, Marcel Proust, Reiner Maria Rilke, Alberto Moravia, André Gide, Jean Cocteau…

Justin Bieber, Kim Kardashian, Chloé Grace Moretz ou Lindsay Lohan…

Le Serpent de Majola, ce nuage brumeux que le film d’Assayas prend cinématographiquement au mot (et dont le titre anglais, Clouds of Sils Maria, rend l’entière détermination) pose sur notre quotidien un regard énigmatique que l’artiste ou le penseur expriment comme véritable source de vie…

Est-il encore possible de concilier ces deux mondes du sens et du non-sens pour porter le second vers un peu plus de substance ? Peut-on encore apercevoir, en pleine ville et pleine dynamique, en pleine vitesse, les nuages sur l’Engandine ? Qui verra encore se dessiner en arrière-plan les cimes de Sils Maria lors des répétitions de la pièce de Wilhem Melchior, où Jo-Ann Ellis tient le rôle principal de Sigrid ?

Qui ? Mais tout le monde, dès lors que l’on sait encore regarder ! Donc se poser. Même dans le tourbillon de cette vie…

Chloe Grace Moretz

Jo-Ann Ellis à l’heure de Google et de sa désincarnation en directe.

Notre quotidien à nous humains, trop humains, c’est celui du bas, du concret ou du réel, du médiocre et du trivial, des jours qui passent, pris dans le mouvement d’un temps qui n’est finalement que de l’espace : un temps quantifiable, le temps de l’énumération et de la succession. En bas de Sils Maria, dans la plaine, s’étend notre vie googlelisé : notre vie à la vue de tous, notre vie de nomades globalisés et décollectivisés où priment l’atermoiement des tabloïds et la culture du partage… Là, c’est donc la désincarnation, le corps sans matière : l’image… A laquelle il faut donner sens.

Et précisément : en bas pour certains, il s’agit de retrouver un peu du sens perdu là-haut… Se mettre hors du temps : s’abstraire de ce temps numérisé pour retrouver un temps perdu de la durée…

Wilhem Melchior hier, le dramaturge qui choisit du moment et du lieu de sa mort ; Olivier Assayas aujourd’hui qui interroge la disparition d’une certaine culture par l’entremise du corps de Maria Anders (Juliette Binoche) ; tous deux réfléchiront le sens de leur vie du haut de cette cime qui bientôt sera recouverte du fameux serpent… qui à jamais restera incompréhensible. Parce que le monde porte en lui un voile d’incommunicabilité… Se souvenir de Persona, lorsque l’on a déjà tout oublié…

Ainsi le Serpent dessine ce soupçon de transcendance présente au coeur de toute horizontalité… Ce nuage semble nous dire qu’il existe du sens et qu’il ne faut pas désespérer… Le Serpent de Maloja est un signe d’espoir.

Google existe et il faut le pourvoir d’un esprit.

Tant qu’il y aura des artistes, tant qu’il y aura aussi des actrices, tout est alors possible !

Nietzsche par Warhol

Nietzsche, égérie pop de Warhol : où la googlelisation de l’éternel retour !

Benoît N.

Quentin Tarantino réinvente son cinéma

12 Fév

Quentin Tarantino est né le 27 mars 1963 à Knoxville (Tennessee, Etats-Unis).

Au début des années 80, il prend des cours de théâtre. Après quelques petits boulots, ce féru de cinéma obtient un job dans un vidéo-club et rencontre Roger Avary avec qui il partage cette passion dévorante et éclectique pour le 7ème art.

Quentin Tarantino débute au cinéma comme scénariste de True romance et Tueurs nés, ce qui lui permet ainsi de financer son premier film : Reservoir  dogs sort en 1992 et pose un nouveau regard sur le polar gangster. Le public  découvre alors la nouvelle star du cinéma indépendant américain. En 1994, il réalise  Pulp  fiction, Palme d’or à Cannes la même année et Oscar du meilleur  scénario : avec cette réalisation, il donne une nouvelle dimension à la violence du film noir. Il tourne ensuite Jackie Brown, adapté du roman Rum Punch d’Elmore Leonard, rendant alors hommage aux films des années 70 de la blaxploitation.

En 2002, il retrouve son actrice fétiche Uma Thurman dans le dyptique Kill Bill où il mélange le western spaghetti et le film de sabres japonais. Puis le cinéaste participe à l’adaptation de la bande dessinée Sin City aux cotés de Robert Rodriguez et Frank Miller. En 2007, il revisite un nouveau genre : celui des séries B des cinémas de quartier des années 60-70 et réalise l’un des deux films du projet Grindhouse Boulevard de la mort, road-movie meurtrier, tandis que Robert Rodriguez tourne Planète Terreur. Toutefois le concept ne séduit pas le public français.

Le succès est de retour avec son film de guerre uchronique Inglourious Basterds ainsi qu’avec Django Unchainedwestern se déroulant dans les derniers temps de l’esclavage aux Etats-Unis. Dans ses films où il fait de brèves apparitions, la distribution est toujours prestigieuse  : on y voit ainsi ses acteurs fétiches que sont Harvey Keitel, Samuel L. Jackson, Tim Roth, Michael Madsen ou encore Christoph Waltz.

Dans son nouveau film The Hateful Eight (sortie prévue en 2015), Kurt Russel et Zoë Bell seront à nouveau à l’affiche, deux acteurs que vous retrouverez au casting de Boulevard de la mort présenté jeudi 12 février à Cin’Eiffel en présence d’Ugo Batini, philosophe et spécialiste de cinéma.

Faite votre cinéma à la Médiathèque !

%d blogueurs aiment cette page :