Tag Archives: Sélection

Le cinéma peut ouvrir les frontières. Voyage n°2 : L’Asie

30 Mai

Après un voyage en Europe (nouvelle fenêtre) au travers de nombreux films, je vous propose de partir en Asie où ses différents pays historiquement riches de leur patrimoine cinématographique offrent des styles de films très variés selon leur origine géographique. Ils sont à la fois très ouverts sur le monde et enracinés dans leurs traditions véhiculant leur culture et relatant leurs légendes.

Un peu d’Histoire

Le cinématographe a trouvé toute sa place, dès son origine, en Asie et plus particulièrement en Inde, en Indonésie ou encore en Chine, pays qui connaissaient déjà « le théâtre d’ombres » depuis des siècles. Dans le vocabulaire chinois, on retrouve d’ailleurs le mot « dianying » qui signifie « ombres électriques » et désigne le mot film. Le premier film projeté dans ce pays l’est à Shanghai, le 11 août 1896. Puis Ren Jingfeng réalise, en 1905, La Montagne Dingjun.

En Inde, le documentaire The Wrestlers (1899) de H. S. Bhatavdekar est considéré comme le tout premier film, suit en 1913 Raja Harishchandra de Dadasaheb Phalke, film muet historique en langue marathi. L’industrie cinématographique devient la plus prolifique du monde. On y trouve des superproductions bollywoodiennes (nouvelle fenêtre), colorées ponctuées de scènes dansées et chantées.

Dans les années 50, le cinéma indien connaît un âge d’or, avec des réalisateurs comme Raj Kapoor, Guru Dutt ou Satyajit Ray (nouvelle fenêtre). À cette période, il en est de même pour le cinéma japonais qui connaît le début d’une reconnaissance internationale, non sans une certaine inquiétude. Akira Kurosawa (nouvelle fenêtre) devient une source inépuisable d’inspiration, pour Sergio Leone (nouvelle fenêtre) par exemple.

En Corée, la production de films apparaît sous l’occupation japonaise et devient immédiatement un outil de résistance d’abord nationaliste puis sous influence communiste. Ainsi sort en 1926, Arirang du cinéaste et acteur Na Un-gyu.

Depuis plusieurs années, ces pays montent en puissance dans l’industrie du cinéma mondial. Je vous propose un tour d’horizon de ce que vous trouverez à La Médiathèque en DVD ou VOD.

Le cinéma d’Asie de l’Est

 

 

Le cinéma d’Asie centrale

 

– 2 films à découvrir ailleurs : Ouzbékistan (nouvelle fenêtre) et Turkménistan (nouvelle fenêtre)

 

Le cinéma d’Asie du Sud

 

Le Cinéma d’Asie du Sud-Est

 

– 2 films à découvrir ailleurs : Birmanie (nouvelle fenêtre), Malaisie (nouvelle fenêtre)

 

Le Cinéma d’Asie du Sud-Ouest

 

– 4 films à découvrir ailleurs : Oman, Irak, Koweït,  Yémen

Où que vous soyez, faites votre cinéma à La Médiathèque !

Des programmes pour profiter du confinement. Épisode 1 : les collections cinématographiques et vidéo au musée Pompidou

22 Avr

Beaucoup d’institutions et d’associations ont décidé de transmettre, pendant le confinement, des programmes culturels de qualité, gratuitement ou à prix très bas. Nous avons essayé de repérer et de vous proposer une sélection de ces programmes…

Épisode 1 : les collections cinématographiques et vidéo au musée Pompidou

“Dans cette période de confinement, où l’isolement et l’ennui peuvent peser, la culture a un rôle majeur à jouer pour nous accompagner au quotidien. Parce qu’elle nous permet de lire le monde et de mieux nous connaître nous-même, elle peut nous aider à mieux vivre l’épreuve collective que nous traversons.”

(Franck Riester, Ministre de la culture)

 

Fermé comme tous les autres musées, le Centre Pompidou nous ouvre ses exceptionnelles collections cinématographiques et exploite ses trésors en utilisant tous les formats y compris les potentialités de la vidéo.

Un peu d’histoire :

Le Centre National d’art et de culture George Pompidou (CNAC, Paris 4) fut inauguré en 1977 par Valéry Giscard D’Estaing, mais c’est Georges Pompidou (1969-1974) qui en fut à l’initiative. Il souhaitait rendre l’art contemporain accessible à un public plus large, et lui offrir un écrin d’architecture contemporaine.

À l’occasion des 30 ans de la construction du bâtiment par Richard Rogers et Renzo Piano, Richard Copans a réalisé un documentaire pour la collection Architectures, qu’il dirige.

Architectures : le centre Georges Pompidou (à regarder en VOD  sur La Médiathèque numérique- nouvelle fenêtre)Architectures : le centre Georges Pompidou (nouvelle fenêtre) raconte les différentes étapes, de la commande, à la conception puis la construction de ce qui deviendra le 3ème monument le plus visité de France mais qui a suscité à l’époque de violentes polémiques.

«C’est atroce. On dirait une usine, un paquebot, une raffinerie. Une espèce d’écorché monstrueux et multicolore, avec ses tripes à l’air» écrivait Jean d’Ormesson (nouvelle fenêtre), avant de paradoxalement en faire son éloge.

 

 

 

« Le cinéma du musée »  : un film chaque mercredi à 15h00 (nouvelle fenêtre)

Depuis le début du confinement, chaque mercredi à 15h, une œuvre cinématographique issue des collections du cinéma du musée est programmée :

15 avril -21 avril :  Au Printemps (1929) de Mikhail Kaufman

22 avril – 28 avril : Deux fois (1969) de Jackie Raynal

29 avril – 5 mai : L’Eau de la Seine (1982-1983) de Teo Hernandez

Des autoportraits filmés de cinéastes  (nouvelle fenêtre)

« Où en êtes-vous ? À cette question à la fois rétrospective, introspective, et tournée vers l’avenir, un cinéaste répond, exprimant ses désirs, et ses projets dans ces films de forme libre. Voici par exemple la réponse de Jafar Panahi, réalisateur de Taxi Teheran (nouvelle fenêtre)Ceci n’est pas un film ou encore Trois visages (nouvelle fenêtre).

Des mini-films d’animation réalisés pour le musée : Voulez-vous un dessin ? (nouvelle fenêtre) 


Durant ces 2 minutes pour tout savoir, un grand courant artistique du XXème siècle est présenté à travers un graphisme de Jochen Gerner, animé par Pascal Loddo et commenté par Louise Bourgoin. (Exemple : La naissance de l’art abstrait, L’art conceptuel).

 

Une web-série pour les enfants : Mon œil (nouvelle fenêtre) 

Dans chacun de ces 176 épisodes produits à ce jour, les enfants (et les adultes) peuvent découvrir diverses œuvres : dessins ou photos animés, films, réalisés par des artistes (à partir de 5 ans).

Et bien sûr, les master pieces des collections (nouvelle fenêtre)

 

Miro, Mondrian, Chagall, Delaunay, Kahlo et Kandinsky…parcourez les salles du musée comme si vous y étiez.

Enfin des visites virtuelles des grandes expositions

23 parcours d’exposition (nouvelle fenêtre) parmi celles proposées ces dernières années au musée : Bacon, Boltanski, Dora Maar, Vasarely, Hockney, Tadao Ando ou le cubisme…

BONUS : sur le blog Liseur, découvrez d’autres pistes de programmes culturels de qualité dans l’article Au théâtre chez nous 1 (nouvelle fenêtre)

À suivre aussi dans : Des programmes pour profiter du confinement. Épisode 2 : cinémathèques et studios.

L’aventure en vaut la peine (Aristote). Voyage n°1 : l’Europe

18 Avr

Ce que j’aime dans la musique et le cinéma, c’est qu’ils permettent de voyager (temps/lieu), tout en restant où l’on est.

« Une destination n’est jamais un lieu, mais une nouvelle façon de voir les choses »(1). Avec les films on se transporte dans une histoire avec son décor, ses paysages, on s’identifie à des personnages et d’un coup  « voyager c’est vivre »(2). On part à la découverte de nouvelles réalités. On découvre de nouvelles cultures. Je vous propose d’ouvrir « une espèce de porte par où l’on sortirait de la réalité comme pour pénétrer dans une réalité inexplorée qui semble un rêve »(3), qu’on appellerait le cinéma.

Escale en Europe avec des films en VOD disponibles à La Médiathèque.

 En Allemagne (nouvelle fenêtre)

 

En Autriche (nouvelle fenêtre) 

En Belgique (nouvelle fenêtre)

En Bulgarie (nouvelle fenêtre)

Au Danemark (nouvelle fenêtre)

 

En Espagne (nouvelle fenêtre)

En Finlande (nouvelle fenêtre)

En France (nouvelle fenêtre)

En Grèce (nouvelle fenêtre)

En Hongrie (nouvelle fenêtre)

 

En Islande (nouvelle fenêtre)

En Italie (nouvelle fenêtre)

En Pologne (nouvelle fenêtre)

Au Portugal (nouvelle fenêtre)

En Roumanie (nouvelle fenêtre)

Au Royaume-Uni (nouvelle fenêtre)

En Serbie (nouvelle fenêtre)

En Slovaquie (nouvelle fenêtre) et en République Tchèque (nouvelle fenêtre)

En Suède (nouvelle fenêtre)

En Suisse (nouvelle fenêtre)

Où que vous soyez, faites votre cinéma à La Médiathèque !

  1. Henry Miller (un entretien avec l’écrivain à écouter en ligne sur le site de La Médiathèque – nouvelle fenêtre)
  2. Hans Christian Andersen (contes à lire en ligne sur el site de La Médiathèque – nouvelle fenêtre)
  3. Guy de Maupassant (livres à lire en ligne sur el site de La Médiathèque  – nouvelle fenêtre)

Notre top 3 des films les plus vus en V.O.D …

4 Avr

À court d’idée pour passer le temps en cette période de confinement ? Allez faire un tour sur notre service Médiathèque Numérique (nouvelle fenêtre) accessible sur PC, MAC, tablette et smartphone. Une offre composée de plus de 3 200 programmes variés (cinéma français et international en courts ou longs métrages, documentaires, magazines et spectacles) s’adressant aux passionnés comme à ceux en recherche de divertissement, sans oublier les enfants avec un choix de grande qualité (cinéma d’animation, classique…).

Voici les trois films les plus vus cette semaine, ils font tous partie de la sélection officielle des Césars 2020 (nouvelle fenêtre).

1- Chambre 212 (nouvelle fenêtre) de Christophe Honoré (2019)

avec Chiara Mastroianni, Benjamin Biolay.

 

2- Hors Normes (nouvelle fenêtre) de Eric Toledano et Olivier Nakache (2019)

avec Vincent Cassel, Reda Kateb

3- Portrait de la jeune fille en feu (nouvelle fenêtre) de Céline Sciamma (2019)

avec Noémie Merlant, Adèle Haenel.

Faites votre cinéma à La Médiathèque, avec la VOD !!

Les années 20, un renouveau culturel

17 Mar Les années folles

Au commencement de cette nouvelle décennie, replongeons 100 ans en arrière, dans le tumulte des années folles (nouvelle fenêtre), synonymes de bouillonnement et d’effervescence !  C’est l’époque des années festives (Joséphine Baker, Gaby Deslys, Mistinguett) marquées par un grand foisonnement créatif (l’Art déco, Coco Chanel, Kupka, Mondrian).

Côté cinéma, c’est l’âge d’or du muet (Charlie Chaplin (nouvelle fenêtre), Harold Lloyd, Max Linder,  Laurel & Hardy, Louise Brooks, Musidora (nouvelle fenêtre) et Buster Keaton (nouvelle fenêtre)). L’interruption des productions européennes entre 1914 et 1918 permet au cinéma américain soumis jusque-là  à la suprématie européenne de s’imposer et d’avoir une grande influence sur le monde du cinéma. Hollywood (l’usine à rêves) attire et accueille alors les plus talentueux des cinéastes et acteurs européens. Trois grandes firmes se répartissent les productions la Warner avec des  films policiers et les comédies musicales, Universal plutôt fantastiques et la Métro-Goldwyn-Mayer dans les mélodrames historiques. Émergent d’autres sociétés de production (Paramount, Fox film, Disney Brothers Studios, Columbia Pictures) qui comptent  encore aujourd’hui.

En France, le cinéma peine à se remettre de la guerre. Un cinéma d’avant-garde avec des pionniers du courant impressionniste apparaissent : Jean Renoir (nouvelle fenêtre), Abel Gance (nouvelle fenêtre), Germaine Dulac (nouvelle fenêtre), Marcel L’Herbier, Jean Epstein, René Clair (nouvelle fenêtre), Louis Delluc.

L’Allemagne se relève difficilement de sa défaite, sombre dans la misère et invente l’expressionnisme avec une volonté de dépasser le réalisme. Ce genre multiple et difficile à saisir est considéré comme le point de départ de tout le fantastique et a influencé le film noir et le film d’horreur. Fritz Lang (nouvelle fenêtre), Friedrich Wilhelm Murnau (nouvelle fenêtre), Paul Wegener (nouvelle fenêtre), Robert Wiene, Paul Leni (nouvelle fenêtre), Arthur von Gerlach, Arthur Robison en sont les chefs de fil.

En Russie, Sergei Mikhaïlovitch Eisenstein (nouvelle fenêtre), souvent considéré comme un des « pères du montage », tourne Le cuirassé Potemkine (nouvelle fenêtre), dont la célèbre scène du landau dévalant les marches est un monument d’anthologie. On peut citer d’autres noms comme Grigori Kozintsev (nouvelle fenêtre), Leonid Trauberg (nouvelle fenêtre) et Dziga Vertov

Cette décennie est donc un grand foyer d’expérimentation artistique et je vous propose encore quelques titres pour en découvrir davantage.

Faites votre cinéma à La Médiathèque !

%d blogueurs aiment cette page :